Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Cézanne - cover

Cézanne

Nathalia Brodskaya

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 4
  • 0

Summary

Paul Cézanne (Aix-en-Provence, 1839 – 1906)
Depuis sa mort il y a deux siècles, Cézanne est devenu le peintre le plus célèbre du XIXe siècle. Il naquit à Aix-en-Provence en 1839, et la plus belle période de sa vie fut sa prime jeunesse en Provence, qu'il passa en compagnie de Zola, également d'origine italienne. Suivant l'exemple de ce dernier, Cézanne partit pour Paris à l'âge de 21 ans. Il fut déserteur pendant la guerre franco-prussienne, partageant son temps entre la peinture en plein air et son atelier. Il déclara à Vollard, un marchand d'art : «Je ne suis qu'un peintre. L'humour parisien me donne du mal. Peindre des nus sur les rives de l'Arc [une rivière près d'Aix] c'est tout ce que je demande ». Encouragé par Renoir, l'un des premiers à l'apprécier, il exposa avec les impressionnistes en 1874 et en 1877. Il fut reçu avec une dérision qui le blessa. L'ambition de Cézanne, selon ses propres paroles, était «de faire de l'impressionnisme quelque chose d'aussi solide et de durable que les peintures des musées ». Son but était d'atteindre au monumental par un langage moderne de tons incandescents et vibrants. Cézanne voulait reproduire la couleur naturelle d'un objet et l'harmoniser avec les variations de lumière et d'ombre qui tendent habituellement à le détruire ; il désirait élaborer une échelle de tons capables d'exprimer la masse et le caractère de la forme. Cézanne aimait peindre des fruits, parce que c'étaient des modèles dociles et qu'il travaillait lentement. Il ne cherchait pas à reproduire la pomme. Il gardait la couleur dominante et le caractère du fruit, mais amplifiait l'attrait émotionnel de sa forme par un agencement de tons riches et harmonieux. C'était un maître de la nature morte. Ses compositions de fruits et légumes sont véritablement impressionnantes : elles ont le poids, la noblesse, le style des formes immortelles. Aucun autre peintre n'a jamais accordé à une pomme de conviction aussi ardente, de sympathie aussi authentique, ni d'intérêt aussi prolongé. Aucun autre peintre de ce talent n'a jamais réservé dans ses natures mortes ses impulsions les plus fortes à la création de choses nouvelles et vivantes. Cézanne rendit à la peinture la prééminence du savoir - de la connaissance des choses - une qualité essentielle à tout effort créatif. A la mort de son père, en 1886, il devint riche, mais ne changea rien à son train de vie frugal. Peu après, Cézanne se retira définitivement dans sa propriété en Provence. Il fut sans doute le peintre le plus solitaire de son temps. Parfois, il était saisi d'une curieuse mélancolie, d'un noir désespoir. Avec le temps, il devint plus sauvage et exigeant, détruisant des toiles, les jetant dans les arbres par la fenêtre de son atelier, les abandonnant dans les champs, les donnant à son fils pour qu'il en fasse des puzzles, ou aux gens d'Aix. Au début du XXe siècle, quand Vollard débarqua en Provence avec l'intention de spéculer en achetant tous les Cézanne qu'il pouvait emporter, les paysans des environs, apprenant qu'un guignol de Paris cherchait à gagner de l'argent avec des vieilles toiles, se mirent à produire dans leurs granges tout un tas de natures mortes et de paysages. Le vieux Maître d'Aix fut submergé par la joie. Mais la reconnaissance vint trop tard. En 1906, il succomba à une fièvre contractée alors qu'il peignait sous une pluie diluvienne.
Available since: 12/22/2011.

Other books that might interest you

  • Le Caravage - cover

    Le Caravage

    Felix Witting, M.L. Patrizi

    • 0
    • 0
    • 0
    Le Caravage (Michelangelo Merisi) (Caravaggio, 1571 – Porto Ercole, 1610)
    Après avoir séjourné à Milan durant son apprentissage, Michelangelo Merisi arriva à Rome en 1592. Là, il commença à peindre en faisant preuve de réalisme et de psychologie dans la représentation de ses modèles. Le Caravage était aussi versatile dans sa peinture que dans sa vie. Lorsqu'il répondait à de prestigieuses commandes de l'Eglise, son style dramatique et son réalisme étaient considérés comme inacceptables. Le clair-obscur existait bien avant que le Caravage n'arrive sur scène, mais ce fut lui qui établit définitivement cette technique, obscurcissant les ombres et rivant son sujet à la toile par un rayon de lumière aveuglant. Son influence fut immense, et se propagea d'abord grâce à ses disciples plus ou moins directs. Célèbre de son vivant, le Caravage exerça une immense influence sur l'art baroque. Les écoles génoise et napolitaine s'inspirèrent de son style, et le grand développement de la peinture espagnole au XVIIe siècle était en liaison directe avec ces écoles. Dans les générations ultérieures, les peintres les plus doués oscillèrent toujours entre la vision du Caravage et celle de Carracci.
    Show book
  • Kandinsky - cover

    Kandinsky

    Victoria Charles

    • 3
    • 8
    • 0
    Vassily Kandinsky (Moscou, 1966 – Neuilly-sur-Seine, 1944) L’art de Kandinsky ne révèle pas les stigmates qui marquèrent la création des autres représentants de l’avant-garde russe. Il quitta la Russie bien avant que l’esthétique officielle soviétique n’ait banni l’art contemporain. Il visita Paris et l’Italie et, dans ses premiers travaux, il rendit même un certain hommage à l’impressionnisme. Mais c’est à l’Allemagne qu’il donna sa préférence pour y étudier. Choisissant Munich et non Paris, il optait pour l’école au détriment du milieu artistique. Ses premiers tableaux révèlent des traits de l’impressionnisme de salon, des allusions aux rythmes du Jugendstil, de lourdes touches «démiurgiques » qui font penser à Cézanne, ainsi que d’éloquentes évocations du symbolisme. N’étant pas encore peintre professionnel, il se mit à la tête d’un groupe d’avant-garde munichois, «la Phalange » (Phalanx) et, bientôt, enseigna dans l’école ouverte par ce groupe. Kandinsky commença à travailler à Murnau en août 1908. L’intensité de l’activité qu’il déploya durant cette période est extraordinaire. Dans les premiers paysages peints à Murnau, il est aisé de reconnaître la virulence chromatique et l’intensité des plages de couleurs propres au fauvisme, la tension chromatique de l’expressionnisme qui alors s’affermissait, la facture volontaire de Cézanne. À ce moment, Kandinsky sort du champ de la gravitation terrestre des objets et entre dans l’apesanteur du monde non-objectif où se dissipent les principales coordonnées de l’être : le bas, le haut, l’espace, le poids. En délaissant la réalité, conformément aux mythes ou aux révélations du XXe siècle, Kandinsky renonce aux illusions et se rapproche à nouveau d’une réalité supérieure. En 1911, Kandinsky participe à la fondation du groupe du Blaue Reiter (Cavalier bleu) En Russie, il jouissait d’une large notoriété. Son texte Du Spirituel dans l’art fut publié en décembre 1912. Dans les Improvisations et Compositions, qui virent le jour dans la seconde moitié des années 1910, Kandinsky délaisse définitivement le monde objectif. Jusqu’au début des années 1930, il conserve dans ses tableaux la sensation d’une vie dynamique et même organique. Pendant ces années, la gloire de Kandinsky grandissait en même temps que celle du Bauhaus, où l’artiste enseigna à partir de 1922. La présence d’harmoniques surréalistes dans son art est indéniable : dans les travaux des années 1910, ces brillantes liesses du subconscient, ses «paysages de l’âme » représentés sur ses toiles sévères et allègres, étaient déjà une approche de la poétique du surréalisme. En outre, au cours de sa carrière des images analogues à celles des surréalistes font de brèves apparitions, mais ces images ne sont pas «à l’aise » dans le froid milieu de ses abstractions intellectuelles. Finalement, c’est en Russie, que Kandinsky découvrit l’artiste qu’il était, et les motifs et sentiments russes inspirèrent longtemps son pinceau. En Allemagne, il devint un artiste professionnel et s’imposa comme un grand maître transnational. En France, où il fut accueilli comme une célébrité mondiale, il acheva brillamment, mais d’une manière un peu froide, ce qu’il avait entamé en Russie et en Allemagne.
    Show book
  • Klee - cover

    Klee

    Donald Wigal

    • 0
    • 0
    • 0
    Paul Klee (Munchenbuchsee, 1879 – Muralto, 1940)
    La réputation de Klee était celle d’un artiste introverti et rêveur. C’est une image qu’il cultivait en partie lui-même. En 1911, Klee fut présenté à August Macke. Peu après, il rencontra Marc et Kandinsky. Ils l’accueillirent dans le groupe exposant sous le nom de Blaue Reiter et il contribua à leur almanach. En avril 1912, Klee se rendit à Paris et fut profondément impressionné par «l’Orphisme » abstrait de Robert Delaunay. L’art de Klee se distingue par sa diversité extraordinaire et son innovation technique. L’une de ses techniques les plus efficaces était en réalité très simple – le transfert à l’huile (le dessin avec une pointe affûtée au verso d’une feuille couverte de peinture à l’huile et couchée sur une autre feuille). Les effets collatéraux du procédé entraînaient l’apparition de taches de couleur dues au hasard. De cette façon, Klee parvint dans plusieurs oeuvres à  éhiculer une impression «spectrale ». De nos jours, l’un des plus célèbres tableaux de Klee est Der Goldfisch (Le Poisson rouge) de 1925. Un poisson lumineux brille vivement, en suspension dans un enfer aquatique. Klee fut  xtrêmement productif pendant les années du Bauhaus, mais en fin de compte, la prise du pouvoir par les Nationaux-Socialistes le poussa à quitter l’Allemagne avec sa femme pour sa Suisse natale. Les dernières oeuvres de Klee, dans lesquelles dominent les formes simplifiées et archaïques, montrent sa préoccupation pour la mortalité. Klee mourut en 1940, au terme d’une longue maladie.
    Show book
  • Paul Klee - cover

    Paul Klee

    Paul Klee

    • 0
    • 0
    • 0
    Figure emblématique du début du XXe siècle, Paul Klee a participé aux mouvements expansifs d'avant-garde en Allemagne et en Suisse. Adhérant aux mouvements du Blaue Reiter (Le Cavalier bleu), puis du Surréalisme à la fin des années 1930, et enfin du Bauhaus où il enseigna plusieurs années, il a essayé de capturer la nature organique et harmonique de la peinture en faisant appel à d'autres formes d'expression artistique telles que la poésie, la littérature et surtout la musique.
    
    Bien qu'il ait collaboré avec des artistes comme August Macke et Alexeï von Jawlensky, son associé le plus célèbre reste l'expressionniste abstrait Wassily Kandinsky. Cette monographie de Eric Shanes, qui a aussi écrit sur Andy Warhol et Constantin Brancusi, invite le lecteur à découvrir au travers d'une sélection de ses oeuvres majeures, la carrière artistique de ce "peintre-poète" irremplaçable.
    Show book
  • Les Cinq Plus Belle Peintures vol 1 - cover

    Les Cinq Plus Belle Peintures vol 1

    Klaus Carl H.

    • 0
    • 1
    • 0
    La collection populaire de parkstone sur les « cinq plus beaux/belles…» offre aux jeunes lecteurs un cours miniature d’histoire  de  l’art, associant  des  puzzles  interactifs  représentant  les  chefs-d’œuvre  de  l’art  à  des  textes  simples  mais didactiques. ces livres fournissent aux parents et aux professeurs un moyen de développer l’imagination artistique des enfants, posant les fondations d’une vie future d’amateurs d’art. Que ce soit des portraits de leurs propres enfants, d’amis ou membres de la famille, les représentations d’enfants sont toujours  des  exemples  saisissants  du  lien  entre  l’innocence  de  l’enfance  et  le  travail  méthodique  du  talent  artistique adulte. dans  ces  charmants  nouveaux  livres  en  puzzles,  les  enfants  peuvent  découvrir  des  petites  filles  et  des  petits garçons tous comme eux, peints par de grands artistes. ils apprennent comment les enfants ont grandi à travers les âges, tout en éprouvant une véritable connexion avec le travail d’artistes de génie.
    Show book
  • American Graffiti - cover

    American Graffiti

    Margo Thompson

    • 0
    • 0
    • 0
    Depuis le début des années 1970, les graffeurs décorent l’extérieur des rames de métro avec des tags toujours plus grands et toujours plus élaborés.
    Dans le schéma primitiviste, les graffeurs, en tant qu’artistes en marge, offraient de nouvelles perspectives à la société américaine. Ils tendaient un miroir à la culture hégémonique.
    Les références aux médias ou à des elements culturels que les artistes intégraient dans leurs créations revêtent aujourd’hui une importance toute particulière, parce qu’elles représentent un point de contact entre les cultures et ont rendu cette « sousculture » plus accessible à son nouveau public.
    Cette forme d’expression résolument rebelle est ici analysée par Margo Thompson qui met en relation l’art du graffiti avec l’art contemporain. Tout comme les graffeurs apportaient une voix à une classe ethnique sous-représentée, l’auteur, grâce à une thèse originale, tend à servir d’ambassadrice à cette forme d’art souvent méconnue.
    Show book