Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Pablo Picasso (1881-1973) - Volume 1 - cover

Pablo Picasso (1881-1973) - Volume 1

Victoria Charles, Anatoli Podoksik

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Pablo Picasso (Málaga, 1881 – Mougins, 1973). Picasso naquit en Espagne et l’on dit même qu’il commença à dessiner avant de savoir parler. Enfant, il fut nstinctivement attiré par les instruments de l’artiste. Il pouvait passer des heures de joyeuse concentration à dessiner des spirales pourvues d’un sens qu’il était seul à connaître. Fuyant les jeux d’enfants, il traça ses premiers tableaux dans le sable. Cette manière précoce de s’exprimer contenait la promesse d’un rare talent. Nous nous devons de mentionner Málaga, car c’est là, le 25 Octobre 1881, que Pablo Ruiz Picasso naquit et qu’il passa les dix premières années de sa vie. Le père de Picasso était lui-même peintre et professeur à l’école des Beaux-Arts de la ville. Picasso apprit auprès de lui les rudiments de la peinture académique. Puis il poursuivit ses études à l’académie des Arts de Madrid mais n’obtint jamais son diplôme. Picasso, qui n’avait pas encore 18 ans, avait atteint le point culminant de sa rébellion, répudiant l’esthétique anémique de l’académisme et le prosaïsme du réalisme. Tout naturellement, il se joignit à ceux qui se qualifiaient de modernistes, c’est à dire, les artistes et les écrivains non-conformistes, ceux que Sabartés appelait « l’élite de la pensée catalane » et qui se retrouvaient au café des artistes Els Quatre Gats. Durant les années 1899 et 1900, les seuls sujets dignes d’être peints aux yeux de Picasso étaient ceux qui reflétaient la vérité ultime : le caractère éphémère de la vie humaine et l’inéluctabilité de la mort. Ses premières oeuvres, cataloguées sous le nom de « période bleue » (1901-1904), consistent en peintures exécutées dans des teintes bleues, inspirées par un voyage à travers l’Espagne et la mort de son ami Casagemas. Même si Picasso lui-même insistait fréquemment sur la nature intérieure et subjective de la période bleue, sa genèse et, en particulier, ce monochromatisme bleu, furent des années durant, expliqués comme les résultats de diverses influences esthétiques. Entre 1905 et 1907, Picasso entra dans une nouvelle phase, appelée la « période rose » caractérisée par un style plus enjoué, dominé par l’orange et le rose. A Gosal, au cours de l’été 1906, le nu féminin prit une importance considérable pour Picasso – une nudité dépersonnalisée, aborigène, simple, comme le concept de « femme »...
Available since: 04/11/2018.
Print length: 133 pages.

Other books that might interest you

  • American Graffiti - cover

    American Graffiti

    Margo Thompson

    • 0
    • 0
    • 0
    Depuis le début des années 1970, les graffeurs décorent l’extérieur des rames de métro avec des tags toujours plus grands et toujours plus élaborés.
    Dans le schéma primitiviste, les graffeurs, en tant qu’artistes en marge, offraient de nouvelles perspectives à la société américaine. Ils tendaient un miroir à la culture hégémonique.
    Les références aux médias ou à des elements culturels que les artistes intégraient dans leurs créations revêtent aujourd’hui une importance toute particulière, parce qu’elles représentent un point de contact entre les cultures et ont rendu cette « sousculture » plus accessible à son nouveau public.
    Cette forme d’expression résolument rebelle est ici analysée par Margo Thompson qui met en relation l’art du graffiti avec l’art contemporain. Tout comme les graffeurs apportaient une voix à une classe ethnique sous-représentée, l’auteur, grâce à une thèse originale, tend à servir d’ambassadrice à cette forme d’art souvent méconnue.
    Show book
  • Auguste Rodin - cover

    Auguste Rodin

    Rainer Maria Rilke

    • 0
    • 0
    • 0
    Tout à la fois influencé par les maîtres de l’Antiquité, le génie de Michel-Ange et la sculpture baroque, Auguste Rodin est l’un des artistes les plus reconnus de l’histoire. Bien qu’il soit considéré comme l’un des fondateurs de la sculpture moderne, Rodin n’a jamais critiqué la tradition classique. Nombre de ses sculptures furent critiquées et controversées en raison de leur sensualité ou de leur réalité crue. Ses œuvres les plus originales se détachaient des traditionnels thèmes mythologiques ou allégoriques pour étreindre le corps humain, célébrer l’individualisme et la matérialité. Ce livre dévoile la vie et la carrière de cet artiste en explorant ses œuvres majeures telles que La Porte de l’Enfer, Le Penseur et le fameux Baiser.
    Show book
  • La Photographie érotique 120 illustrations - cover

    La Photographie érotique 120...

    Klaus Carl

    • 0
    • 2
    • 0
    L’ouvrage prend le contre-pied des magazines comme Play Boy qui ont contribué à développer des images du corps féminin formatées et liées à la consommation de masse. Il est ici question de photographies coquines, de femmes dénudées et offertes au regard. L’auteur, Alexandre Dupouy, résume la situation de la photographie érotique à ses débuts et fait émerger une véritable  « École française de la photographie érotique ». Cet ouvrage est un long voyage à travers un siècle de photographies de collectionneurs. Chacune de ces images d’une grande qualité artistique est marquée par la pudeur et la tendresse du cliché.
    Show book
  • Matisse - cover

    Matisse

    Nathalia Brodskaya

    • 1
    • 4
    • 0
    Henri Matisse (Le Cateau-Cambrésis, 1869 – Nice, 1954) «Le fauvisme, c’est quand il y a du rouge », avait dit un jour Henri Matisse, exprimant ainsi brièvement sa compréhension de ce courant. Durant tout le XXe siècle, les contemporains du peintre et les chercheurs se sont tellement appliqués à lui attribuer le titre de chef de file du mouvement, que très souvent son art se trouva transformé en modèle où l’on devait puiser le plus exactement possible les traits les plus caractéristiques du fauvisme. Cependant, Matisse lui-même non seulement n’a jamais prétendu à ce rôle de chef de groupe, mais ne put jamais répondre à la question de ce que le courant représentait en réalité. En 1891, Matisse entra à l’académie Julian, gagnant simultanément sa vie en donnant des leçons de droit. En 1892, il abandonna les cours d’Adolphe William Bouguereau à l’Académie pour s’inscrire aux Beaux-Arts dans l’atelier de Gustave Moreau. C’est aux Beaux-Arts qu’il fit la connaissance de Marquet et le persuada de suivre son exemple et de venir le rejoindre chez Moreau. Peu à peu, une communauté de peintres se forma, communauté qui surmonta toutes les épreuves de la vie. Y prenaient part tout d’abord les trois «M » : Matisse, Marquet et Manguin, puis Rouault, Camoin et Valtat ; et enfin Friesz, qui fréquentait l’atelier de Léon Bonnat (séparé de celui de Moreau par un couloir), auquel Dufy vint se joindre plus tard. A partir de 1901, Matisse et ses amis figurèrent comme exposants au Salon des Indépendants ainsi que chez Berthe Weill. En 1903, ils participèrent à la création du Salon d’automne. En 1905, un seul regard de Vauxcelles, que celui-ci jeta sur leurs oeuvres exposées au Salon d’automne, suffit pour qu’apparaisse le terme de «fauves ». Le scandale du Salon d’automne de 1905 rendit Matisse célèbre. En 1917-1918, il fréquenta beaucoup Renoir, installé sur la Côte d’Azur, qui resta toujours pour lui un maître incontestable. La peinture de Matisse datant des années 1897-1901 révèle déjà l’assimilation des traditions de ses prédécesseurs, depuis les impressionnistes jusqu’à Cézanne, c’est-à-dire de tout ce qui devait être appris et compris en dehors des murs de l’école. Cette assimilation a commencé soit peu avant la mort de Gustave Moreau, soit tout de suite après que Matisse ait abandonné son atelier. Après avoir visité les deux expositions d’art musulman organisées à Paris en 1903 et à Munich en 1910, il trouva de quoi s’y inspirer. La première de ces deux expositions ainsi que les voyages que Matisse effectua en Afrique du Nord, apportèrent dans sa peinture des objets orientaux concrets plutôt que des innovations picturales. Le caractère décoratif de ces objets contribuait à rendre l’espace de ses tableaux plus plat et laconique. Toute une vie sépare ces dernières oeuvres de la jeunesse «fauve » de Matisse. Mais malgré tout, elles restent fidèles au fauvisme qui marqua ainsi toute la création du peintre et que lui-même a si bien défini comme le «courage de retrouver la pureté des moyens. »
    Show book
  • Cid Le - Tragédie en 5 actes - cover

    Cid Le - Tragédie en 5 actes

    Pierre Corneille

    • 0
    • 0
    • 0
    Tragédie en 5 actes "Tout d'abord, l'écriture, l'alexandrin, et alors, dans le respect rigoureux des règles, celles que j'ai choisies, par miracle de l'expiration, la parole son écoute, la langue, le rythme, et soudain avec la vie, la liberté, le bonheur". Roger Borlant
    Show book
  • Poétique de Aristote - De l'art de la tragédie de l'épopée et de l'imitation - cover

    Poétique de Aristote - De l'art...

    Aristote

    • 0
    • 0
    • 0
    La Poétique est un ouvrage d’Aristote portant sur l’art poétique et plus particulièrement sur les notions de tragédie, d’épopée et d’imitation. Probablement rédigé autour de 335 av. J-C, il a influencé la réflexion occidentale sur l’art pendant des siècles et suscité de nombreux débats. Plusieurs allusions au fil du texte suggèrent que la Poétique est incomplète, plusieurs études, notamment sur la comédie, auraient été perdues. 
    C’est ici qu’Aristote donne sa célèbre définition de l’art comme imitation. 
    Les différents arts se distinguent les uns des autres par ce caractère essentiel : soit ils imitent différemment, soit ils imitent des choses différentes. 
    La Poétique est l’ouvrage qui fonde la réflexion sur la poésie et la création littéraire de la civilisation occidentale, de Racine à Nietzsche, tous les grands créateurs, tous les grands théoriciens l’ont lue et méditée. Ses analyses sur la tragédie et la représentation en art gardent toute leur pertinence et leur actualité, et nourrissent encore la création contemporaine. 
     
    Aristote (384-322 av. J-C) est un philosophe grec de l’Antiquité. Il est avec Platon, dont il a été le disciple à l’Académie, l’un des penseurs les plus influents que le monde occidental ait connu. Il est aussi l’un des rares à avoir abordé presque tous les domaines de connaissance de son temps : biologie, physique, métaphysique, logique, poétique, politique, rhétorique, éthique et parfois même l’économie. Chez Aristote, la philosophie, à l’origine « amour de la sagesse », est comprise dans un sens plus large comme recherche du savoir pour lui-même, interrogation sur le monde et science des sciences.
    Show book