Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Vie de Beethoven - cover

Vie de Beethoven

Romain Rolland

Publisher: Librorium Editions

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Il était petit et trapu, de forte encolure, de charpente athlétique. Une large figure, de couleur rouge brique, sauf vers la fin de sa vie, où le teint devint maladif et jaunâtre, surtout l’hiver, quand il restait enfermé, loin des champs. Un front puissant et bosselé. Des cheveux extrêmement noirs, extraordinairement épais, et où il semblait que le peigne n’eût jamais passé, hérissés de toutes parts, «les serpents de Méduse». Les yeux brûlaient d’une force prodigieuse, qui saisit tous ceux qui le virent; mais la plupart se trompèrent sur leur nuance. Comme ils flambaient d’un éclat sauvage dans une figure brune et tragique, on les vit généralement noirs; ils ne l’étaient pas, mais bleu gris.

Other books that might interest you

  • L’Histoire des Sous-Vêtements Masculins - cover

    L’Histoire des Sous-Vêtements...

    Shaun Cole

    • 0
    • 0
    • 0
    Si à une certaine époque la mode masculine, et celle des sous-vêtements en particulier, était réservée à une élite, elle s’est aujourd’hui démocratisée, preuve manifeste de l’évolution de notre société. L’esthétisme du corps tant prisé par les Grecs semble retrouver une place prépondérante dans l’univers masculin. Miroir de l’évolution des mœurs, l’histoire des sous-vêtements souligne également le ballet incessant d’emprunts existant entre la mode féminine et la mode masculine. Les dessous se camouflent, s’exhibent, s’allongent ou se raccourcissent, instaurant un jeu entre l’interdit d’alors et la mode d’aujourd’hui, et dénoncent de fait l’aveu que pouvait trahir, autrefois, un simple vêtement. Dans cet ouvrage, à travers une étude socio-économique, Shaun Cole entreprend de restaurer pour la première fois l’importante place du sous-vêtement masculin dans l’histoire du costume, de l’Antiquité à nos jours. Reflet d’une évolution de la technologie, cette étude réserve des surprises et dégage avec force une réflexion sur le rapport de l’homme à son corps.
    Show book
  • Le Romantisme - cover

    Le Romantisme

    Léon Rosenthal

    • 0
    • 2
    • 0
    Véritable réaction au Néo-classicisme envahissant le XIXe siècle, le Romantisme marqua une réelle fracture intellectuelle. Rencontré dans les textes de Victor Hugo ou de Lord Byron, ce courant s’exprima en peinture chez Eugène Delacroix, Caspar David Friedrich ou William Blake. En sculpture, François Rude montra le chemin de cette nouvelle liberté artistique, dotant ses réalisations de mouvements et d’expressions qui étaient jusque-là inconnus.
    Retraçant les différentes étapes de son évolution, ce livre propose d’étudier les différents aspects du mouvement romantique. Le lecteur, grâce à une analyse complète et approfondie, pourra appréhender, dans sa globalité, l’importance de ce courant qui révolutionna toute une époque.
    Show book
  • L'Origine du monde - cover

    L'Origine du monde

    Jp. A. Calosse, Hans-Jürgen Döpp

    • 0
    • 1
    • 0
    Lacan, dernier propriétaire de L’Origine du monde de Courbet, aimait le tableau si fort qu’il ne pouvait le regarder. Alors il le cacha derrière un tableau anodin.
    
    Les Chinois l’appelaient la « vallée des roses » (attention aux épines !), les Perses « la source du miel » (attention aux abeilles !), les Grecs « le mont de Vénus » (attention à l’escalade !). À chaque époque ses fantasmes et son explication du mystère de la femme. Il nous reste le témoignage des poètes, des peintres et même de quelques psychiatres célèbres. L’Origine du monde, un ouvrage à mettre seulement entre les mains des amoureux du mystère.
    Show book
  • Fantasies Erotiques - cover

    Fantasies Erotiques

    Hans-Jürgen Döpp

    • 0
    • 5
    • 0
    Au cours de ce voyage, nous rencontrerons une variété et une diversité de points de vue sur les mille métamorphoses de la sexualité. Elles nous montrent que rien n’est plus naturel que le désir sexuel, et qu’en même temps, rien n’est moins naturel que les formes sous lesquelles ce désir s’exprime et cherche son assouvissement. Cet ouvrage est une invitation à un voyage qui vous ouvrira le regard sur une géographie du plaisir.
    Show book
  • Paris - cover

    Paris

    Véronique Laflèche

    • 0
    • 0
    • 0
    Capitale mythique entre toutes, Paris bénéficie d’une aura toute particulière. Certains la considèrent même comme la plus belle ville du monde, grâce à ces monuments qui ont fait sa renommée : la tour Eiffel, l’arc de triomphe ou encore le Sacré-Cœur.
    Après avoir retracé l’évolution historique de Paris, l’auteur nous convie à une balade dans les rues et quartiers de la capitale. S’arrêtant ça et là pour nous fournir des détails historiques sur les différents édifices, connus et moins connus, elle prend aussi le pouls de la vie pari-sienne et rend compte de ses menus délices : boire un thé à la menthe dans le patio de la mosquée ou tout simplement flâner dans les allées du jardin du Luxembourg.
    Fait d’allers-retours entre passé et présent, ce livre n’oublie pas de décrire la ville telle qu’elle est aujourd’hui, toujours en mouvement, sans cesse renouvelée.
    Show book
  • Picasso - cover

    Picasso

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Pablo Picasso (Málaga, 1881 – Mougins, 1973)
    Picasso naquit en Espagne et l’on dit même qu’il commença à dessiner avant de savoir parler. Enfant, il fut  nstinctivement attiré par les instruments de l’artiste. Il pouvait passer des heures de joyeuse concentration à dessiner des spirales pourvues d’un sens qu’il était seul à connaître. Fuyant les jeux d’enfants, il traça ses premiers tableaux dans le sable. Cette manière précoce de s’exprimer contenait la promesse d’un rare talent. Nous nous devons de mentionner Málaga, car c’est là, le 25 Octobre 1881, que Pablo Ruiz Picasso naquit et qu’il passa les dix premières années de sa vie. Le père de Picasso était lui-même peintre et professeur à l’école des Beaux-Arts de la ville. Picasso apprit auprès de lui les rudiments de la peinture académique. Puis il poursuivit ses études à l’académie des Arts de Madrid mais n’obtint jamais son diplôme. Picasso, qui n’avait pas encore 18 ans, avait atteint le point culminant de sa rébellion, répudiant l’esthétique anémique de l’académisme et le prosaïsme du réalisme. Tout naturellement, il se joignit à ceux qui se qualifiaient de modernistes, c’est à dire, les artistes et les écrivains non-conformistes, ceux que Sabartés appelait «l’élite de la pensée catalane » et qui se retrouvaient au café des artistes Els Quatre Gats. Durant les années 1899 et 1900, les seuls sujets dignes d’être peints aux yeux de Picasso étaient ceux qui reflétaient la vérité ultime : le caractère éphémère de la vie humaine et l’inéluctabilité de la mort. Ses premières oeuvres, cataloguées sous le nom de «période bleue » (1901-1904), consistent en peintures exécutées dans des teintes bleues, inspirées par un voyage à travers l’Espagne et la mort de son ami Casagemas. Même si Picasso lui-même insistait fréquemment sur la nature intérieure et subjective de la période bleue, sa genèse et, en particulier, ce monochromatisme bleu, furent des années durant, expliqués comme les résultats de diverses influences esthétiques. Entre 1905 et 1907, Picasso entra dans une nouvelle phase, appelée la «période rose » caractérisée par un style plus enjoué, dominé par l’orange et le rose. A Gosal, au cours de l’été 1906, le nu féminin prit une importance considérable pour Picasso – une nudité dépersonnalisée, aborigène, simple, comme le concept de «femme ». La dimension que les nus féminins allaient prendre chez Picasso dans les mois suivants, précisément durant l’hiver et le printemps 1907, s’imposa lorsqu’il élabora la composition de son impressionnante peinture connue sous le titre des Demoiselles d’Avignon.
    S’il est vrai que l’art africain est habituellement considéré comme le facteur déterminant du développement d’une sthétique classique en 1907, les leçons de Cézanne sont quand à elles perçues comme la pierre angulaire de cette nouvelle progression. Ceci est lié tout d’abord à une conception spatiale de la toile comme une entité composée, soumise à un certain système de construction. Georges Braque, dont Picasso devint l’ami à l’automne 1908 et avec lequel il mena le cubisme à son apogée en six ans, fut surpris pas les similitudes entre les expériences picturales de Picasso et les siennes. Il expliquait que le «principal objectif du Cubisme était la matérialisation de l’espace.
    A l’issue de sa période cubiste, dans les années 1920, Picasso revint à un style plus figuratif et se rapprocha du  ouvement surréaliste. Il représenta des corps difformes et monstrueux mais d’une manière très personnelle. Après le bombardement de Guernica en 1937, Picasso réalisa l’une de ses oeuvres les plus célèbres, symbole des horreurs de la guerre. Dans les années 1960, son art changea à nouveau et Picasso commença à regarder de plus près les grands maîtres, s’inspirant dans ses tableaux des oeuvres de Velázquez, Poussin, Goya, Manet, Courbet, Delacroix. Les dernières oeuvres de Picasso étaient un mélange de styles, devenant plus colorées, expressives et optimistes. Picasso mourut en 1973, dans sa villa de Mougins. Le symboliste russe Georgy Chulkov écrivit : «La mort de Picasso est une chose tragique. Pourtant, combien ceux qui croient pouvoir imiter Picasso ou apprendre de lui sont en vérité aveugles et naïfs. Apprendre quoi ? Ces formes ne correspondent à aucune émotion existant hors de l’Enfer. Mais être en Enfer signifie anticiper la mort, et les Cubistes ne s’intéressent guère à ce genre de connaissance infinie. »
    Show book