You wouldn't limit the air you breathe. Why limit your readings?
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
L'Art nouveau - cover

L'Art nouveau

Victoria Charles

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

L'Art nouveau désigne un style décoratif et architectural qui se développe dans les années 1880-1890 en Occident. Né en réaction contre les dérives de l'industrialisation et le vide créatif qu'elle entraîne, l'Art nouveau est à l'origine d'une véritable renaissance des arts décoratifs. L'objectif premier est la création d'une nouvelle esthétique de la nature, par un retour à l'étude du motif naturel. Pour ce faire, des artistes tels que Gustav Klimt, Koloman Moser, Antoni Gaudí, Jan Toorop et William Morris privilégient la recherche technique et la nouveauté des formes. Cette mode n'a eu de cesse, depuis son triomphe lors de l'Exposition universelle de Paris en 1900, d'inspirer les créateurs. Son successeur, l'Art déco, se développera après la première guerre mondiale.

Other books that might interest you

  • La Machine infernale de Jean Cocteau (Analyse approfondie) - Approfondissez votre lecture des romans classiques et modernes avec Profil-Litterairefr - cover

    La Machine infernale de Jean...

    Alice Renard, Profil-litteraire.fr

    • 0
    • 0
    • 0
    Retrouvez dans cette analyse approfondie de La Machine infernale de Jean Cocteau tout ce que vous devez savoir sur cette œuvre classique !Depuis le triomphe d'Œdipe sur le sphinx et son mariage avec la reine Jocaste, Thèbes est frappée par la peste. Alors qu'Œdipe apprend la mort naturelle de son père Polybe, contrairement à ce que l'oracle de Delphes avait prédit – qu’il tuerait son père et épouserait sa mère –, il découvre également qu'il avait été adopté par ce dernier. Peu à peu, Œdipe prend conscience que la machine infernale des dieux s'est d'ores et déjà refermée sur lui… Que contient cette analyse d'oeuvre ?Après avoir détaillé la biographie de Jean Cocteau, Alice Renard nous transporte directement au sein de l’histoire de La Machine infernale, qu'elle résume fidèlement. Elle se penche ensuite sur le contexte qui a vu naître ce roman : l'entre-deux-guerres, une période contrastée, à la fois marquée par les crises politiques, économiques et sociales, mais aussi par une agitation culturelle et intellectuelle, notamment à Paris où Cocteau est influencé par les avant-gardes. Les personnages de la pièce, tant Œdipe que Jocaste, Tirésias ou le Sphinx, sont alors soumis à une analyse rigoureuse. Vient ensuite l'étude des thématiques principales de l'oeuvre : la fatalité du destin, l'attrait pour le surnaturel, la vision pessimiste de la condition humaine ou encore la psychanalyse. L'analyse du style de Jean Cocteau fait l'objet du chapitre suivant, tandis que l'étude de la réception de cette œuvre clôt l'analyse littéraire. 
    Show book
  • Les Nabis - cover

    Les Nabis

    Albert Kostenevitch

    • 0
    • 0
    • 0
    Pierre Bonnard fut le chef de file d’un groupe de peintres post-impressionnistes, lesquels se nommèrent eux-mêmes les Nabis, du mot hébreux signifiant « prophète ». Influencés par Odilon Redon ou encore Pierre Puvis de Chavannes, l’imagerie populaire ou les estampes japonaises, Bonnard, Vuillard, Vallotton, Denis, pour les plus illustres, révolutionnèrent l’esprit des techniques décoratives durant l’une des époques les plus riches de la peinture française. Et, si l’individualisme croissant de leurs créations ébranla souvent leur unité, les Nabis furent avant tout un groupe d’amis.
    Les œuvres présentées dans cet ouvrage, candides chez Bonnard, ornementales et mystérieuses chez Vuillard, doucement rêveuses chez Denis, âpres jusqu’à l’amertume chez Vallotton, nous plongent à la source profonde de leurs dons créatifs.
    Show book
  • L'Impressionnisme - cover

    L'Impressionnisme

    Nathalia Brodskaïa

    • 0
    • 2
    • 0
    Peu de temps avant sa mort, Claude Monet écrivait : « Je reste désolé d’avoir été la cause du nom donné à un groupe dont la plupart n’avait rien d’impressionniste. » Manet n’avait-il pas évoqué dans une formule définitive : « Je peins ce que je vois et non ce qu’il plaît aux autres de voir » ? L’auteur, Nathalia Brodskaïa, dégage les contradictions de cette fin du XIXe siècle à travers le paradoxe d’un groupe qui, tout en formant un ensemble cohérent, favorise l’affirmation des individualités artistiques. Entre l’art académique et le commencement de la peinture moderne non figurative, le chemin pour parvenir à la reconnaissance sera long. Nathalia Brodskaïa, après avoir analysé les éléments fondateurs du mouvement, poursuit à travers l’œuvre de chacun des artistes, la recherche « de cette conviction qu’ils avaient de la justesse dans leurs principes et de la valeur dans leur art ». De cette revendication à la différence est née la peinture moderne.
    Show book
  • Le Fétichisme du pied - cover

    Le Fétichisme du pied

    Hans-Jürgen Döpp

    • 0
    • 0
    • 0
    Comment se fait-il que le pied et les orteils soient crédités de telles connotations sexuelles ? Représentent-ils quelque chose qui sort de l'ordinaire pour le subconscient humain ? Comment autrement ces parties du corps sans particularité pourraient-elles sembler érotiques ? Et qu'est-ce que leur attrait a à voir avec le Mystère Éternel qu'est la Femme ? Souvent laissés à découvert, dans des temps anciens où la nudité totale était interdite ou considérée comme inconvenante, le pied et sa forme permettaient à l'imagination des observateurs de vagabonder en liberté. Seule partie du corps d'une femme parfois visible (contrairement à celles qui le sont normalement ou à celles qui ne le sont jamais), elle est inévitablement devenue un symbole pour l'homme.
    Show book
  • Pablo Picasso (1881-1973) - Volume 1 - cover

    Pablo Picasso (1881-1973) -...

    Victoria Charles, Anatoli Podoksik

    • 0
    • 0
    • 0
    Pablo Picasso (Málaga, 1881 – Mougins, 1973). Picasso naquit en Espagne et l’on dit même qu’il commença à dessiner avant de savoir parler. Enfant, il fut nstinctivement attiré par les instruments de l’artiste. Il pouvait passer des heures de joyeuse concentration à dessiner des spirales pourvues d’un sens qu’il était seul à connaître. Fuyant les jeux d’enfants, il traça ses premiers tableaux dans le sable. Cette manière précoce de s’exprimer contenait la promesse d’un rare talent. Nous nous devons de mentionner Málaga, car c’est là, le 25 Octobre 1881, que Pablo Ruiz Picasso naquit et qu’il passa les dix premières années de sa vie. Le père de Picasso était lui-même peintre et professeur à l’école des Beaux-Arts de la ville. Picasso apprit auprès de lui les rudiments de la peinture académique. Puis il poursuivit ses études à l’académie des Arts de Madrid mais n’obtint jamais son diplôme. Picasso, qui n’avait pas encore 18 ans, avait atteint le point culminant de sa rébellion, répudiant l’esthétique anémique de l’académisme et le prosaïsme du réalisme. Tout naturellement, il se joignit à ceux qui se qualifiaient de modernistes, c’est à dire, les artistes et les écrivains non-conformistes, ceux que Sabartés appelait « l’élite de la pensée catalane » et qui se retrouvaient au café des artistes Els Quatre Gats. Durant les années 1899 et 1900, les seuls sujets dignes d’être peints aux yeux de Picasso étaient ceux qui reflétaient la vérité ultime : le caractère éphémère de la vie humaine et l’inéluctabilité de la mort. Ses premières oeuvres, cataloguées sous le nom de « période bleue » (1901-1904), consistent en peintures exécutées dans des teintes bleues, inspirées par un voyage à travers l’Espagne et la mort de son ami Casagemas. Même si Picasso lui-même insistait fréquemment sur la nature intérieure et subjective de la période bleue, sa genèse et, en particulier, ce monochromatisme bleu, furent des années durant, expliqués comme les résultats de diverses influences esthétiques. Entre 1905 et 1907, Picasso entra dans une nouvelle phase, appelée la « période rose » caractérisée par un style plus enjoué, dominé par l’orange et le rose. A Gosal, au cours de l’été 1906, le nu féminin prit une importance considérable pour Picasso – une nudité dépersonnalisée, aborigène, simple, comme le concept de « femme »...
    Show book
  • Rivera - cover

    Rivera

    Gerry Souter

    • 0
    • 0
    • 0
    « Je connaissais Diego Rivera, le muraliste mexicain, bien avant de découvrir les nombreux autres « Diego Rivera » qui hantèrent le monde du début du XXe siècle à la fin des années 1950. […] Si ses peintures de chevalet et ses dessins forment une grande part de ses œuvres de jeunesse comme de la maturité, ses peintures murales uniques font exploser les murs par la virtuosité de leur composition époustouflante. Sur ces murs s’exposent tout à la fois l’homme, sa légende et ses mythes, son talent technique, son intensité narrative et les convictions idéologiques qu’il aimait afficher. » (Gerry Souter) Dépassant son admiration, Gerry Souter, auteur du remarquable Frida Kahlo, n’hésite pas à ramener Diego Rivera à une dimension humaine, en constatant ses choix politiques, ses amours, et « qu’au fond de lui bouillonnait le Mexique, langue de ses pensées, sang de ses veines, azur du ciel au-dessus de sa tombe. »
    Show book