If you like reading, you will LOVE reading without limits!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
L'Art nouveau - cover

L'Art nouveau

Victoria Charles

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

L'Art nouveau désigne un style décoratif et architectural qui se développe dans les années 1880-1890 en Occident. Né en réaction contre les dérives de l'industrialisation et le vide créatif qu'elle entraîne, l'Art nouveau est à l'origine d'une véritable renaissance des arts décoratifs. L'objectif premier est la création d'une nouvelle esthétique de la nature, par un retour à l'étude du motif naturel. Pour ce faire, des artistes tels que Gustav Klimt, Koloman Moser, Antoni Gaudí, Jan Toorop et William Morris privilégient la recherche technique et la nouveauté des formes. Cette mode n'a eu de cesse, depuis son triomphe lors de l'Exposition universelle de Paris en 1900, d'inspirer les créateurs. Son successeur, l'Art déco, se développera après la première guerre mondiale.

Other books that might interest you

  • La Sécession Viennoise - cover

    La Sécession Viennoise

    Victoria Charles, Klaus Carl

    • 0
    • 0
    • 0
    « À chaque âge son art, à chaque art sa liberté. » Voila la devise de la Sécession viennoise,  mouvement dissident (1892-1906), qui fut porté par une vingtaine d’artistes éclairés luttant contre l’académisme conservateur pétrifiant Vienne et tout l’empire austro-hongrois.
    Courant de l’Art nouveau, la Sécession, officiellement fondée en 1897 par Klimt, Moll et Hoffmann, ne fut pas une révolution artistique anonyme parmi tant d’autres. Contestataires par essence, les sécessionnistes viennois ont peint ce qu’on ne devait pas peindre : les frôlements, les baisers, les violences. Se définissant comme un art total sans contrainte politique ni commerciale, l’effervescence de ce mouvement toucha tous les artisans, architectes, et décorateurs. Dans cet ouvrage, peinture, sculpture et architecture sont confrontées par l’auteur pour souligner la richesse et la diversité du mouvement viennois.
    Show book
  • L'Art nouveau - cover

    L'Art nouveau

    Jean Lahor

    • 1
    • 0
    • 0
    Le terme « Art nouveau » désigne un style décoratif et architectural qui se développe dans les années 1880-1890 en Occident. Né en réaction contre les dérives de l’industrialisation et le vide créatif qu’elle entraîne, l’Art nouveau est à l’origine d’une véritable renaissance des arts décoratifs. L’objectif premier est la création d’une nouvelle esthétique de la nature, par un retour à l’étude du motif naturel. Pour ce faire, des artistes tels que Gustav Klimt, Koloman Moser, Antoni Gaudí, Jan Toorop et William Morris privilégient la recherche technique et la nouveauté des formes.
    Cette mode n’a eu de cesse, depuis son triomphe lors de l’Exposition universelle de Paris en 1900, d’inspirer les créateurs. Son successeur, l’Art déco, se développera après la première guerre mondiale.
    Show book
  • Calder - cover

    Calder

    Gerry Souter

    • 1
    • 3
    • 0
    Alexander Calder est né en 1898 aux États-Unis et mort en 1976. Ce fut un sculpteur qui utilisa avec brio le fer et l’acier dans des mobiles qui révolutionnèrent la notion de sculpture. Il côtoie l’avant-garde parisienne au sein de laquelle il rencontre Fernand Léger et surtout Mondrian. De ces rencontres naît le mouvement Abstraction-Création dont il devient l’un des chefs de file. Reconnu pour ses peintures, ses mobiles et ses stabiles, Calder réalisa également de nombreux bijoux.
    Show book
  • La Peinture Russe - cover

    La Peinture Russe

    Peter Leek

    • 0
    • 0
    • 0
    Pendant des siècles, la Russie est restée orpheline de grands peintres,
    concentrant le génie créatif sur la formalisation des icônes avec, par
    exemple, Rublev. Avec l’avènement de Pierre le Grand, c’est l’Europe des
    Lumières qui envahit cet empire réputé peu civilisé. Saint-Pétersbourg,
    émergeant des marais comme par miracle et grâce au génie d’un
    architecte italien, est pendant plus d’un siècle un centre important de
    culture et de rencontre. Le tsar, tout puissant, et plus tard la Grande
    Catherine permettront des échanges entre les artistes russes et européens.
    De cette rencontre naîtra une peinture russe, souvent inspirée par l’Italie
    et ses couleurs, et mêlée aux traditions de l’âme russe.
    Il faudra attendre le XIXe siècle pour qu’émerge une véritable
    peinture nationale avec les Ambulants et les peintres de la Rose bleue.
    Puis viendra la période des révolutions, qui conduira à l’avant-garde
    russe et au modernisme. Tout au long de ce livre, l’auteur s’interroge sur
    la culture russe qui, selon lui, est la résultante d’éléments provenant aussi
    bien de l’Est que de l’Ouest. Ces deux influences sont ainsi mises en
    évidence dans les peintures et illustrations qui, couvrant tous les genres
    et tous les styles, prouvent alors une étonnante variété picturale. Des
    artistes comme Borovikovski, Serov, Vroubel, Brioullov, Fedotov,
    Répine, Chichkine et Lévitan, parmi tant d’autres, apportent ainsi leur
    fondamentale contribution à l’histoire de l’art universel. Après la chute
    du communisme, Peter Leek remet en perspective l’évolution
    constitutive de l’histoire de la peinture russe.
    Show book
  • Picasso - cover

    Picasso

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Pablo Picasso (Málaga, 1881 – Mougins, 1973)
    Picasso naquit en Espagne et l’on dit même qu’il commença à dessiner avant de savoir parler. Enfant, il fut  nstinctivement attiré par les instruments de l’artiste. Il pouvait passer des heures de joyeuse concentration à dessiner des spirales pourvues d’un sens qu’il était seul à connaître. Fuyant les jeux d’enfants, il traça ses premiers tableaux dans le sable. Cette manière précoce de s’exprimer contenait la promesse d’un rare talent. Nous nous devons de mentionner Málaga, car c’est là, le 25 Octobre 1881, que Pablo Ruiz Picasso naquit et qu’il passa les dix premières années de sa vie. Le père de Picasso était lui-même peintre et professeur à l’école des Beaux-Arts de la ville. Picasso apprit auprès de lui les rudiments de la peinture académique. Puis il poursuivit ses études à l’académie des Arts de Madrid mais n’obtint jamais son diplôme. Picasso, qui n’avait pas encore 18 ans, avait atteint le point culminant de sa rébellion, répudiant l’esthétique anémique de l’académisme et le prosaïsme du réalisme. Tout naturellement, il se joignit à ceux qui se qualifiaient de modernistes, c’est à dire, les artistes et les écrivains non-conformistes, ceux que Sabartés appelait «l’élite de la pensée catalane » et qui se retrouvaient au café des artistes Els Quatre Gats. Durant les années 1899 et 1900, les seuls sujets dignes d’être peints aux yeux de Picasso étaient ceux qui reflétaient la vérité ultime : le caractère éphémère de la vie humaine et l’inéluctabilité de la mort. Ses premières oeuvres, cataloguées sous le nom de «période bleue » (1901-1904), consistent en peintures exécutées dans des teintes bleues, inspirées par un voyage à travers l’Espagne et la mort de son ami Casagemas. Même si Picasso lui-même insistait fréquemment sur la nature intérieure et subjective de la période bleue, sa genèse et, en particulier, ce monochromatisme bleu, furent des années durant, expliqués comme les résultats de diverses influences esthétiques. Entre 1905 et 1907, Picasso entra dans une nouvelle phase, appelée la «période rose » caractérisée par un style plus enjoué, dominé par l’orange et le rose. A Gosal, au cours de l’été 1906, le nu féminin prit une importance considérable pour Picasso – une nudité dépersonnalisée, aborigène, simple, comme le concept de «femme ». La dimension que les nus féminins allaient prendre chez Picasso dans les mois suivants, précisément durant l’hiver et le printemps 1907, s’imposa lorsqu’il élabora la composition de son impressionnante peinture connue sous le titre des Demoiselles d’Avignon.
    S’il est vrai que l’art africain est habituellement considéré comme le facteur déterminant du développement d’une sthétique classique en 1907, les leçons de Cézanne sont quand à elles perçues comme la pierre angulaire de cette nouvelle progression. Ceci est lié tout d’abord à une conception spatiale de la toile comme une entité composée, soumise à un certain système de construction. Georges Braque, dont Picasso devint l’ami à l’automne 1908 et avec lequel il mena le cubisme à son apogée en six ans, fut surpris pas les similitudes entre les expériences picturales de Picasso et les siennes. Il expliquait que le «principal objectif du Cubisme était la matérialisation de l’espace.
    A l’issue de sa période cubiste, dans les années 1920, Picasso revint à un style plus figuratif et se rapprocha du  ouvement surréaliste. Il représenta des corps difformes et monstrueux mais d’une manière très personnelle. Après le bombardement de Guernica en 1937, Picasso réalisa l’une de ses oeuvres les plus célèbres, symbole des horreurs de la guerre. Dans les années 1960, son art changea à nouveau et Picasso commença à regarder de plus près les grands maîtres, s’inspirant dans ses tableaux des oeuvres de Velázquez, Poussin, Goya, Manet, Courbet, Delacroix. Les dernières oeuvres de Picasso étaient un mélange de styles, devenant plus colorées, expressives et optimistes. Picasso mourut en 1973, dans sa villa de Mougins. Le symboliste russe Georgy Chulkov écrivit : «La mort de Picasso est une chose tragique. Pourtant, combien ceux qui croient pouvoir imiter Picasso ou apprendre de lui sont en vérité aveugles et naïfs. Apprendre quoi ? Ces formes ne correspondent à aucune émotion existant hors de l’Enfer. Mais être en Enfer signifie anticiper la mort, et les Cubistes ne s’intéressent guère à ce genre de connaissance infinie. »
    Show book
  • L'Expressionnisme - cover

    L'Expressionnisme

    Ashley Bassie

    • 0
    • 0
    • 0
    Dans l’Allemagne du début du XXe siècle, toute une génération d’artistes défie les conventions académiques, troublant les sensibilités conservatrices. Fédérés sous le nom d’ « expressionnistes », les peintres allemands et autrichiens tels Max Beckmann, Otto Dix, Oskar Kokoschka, Egon Schiele et bien d’autres encore, participèrent au développement de ce vaste mouvement artistique.
    Cet ouvrage, riche en couleurs, offre une vision globale du contexte culturel de l’époque, ainsi que de nombreuses biographies de ces artistes hors normes qui marquèrent non seulement leur temps mais aussi tout le XXe siècle.
    Show book