Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Raphael et la Rennaissace Italienne - cover

Raphael et la Rennaissace Italienne

Eugène Müntz

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Peintre et architecte de la Haute Renaissance italienne, Raphaël (1483-1520) était aussi bien en phase avec son temps que visionnaire. L’œuvre du maître de la Renaissance, artiste des cours royales européennes et de la cour papale romaine, comprend des thèmes variés de théologie et de philosophie, ainsi que de nombreuses représentations de Madones. Son entourage et ses expériences lui ont permis de combiner des idéaux humanistes avec des idéaux religieux, et l’ont convaincu que l’art était le meilleur moyen pour révéler la beauté de la nature.
Available since: 12/09/2019.
Print length: 512 pages.

Other books that might interest you

  • Van Gogh - cover

    Van Gogh

    Vincent van Gogh

    • 1
    • 1
    • 0
    Vincent van Gogh (Groot-Zundert, Brabant, 1853 – Auvers-sur-Oise, 1890)
    La vie et l'oeuvre de Vincent van Gogh sont si étroitement liées qu'il est quasiment impossible de voir ses toiles sans y lire le récit de sa vie : van Gogh est en effet devenu l'incarnation du martyr souffrant et incompris de l'art moderne, l'emblème de l'artiste marginal. Le premier article, publié en 1890, donnait des détails sur la maladie de van Gogh. L'auteur de l'article voyait le peintre comme un «génie terrible et dément, souvent sublime, parfois grotesque, toujours à la limite du cas pathologique ». On sait très peu de choses sur l'enfance de Vincent. Á l'âge de 11 ans, il dut quitter le «nid humain », comme il le nommait lui-même, pour poursuivre sa scolarité dans divers internats. Le premier portrait nous montre van Gogh comme un jeune homme sérieux de dix-neuf ans. A cette époque, il avait déjà travaillé trois ans à La Haye et ensuite à Londres, dans la galerie Goupil & Co. En 1874, son amour pour Ursula Loyer s'acheva dans un désastre et un an plus tard, il fut transféré à Paris, contre son gré. A l'issue d'une discussion particulièrement violente au moment des fêtes de Noël 1881, son père, pasteur, ordonna à Vincent de partir. Avec cette ultime rupture, il abandonna son nom de famille, signant ses toiles d'un simple «Vincent ». Il se rendit à Paris et ne retourna jamais en Hollande. Á Paris il fit la connaissance de Paul Gauguin, dont il admirait énormément les peintures. L'autoportrait fut le principal sujet de Vincent de 1886 à 1888. En février 1888, Vincent quitta Paris pour Arles, et essaya de persuader Gauguin de le rejoindre. Les mois passés à attendre Gauguin furent les plus productifs de la vie de van Gogh. Il voulait montrer à son ami autant de toiles que possible et décorer la Maison jaune. Mais Gauguin ne partageait pas sa vision de l'art et rentra finalement à Paris.
    Le 7 janvier 1889, quatorze jours après son automutilation, Vincent quitta l'hôpital. Ignorant sa propre folie, il espérait se rétablir et oublier, mais en réalité, il y retourna deux fois cette année là. Au cours de son ultime séjour à l'hôpital, Vincent peignit des paysages dans lesquels il recréait le monde de son enfance. On dit que Vincent van Gogh se tira une balle dans la tempe dans un champ, mais décida de rentrer à l'hôtel et de se coucher. Le propriétaire informa le Dr Gachet et son frère, Theo ; ce dernier décrivit les derniers instants de sa vie qui prit fin le 29 juillet 1890 : «Je voulais mourir. Mais j'étais assis à son chevet, lui promettant que nous allions le guérir. [...] », il répondit : «La tristesse durera toujours. »
    Show book
  • Félix Vallotton - cover

    Félix Vallotton

    Nathalia Brodskaïa

    • 0
    • 0
    • 0
    Félix Vallotton, né à Lausanne le 28 décembre 1865 et mort à Paris le 29 décembre 1925, est un artiste peintre, sculpteur et graveur sur bois Suisse, naturalisé Français en 1900. 
    En une dizaine d’années, Vallotton parvient à se faire un nom auprès de l'avant-garde parisienne. Sa renommée devient internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations en noir et blanc qui font sensation.
     Il expose régulièrement à Paris,  et dans le reste de l’Europe.
     Il épouse en secondes noces Gabrielle Rodrigues-Henrique, filles et sœur des Bernheim-Jeune, marchands d'art parisiens réputés. Il parvient à s'imposer en bénéficiant de l'aide efficace de son frère Paul, qui dirige à Lausanne la succursale de la galerie Bernheim-Jeune.
    Vallotton est un formidable peintre, de la femme et en particulier ; ses nus sont aussi sensuels que ceux d’Amedeo Modigliani. 
    Il a été inhumé au cimetière du Montparnasse en 1925.
    Show book
  • Cézanne - cover

    Cézanne

    Nathalia Brodskaya

    • 0
    • 4
    • 0
    Paul Cézanne (Aix-en-Provence, 1839 – 1906)
    Depuis sa mort il y a deux siècles, Cézanne est devenu le peintre le plus célèbre du XIXe siècle. Il naquit à Aix-en-Provence en 1839, et la plus belle période de sa vie fut sa prime jeunesse en Provence, qu'il passa en compagnie de Zola, également d'origine italienne. Suivant l'exemple de ce dernier, Cézanne partit pour Paris à l'âge de 21 ans. Il fut déserteur pendant la guerre franco-prussienne, partageant son temps entre la peinture en plein air et son atelier. Il déclara à Vollard, un marchand d'art : «Je ne suis qu'un peintre. L'humour parisien me donne du mal. Peindre des nus sur les rives de l'Arc [une rivière près d'Aix] c'est tout ce que je demande ». Encouragé par Renoir, l'un des premiers à l'apprécier, il exposa avec les impressionnistes en 1874 et en 1877. Il fut reçu avec une dérision qui le blessa. L'ambition de Cézanne, selon ses propres paroles, était «de faire de l'impressionnisme quelque chose d'aussi solide et de durable que les peintures des musées ». Son but était d'atteindre au monumental par un langage moderne de tons incandescents et vibrants. Cézanne voulait reproduire la couleur naturelle d'un objet et l'harmoniser avec les variations de lumière et d'ombre qui tendent habituellement à le détruire ; il désirait élaborer une échelle de tons capables d'exprimer la masse et le caractère de la forme. Cézanne aimait peindre des fruits, parce que c'étaient des modèles dociles et qu'il travaillait lentement. Il ne cherchait pas à reproduire la pomme. Il gardait la couleur dominante et le caractère du fruit, mais amplifiait l'attrait émotionnel de sa forme par un agencement de tons riches et harmonieux. C'était un maître de la nature morte. Ses compositions de fruits et légumes sont véritablement impressionnantes : elles ont le poids, la noblesse, le style des formes immortelles. Aucun autre peintre n'a jamais accordé à une pomme de conviction aussi ardente, de sympathie aussi authentique, ni d'intérêt aussi prolongé. Aucun autre peintre de ce talent n'a jamais réservé dans ses natures mortes ses impulsions les plus fortes à la création de choses nouvelles et vivantes. Cézanne rendit à la peinture la prééminence du savoir - de la connaissance des choses - une qualité essentielle à tout effort créatif. A la mort de son père, en 1886, il devint riche, mais ne changea rien à son train de vie frugal. Peu après, Cézanne se retira définitivement dans sa propriété en Provence. Il fut sans doute le peintre le plus solitaire de son temps. Parfois, il était saisi d'une curieuse mélancolie, d'un noir désespoir. Avec le temps, il devint plus sauvage et exigeant, détruisant des toiles, les jetant dans les arbres par la fenêtre de son atelier, les abandonnant dans les champs, les donnant à son fils pour qu'il en fasse des puzzles, ou aux gens d'Aix. Au début du XXe siècle, quand Vollard débarqua en Provence avec l'intention de spéculer en achetant tous les Cézanne qu'il pouvait emporter, les paysans des environs, apprenant qu'un guignol de Paris cherchait à gagner de l'argent avec des vieilles toiles, se mirent à produire dans leurs granges tout un tas de natures mortes et de paysages. Le vieux Maître d'Aix fut submergé par la joie. Mais la reconnaissance vint trop tard. En 1906, il succomba à une fièvre contractée alors qu'il peignait sous une pluie diluvienne.
    Show book
  • Johannes Vermeer - cover

    Johannes Vermeer

    Jp. A. Calosse

    • 0
    • 1
    • 0
    Johannes Vermeer (Delft, 1632 – 1675)
    Vermeer est le seul peintre correspondant à l'idée que l'on se fait habituellement de la placidité hollandaise. Peutêtre incarne-t-il un genre héroïque de placidité, car aucune de ses peintures ne laisse percer le moindre souffle d'inquiétude. Partout, nous avons l'impression que son coup de pinceau n'est qu'un lent effleurement, d'une assurance consommée, et qu'un reflet dans une bouteille, un rideau sur un mur, ou la texture d'un tapis ou d'une robe, l'intéressaient autant que les visages des hommes et des femmes. Ici, aucune virtuosité apparente, aucune
    prouesse du pinceau, rien de superflu, pourtant tout est là pour atteindre la perfection et le maximum d'effets exprimables par la simple rigueur : rigueur de la composition, du dessin, de la coloration, qui, par sa gamme de tons clairs et plutôt froids, sous une lumière argentée, fut une création rare et originale. Contrairement à ses prédécesseurs, il utilisa une camera scura afin de rendre la perspective avec le plus de soin possible. Il révolutionna la façon de faire et d'utiliser la peinture. Sa technique d'application des couleurs préfigurait certaines méthodes employées par les impressionnistes presque deux siècles plus tard.
    Show book
  • Hans Holbein - cover

    Hans Holbein

    Klaus Carl

    • 0
    • 1
    • 0
    Hans Holbein le Jeune (Augsburg, 1497 – Londres, 1543)
    Le génie de Holbein s'épanouit très tôt. Sa ville natale d'Augsburg était alors à son zénith. Située sur le grand axe reliant l'Italie au nord de l'Europe, c'était la ville commerçante la plus riche d'Allemagne, une halte fréquente pour l'empereur Maximilien. Son père, Hans Holbein l'Ancien, était lui-même un peintre de mérite, et le prit dans son atelier. En 1515, à l'âge de dix-huit ans, Holbein s'installa à Bâle, le centre du savoir, dont la fierté reposait sur le fait que chaque maison recelait au moins un érudit. Envoyé à Londres avec une lettre d'introduction pour Sir Thomas More, le chancelier du roi, «Master Haunce », ainsi que l'appelaient les Anglais, arriva à peu près au moment du blocus de 1526. Holbein fut bien accueilli et s'installa, dès sa première visite, en Angleterre. Il peignit des portraits de nombreux hommes influents de l'époque, et réalisa des dessins pour un tableau de la famille de son bienfaiteur. Il devint bientôt le célèbre portraitiste de la Renaissance nordique au service des figures contemporaines. De façon tout à fait typique, son travail incluait d'étonnants détails comme des reflets naturels à travers le verre ou la trame enchevêtrée des élégantes tapisseries. En 1531, Holbein retourna en Angleterre. Mais là aussi, les choses avaient changé. En 1536, remarqué par Henry VIII, Holbein devient le peintre officiel de la cour, position qu'il conservera jusqu'à sa mort.
    Show book
  • Les Châteaux de la Loire - Guide culturel et pratique - cover

    Les Châteaux de la Loire - Guide...

    Collectif

    • 0
    • 0
    • 0
    Un guide culturel audio pour les curieux, les amateurs d’histoire et les voyageurs. Le parfait kit de découverte d’une région et de sa culture, à écouter depuis votre canapé, en voiture ou à l’hôtel !Plongez dans le passé de la « vallée des rois » et découvrez les châteaux de la Loire, célèbres dans le monde entier : Chambord, Blois ou encore Chenonceau ne sont que les figures de proue d’une constellation d’édifices remarquables dont même les moins connus réservent leur lot de merveilles. Jardins Renaissance, habitations troglodytiques, vignobles, voies vertes : le Val de Loire recèle mille autres richesses naturelles et historiques. Que vous projetiez ou non de vous y rendre, nous vous proposons de partir à la rencontre de cette région aux si beaux paysages, à l’histoire fascinante et aux somptueux monuments.Ce livre audio contient :LE PORTRAIT D’UNE RÉGION DYNAMIQUE, le Val de Loire.UN PANORAMA HISTORIQUE des châteaux de la Loire.DES FOCUS ARCHITECTURE ET CULTURE : les arts roman et gothique, les jardins, la gastronomie…LES PRINCIPAUX LIEUX D’EXCEPTION de Blois à Chambord en passant par le Clos-Lucé et Fontevraud.DES CONSEILS PRATIQUES : astuces, lexique d’architecture…Table des matières :IntroductionPremière partie : Le Val de Loire, une région dynamiqueDeuxième partie : Les châteaux de la Loire dans l’histoireDe la préhistoire aux derniers CarolingiensLes CapétiensLa guerre de Cent AnsLes XVe et XVIe siècles : le temps des châteauxLes guerres de Religion, 1562-1598Les XVIIe et XVIIIe siècles : l’Ancien RégimeDu XIXe siècle à nos joursTroisième partie : Quelques clés pour comprendre la culture ligérienneLes délices du palaisL’art roman et l’art gothiqueDes donjons défensifs aux châteaux d’agrémentLe laboratoire de la RenaissanceL’art des jardinsLéonard de Vinci, génie inspiréLes ponts de la LoireLa naissance des canauxLes caves demeurantesMaisons et moulins d’autrefoisQuatrième partie : Un tour dans le Val de Loire, de villages en châteauxL’OrléanaisOrléansChâteauneuf-sur-LoireL’abbaye de Fleury, à Saint-Benoît-sur-LoireSully-sur-LoireBriare-le-Canal et autres lieux emblématiques de l’OrléanaisLa SologneLa ville et le château de BloisChambordÀ visiter autour de ChambordChevernyChaumont-sur-Loire et ses environsValençayVendôme et la vallée du LoirLa TouraineToursAmboiseChenonceauVillandryLangeaisAzay-le-Rideau et la vallée de l’IndreD’Ussé à Candes-Saint-MartinLoches et
    Show book