Read as much as you want at your own pace!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Vincent Van Gogh - cover

Vincent Van Gogh

Victoria Charles

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Au-delà des tournesols, iris ou portrait du docteur Gachet, se cache Van Gogh, l'homme caractérisé par sa fragilité et son talent. De sa naissance en 1853 à sa mort en 1890, Van Gogh a marqué l'histoire de la peinture, notamment post-impressionniste, par sa créativité et sa technique. Précurseur des expressionnistes, fauves et de l'art moderne en général, il demeure de nos jours le symbole du peintre torturé par la maladie, par son entourage mais surtout par lui-même. 
Explorez le Post-Impressionnisme avec cette magnifique compilation de peintures par cet artiste de génie. Les couleurs vibrantes et les coups de brosse appuyés sont les témoignages de la nature instable de l'esprit de Van Gogh.

Other books that might interest you

  • Pour en finir avec le jugement de Dieu - cover

    Pour en finir avec le jugement...

    Antonin Artaud

    • 0
    • 0
    • 0
    « Pour en finir avec le jugement de dieu », est une création radiophonique du poète français Antonin Artaud qui fut enregistrée dans les studios de la radio française entre le 22 et 29 novembre 19471. Cette création radiophonique était une commande de l'Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) et fut censurée la veille de sa première diffusion, le 1er février 1948, par le directeur de la Radiodiffusion française. Les textes étaient lus par Maria Casarès, Roger Blin, Paule Thévenin et l'auteur. L'accompagnement était composé de cris, de battements de tambour et de xylophone enregistrés par l'auteur lui-même.
    Show book
  • Matisse - cover

    Matisse

    Nathalia Brodskaya

    • 1
    • 4
    • 0
    Henri Matisse (Le Cateau-Cambrésis, 1869 – Nice, 1954) «Le fauvisme, c’est quand il y a du rouge », avait dit un jour Henri Matisse, exprimant ainsi brièvement sa compréhension de ce courant. Durant tout le XXe siècle, les contemporains du peintre et les chercheurs se sont tellement appliqués à lui attribuer le titre de chef de file du mouvement, que très souvent son art se trouva transformé en modèle où l’on devait puiser le plus exactement possible les traits les plus caractéristiques du fauvisme. Cependant, Matisse lui-même non seulement n’a jamais prétendu à ce rôle de chef de groupe, mais ne put jamais répondre à la question de ce que le courant représentait en réalité. En 1891, Matisse entra à l’académie Julian, gagnant simultanément sa vie en donnant des leçons de droit. En 1892, il abandonna les cours d’Adolphe William Bouguereau à l’Académie pour s’inscrire aux Beaux-Arts dans l’atelier de Gustave Moreau. C’est aux Beaux-Arts qu’il fit la connaissance de Marquet et le persuada de suivre son exemple et de venir le rejoindre chez Moreau. Peu à peu, une communauté de peintres se forma, communauté qui surmonta toutes les épreuves de la vie. Y prenaient part tout d’abord les trois «M » : Matisse, Marquet et Manguin, puis Rouault, Camoin et Valtat ; et enfin Friesz, qui fréquentait l’atelier de Léon Bonnat (séparé de celui de Moreau par un couloir), auquel Dufy vint se joindre plus tard. A partir de 1901, Matisse et ses amis figurèrent comme exposants au Salon des Indépendants ainsi que chez Berthe Weill. En 1903, ils participèrent à la création du Salon d’automne. En 1905, un seul regard de Vauxcelles, que celui-ci jeta sur leurs oeuvres exposées au Salon d’automne, suffit pour qu’apparaisse le terme de «fauves ». Le scandale du Salon d’automne de 1905 rendit Matisse célèbre. En 1917-1918, il fréquenta beaucoup Renoir, installé sur la Côte d’Azur, qui resta toujours pour lui un maître incontestable. La peinture de Matisse datant des années 1897-1901 révèle déjà l’assimilation des traditions de ses prédécesseurs, depuis les impressionnistes jusqu’à Cézanne, c’est-à-dire de tout ce qui devait être appris et compris en dehors des murs de l’école. Cette assimilation a commencé soit peu avant la mort de Gustave Moreau, soit tout de suite après que Matisse ait abandonné son atelier. Après avoir visité les deux expositions d’art musulman organisées à Paris en 1903 et à Munich en 1910, il trouva de quoi s’y inspirer. La première de ces deux expositions ainsi que les voyages que Matisse effectua en Afrique du Nord, apportèrent dans sa peinture des objets orientaux concrets plutôt que des innovations picturales. Le caractère décoratif de ces objets contribuait à rendre l’espace de ses tableaux plus plat et laconique. Toute une vie sépare ces dernières oeuvres de la jeunesse «fauve » de Matisse. Mais malgré tout, elles restent fidèles au fauvisme qui marqua ainsi toute la création du peintre et que lui-même a si bien défini comme le «courage de retrouver la pureté des moyens. »
    Show book
  • Paul Klee - cover

    Paul Klee

    Paul Klee

    • 0
    • 0
    • 0
    Figure emblématique du début du XXe siècle, Paul Klee a participé aux mouvements expansifs d'avant-garde en Allemagne et en Suisse. Adhérant aux mouvements du Blaue Reiter (Le Cavalier bleu), puis du Surréalisme à la fin des années 1930, et enfin du Bauhaus où il enseigna plusieurs années, il a essayé de capturer la nature organique et harmonique de la peinture en faisant appel à d'autres formes d'expression artistique telles que la poésie, la littérature et surtout la musique.
    
    Bien qu'il ait collaboré avec des artistes comme August Macke et Alexeï von Jawlensky, son associé le plus célèbre reste l'expressionniste abstrait Wassily Kandinsky. Cette monographie de Eric Shanes, qui a aussi écrit sur Andy Warhol et Constantin Brancusi, invite le lecteur à découvrir au travers d'une sélection de ses oeuvres majeures, la carrière artistique de ce "peintre-poète" irremplaçable.
    Show book
  • Corps du Théâtre Il Corpo del Teatro - organicité contemporanéité interculturalité organicità contemporaneità interculturalità - cover

    Corps du Théâtre Il Corpo del...

    Michael Hüttler, Ulf Birbaumer,...

    • 0
    • 0
    • 0
    Die mehrsprachige (franz., ital., engl., dt.) Publikation "Corps du Théâtre / Il Corpo del Teatro", herausgegeben von Ulf Birbaumer, Michael Hüttler und Guido Di Palma, befasst sich mit theateranthropologischen Überlegungen zum Körper - nicht nur des Schauspielers - im und auf dem Theater. Die hier versammelten Aufsätze und Essays anerkannter Theater- und Literaturwissenschafter präsentieren deren Forschungsergebnisse zu den Themenkomplexen "Der enthüllte Körper" (Piergiorgio Giacchè, Gabriele C. Pfeiffer, Janne Risum, Jacques Le Rider), "Körpergedächtnis" (Jean-Marie Pradier, Philippe Ivernel, Cesare Molinari, Claudio Meldolesi, Gerda Baumbach) und "Verkörperung" (Bruna Filippi, Patrice Pavis, Klemens Gruber, Ulf Birbaumer, Dieter Hornig, Guido Di Palma). Die wissenschaftlichen Ansätze der Autoren kreisen, bezugnehmend auf die aktuell wieder vermehrt geführte Debatte zu Theorie und Praxis des menschlichen Körpers auf der Bühne, um die Stichwörter Organizität, Gleichzeitigkeit und Interkulturalität am Theater.
    Show book
  • Renoir - cover

    Renoir

    Nathalia Brodskaya

    • 1
    • 0
    • 0
    Pierre–Auguste Renoir (Limoges, 1841 – Cagnes-Sur-Mer, 1919)
    Pierre-Auguste Renoir naquit le 25 février 1841 à Limoges. En 1854, ses parents retirèrent l'enfant de l'école et le placèrent dans l'atelier des frères Lévy afin qu'il apprenne la peinture sur porcelaine. Son frère cadet, Edmond Renoir,racontait : «De ce qu'il usait des bouts de charbon sur les murs, on en conclut qu'il aurait du goût pour une profession artistique. Nos parents le placèrent donc chez un peintre en porcelaine. » Un des ouvriers de Lévy, Emile Laporte, pratiquait la peinture à l'huile pour son plaisir. Il proposa à Renoir d'utiliser ses toiles et ses couleurs. Et c'est  récisément ainsi que naquit le premier tableau du futur impressionniste, qui fut montré très solennellement à Laporte dans la maison des Renoir. En 1862, Auguste Renoir réussit son examen d'entrée à l'École des Beaux-Arts. Il fréquente en même temps un atelier libre où enseigne le professeur Charles Gleyre. Le deuxième événement important de cette période de la vie de Renoir fut la rencontre, dans l'atelier Gleyre, de ceux qui devinrent ses meilleurs amis tout au long de sa vie et ses compagnons dans l'art. À un âge plus avancé, l'artiste déjà mûr eut la possibilité de voir des Rembrandt en Hollande, des Velàzquez, Goya et le Greco en Espagne, et des Raphaël en Italie. À l'époque où les amis se retrouvaient à la Closerie des Lilas, Renoir continuait de puiser son inspiration au Louvre : «Et pour moi, au moment de Gleyre, le Louvre c'était Delacroix. » La première exposition des impressionnistes devint, pour Renoir, le moment d'assertion de sa propre vision du peintre. Dans la vie de l'artiste, cette période fut marquée encore par un événement significatif : en 1873, il emménagea à Montmartre au numéro 35 de la rue Saint-Georges, où il vécut jusqu'en 1884. Il resta fidèle à Montmartre jusqu'à la fin de sa vie. Là, il trouva ses motifs de plein air, ses modèles et même sa famille. C'est justement dans les années 1870 que Renoir se fit des amis qui l'accompagnèrent jusqu'à la fin de ses jours. Le marchand Durand-Ruel devint l'un d'eux. Il commença à lui acheter des tableaux en 1872. L'été, comme toujours, Renoir peignait beaucoup, avec Monet, en plein air. Il venait à Argenteuil où Monet louait une maison pour sa famille. Avec eux travaillait parfois Edouard Manet. En 1877, à la troisième exposition des impressionnistes, Renoir présenta plus de vingt peintures. C'étaient des paysages exécutés à Paris, sur la Seine, en dehors de la ville et dans le jardin de Claude Monet ; des études de visages de femmes et des bouquets de fleurs ; les portraits de Sisley, de l'actrice Jeanne Samary, de l'écrivain Alphonse Daudet et de l'homme politique Spuller ; il y avait aussi La Balançoire et le Bal au Moulin de la Galette. Dans les années 1880, Renoir connut enfin le véritable succès. Il travaillait sur des commandes de riches financiers, de la propriétaire des Grands Magasins du Louvre, du sénateur Goujon. Ses peintures furent exposées à Londres, à Bruxelles, à
    la septième exposition internationale chez Georges Petit (1886).
    Dans sa lettre adressée à Durand-Ruel, à New York, il écrit : «L'exposition de Petit est ouverte et elle a pas mal de succès, diton.
    Car c'est difficile de savoir soi-même ce qui se passe. Je crois avoir fait un pas dans l'estime publique, petit pas. Mais c'est toujours ça ».
    Show book
  • Comtesse d'Escarbagnas - cover

    Comtesse d'Escarbagnas

    Moliere

    • 0
    • 0
    • 0
    La Comtesse d'Escarbagnas est une comédie-ballet de Molière (musique de Charpentier et ballets de Beauchamp), commandée par Louis XIV pour le remariage de son frère avec la princesse palatine de Bavière, après son veuvage. Cette œuvre nous montre une provinciale, entichée de bonnes manières qu'elle se vante d'avoir apprises à Paris. On considère cette pièce comme le pendant féminin de Monsieur de Pourceaugnac. 
     (de Wikipedia)PersonnagesLa Comtesse : EzwaLe Comte : AldorLe Vicomte : Jean LambertJulie : Jc GuanMonsieur Tibaudier : EzwaMonsieur Harpin : AldorMonsieur Bobinet : ChristianAndrée : Jc GuanJeannot : ChristianCriquet : Karen SavageNarratrice : Jc Guan
    Show book