Discover a world full of books!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
La Peinture hollandaise - cover

La Peinture hollandaise

Victoria Charles

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Le caractère unique de la peinture de paysage hollandaise, avec ses cours d’eau et son abondance de couleurs, ne se retrouve pas seulement dans les représentations de la nature mais aussi dans de fameux portraits et représentations de scènes de la société de cette époque. Ce livre rassemble les temps forts de la peinture hollandaise, compilant les plus célèbres artistes du XVe au XIXe siècle, notamment Bosch, Rembrandt, Rubens, ou Van Eyck. Trois détails caractéristiques de chaque œuvre sont mis en lumière à travers la mise en page innovante de ce livre, qui souligne l’amour des détails si symptomatique de l’art hollandais.

Other books that might interest you

  • Les Peintures de la Renaissance - cover

    Les Peintures de la Renaissance

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Aux antipodes de l’obscurantisme médiéval, l’arrivée rapide et imprévisible de la Renaissance s’imposa en Europe du XIVe au XVIe siècle. En plaçant l’homme au centre, les acteurs de cet illustre mouvement changent radicalement leur vision au monde et réorientent leurs recherches esthétiques vers l’anatomie, la perspective et les sciences naturelles. Créateur de talents, la Renaissance a offert à l’histoire de l’art les plus grands noms tels que Botticelli, Raphaël ou Léonard de Vinci dont l’opulente productivité tapisse aujourd’hui les murs des musées du monde entier.
    Show book
  • Munch - cover

    Munch

    Elizabeth Ingles

    • 0
    • 0
    • 0
    Edvard Munch (Løten, 1863 – Ekely, 1944)
    Munch peut être considéré comme le pionnier de l'expressionnisme dans la peinture moderne. Il a bénéficié tôt de la réputation d'un artiste d'une nouvelle époque marquante en Allemagne et en Europe centrale, et aujourd'hui son oeuvre et son statut sont depuis longtemps reconnus dans toute l'Europe et le monde. Les oeuvres de Munch les plus connues sont celles des années 1890, notamment Le Cri. La fréquentation dans la deuxième moitié des années 1880 de Jæger (auteur norvégien) et de son cercle d'anarchistes radicaux marque un tournant décisif dans la vie de Munch et est la source d'une mutation et d'un conflit interne. A l'automne 1889 Munch a droit à une grande exposition de ses oeuvres à Christiana, où l'État lui accorde une bourse d'artiste pour 3 ans. Paris, où il devient pour un moment l'élève de Léon Bonnat, est une destination logique. Mais l'impulsion la plus importante, il la ressent en s'orientant dans la vie artistique de la ville. C'est à cette époque que perce un mouvement post-impressionniste avec plusieurs expériences anti- aturalistes. Dans ses tableaux dominent les grandes lignes courbes et les zones de couleurs homogènes, une  implification et une stylisation utilisée par Paul Gauguin et les synthétistes français. «Symbolisme - la nature a été formée dans une ambiance morale » écrit Munch. A l'automne 1892 Munch présente les fruits de son séjour français. A la suite de cette exposition il est invité par le «club d'art de Berlin » (Berlines Kunstverein), où ces mêmes oeuvres doivent être exposées. Mais cela finit par un cauchemardesque «succès de scandale ». Le public et les vieux peintres comprennent Munch comme une provocation anarchiste, et l'exposition est fermée à cause de la protestation.
    Show book
  • L'impressionnisme - cover

    L'impressionnisme

    Pascal Bonafoux

    • 0
    • 0
    • 0
    Le mouvement impressionniste né de la critiqueL’impressonnisme (Manet, Pissaro, Monet, Renoir etc.) a d’abord été synonyme de scandale même s’il est aujourd’hui universellement admiré. Ses instigateurs sont d’emblée tenus à l’écart du salon officiel, le jury rejetant à la fois une facture non académique et une trop grande modernité des sujets.Capter l’instant, restituer les sensationsIndépendants, les impressionnistes révolutionnent les règles traditionnelles de la peinture. Il s’intéressent aux phénomènes éphémères et aux transformations du paysage. À cet égard, leur désir de capter l’instant en cultivant le flou n’est certainement pas étranger à l’essor contemporain de la photographie. L’influence de l’estampe japonaise est également sensible, tant dans le goût pour des cadrages inédits que pour la luminosité franche des couleurs. Pour restituer leurs sensations, ces artistes inventent une nouvelle manière de peindre : ils juxtaposent des touches de couleurs, que l’œil recompose à distance. Ils font de la lumière l’élément essentiel de leur peinture et se concentrent sur le mouvement de personnages saisis sur le vif. Les métamorphoses de la nature, les mouvements de l’air et de la lumière, le spectacle permanent des villes avec ses foules, ses rues et ses lieux de divertissement constituent leur principale source d’inspiration.L’art du paysageLa plupart des impressionnistes s’attachent plus particulièrement au paysage, genre à nouveau en vogue depuis 1817, année de création d’un prix de Rome pour le paysage historique. Cette peinture évolue avec une pratique de plus en plus répandue : le travail en plein air. Les impressionnistes en sont les principaux adeptes. Désireux de transcrire de façon aussi réaliste que possible leurs impressions sur la toile, ils quittent l’atelier pour peindre directement leur sujet, écartant ainsi toute procédure de recomposition. À côté des vues de campagne, les thèmes marins et aquatiques sont d’autres sujets de prédilection prisés par les peintres du mouvement. Dans la seconde moitié des années 1870, ils affectionnent plus particulièrement les bords de Seine et les plages de Normandie. Intéressé par la perception changeante des choses induite par le cheminement de la lumière, Claude Monet développe une peinture sérielle (les meules, la cathédrale de Rouen…), dans laquelle il représente inlassablement le même motif aux différentes heures du jour. Le spectacle de la vie moderne.Contrairement aux idées reçues, les thèmes impressionnistes ne se réduisent pas aux paysages champêtres et aux visions bucoliques de la nature. Les impressionnistes investissent aussi, parallèlement, le terrain de la ville. Plus que dans d’autres mouvements sans doute, leur œuvre s’inscrit dans le cadre des métamorphoses urbaines du Paris d’Haussmann. C’est ainsi que Monet présente en 1877, lors de leur troisième exposition commune, sa fameuse série exécutée consacrée à la gare Saint-Lazare. Les impressionnistes peignent également les charmes de la vie moderne dans des scènes aussi populaires que joyeuses (Auguste Renoir, Le Bal du Moulin de la Galette, 1876). L’exposition de 1886 marque la fin officielle de l’impressionnisme en tant que mouvement constitué, ce qui n’empêche pas des œuvres postérieures d’être formellement très proches. Après cette date, chaque artiste poursuit sa voie, laissant derrière lui le souvenir d’expositions comptant parmi les évènements les plus importants de l’histoire de l’art du XIXe siècle.
    Show book
  • Anciennes Cartes marines - cover

    Anciennes Cartes marines

    Donald Wigal

    • 0
    • 1
    • 0
    Au Moyen Âge, la navigation reposait sur un délicat équilibre entre art et science. Tout en respectant les usages et la prudence de leurs aïeux, les marins devaient compter sur leurs connaissances des étoiles, des vents, des courants et même des vols migratoires. Ils se servaient aussi de cartes peintes à la main, sommaires certes, mais merveilleusement bien dessinées. En suivant l'épopée des anciens navigateurs, d'Eric Le Rouge à Robert Peary, Donald Wigal nous conduit à la redécouverte des Nouveaux Mondes. Ce magnifique panorama de cartes datant du Xe au XVIIIe siècle, souvent « primitives » et parfois difficiles à comprendre, retrace les progrès de la cartographie et montre l'incroyable courage des hommes qui ont entrepris la conquête des mers avec des outils auxquels l'exactitude géographique faisait souvent bien défaut!
    Show book
  • Les Oiseaux d'Audubon - cover

    Les Oiseaux d'Audubon

    John James Audubon

    • 0
    • 1
    • 0
    L’ambitieux projet d’Audubon de peindre tous les oiseaux d’Amérique du Nord résulta en un travail si important qu’il fut une des grandes étapes de l’ornithologie. Il n’identifia pas seulement des nouvelles espèces, mais il dépeignit aussi les oiseaux dans leur habitat naturel, ainsi que dans des poses dynamiques. Son impressionnante collection va du flamant rose à l’aigle à tête blanche, en passant par la conure de Caroline. Audubon décrit chaque espèce avec un texte concis, précisant les particularités de chaque oiseau.
    Show book
  • Sisley - cover

    Sisley

    Nathalia Brodskaya

    • 0
    • 2
    • 0
    Alfred Sisley (Paris, 1839 – Moret-Sur-Loing, 1899) Alfred Sisley naquit à Paris le 30 octobre 1839 dans une famille anglaise. Ayant atteint ses dix-huit ans, ses parents l'envoyèrent en Angleterre. C'est alors, probablement, qu'il pressentit, devant la facture libre des paysages, à l'apparence d'esquisses, de Turner et Constable, sa vocation pour la peinture. Le destin amena Sisley, en octobre 1862, dans le même atelier libre de Charles Gleyre, où étaient venus étudier Claude Monet, Auguste Renoir et Frédéric Bazille. C'est Sisley qui avait incité ses amis à en finir avec l'apprentissage chez Gleyre et à partir peindre dans la nature. Il était indigné, beaucoup plus que ses amis, par l'attitude hautaine de Gleyre envers le paysage. Pour Sisley, le paysage fut, dès le début, non seulement un genre pictural essentiel, mais, en fait, le seul et unique auquel il travaillât toute sa vie. Après avoir quitté Gleyre, Sisley peignit souvent en compagnie de Monet, Renoir et Bazille dans les environs de Paris. À partir de 1870, dans la peinture de Sisley commencèrent à apparaître les premières caractéristiques de la manière qui sera plus tard celle de la peinture impressionniste. À partir de ce moment, le coloris des tableaux de Sisley devient nettement plus clair. Cette nouvelle technique crée une impression de vibration de l'eau, de moirures colorées à sa surface et de transparence de l'atmosphère. Dans la peinture de Sisley, la lumière était née. Sisley peignit une quantité de paysages des bords de la Seine. Il découvrit Argenteuil et la petite ville de Villeneuve-la-Garenne, qui resta dans son oeuvre comme l'image du silence et de la tranquillité, d'un monde que la civilisation et l'industrie n'avaient pas encore défiguré. Contrairement à Pissarro, il ne recherchait pas l'exactitude prosaïque. Ses paysages se colorent toujours de son attitude émotionnelle à leur égard. Comme chez Monet, les ponts chez Sisley se fondent dans le paysage d'une façon toute naturelle. Un ciel bleu serein se reflète sur la surface à peine frémissante du fleuve. Après la première exposition impressionniste, Sisley passa plusieurs mois en Angleterre. À son retour d'Angleterre, Sisley déménagea de Louveciennes à Marly-le-Roi. Vers cette époque, Sisley était véritablement devenu le peintre de l'eau. Elle l'ensorcelait, l'obligeait à scruter sa surface changeante et à étudier les nuances de sa couleur, comme le faisait Monet dans les prés de Giverny. Les paysages consacrés à l'inondation de Port-Marly sont une apothéose. Le peintre joue avec l'espace et la perspective, et finalement trouve la seule solution : la maison rose est figée dans un monde où le ciel se confond avec la terre, où le reflet frissonne à peine et les nuages glissent lentement. Sisley est le seul impressionniste dont les paysages ne se limitent pas à la beauté changeante de la nature, mais se prolongent dans le domaine tantôt du rêve, tantôt de la réflexion philosophique.
    Show book