Reading without limits, the perfect plan for #stayhome
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Alphonse Mucha - cover

Alphonse Mucha

Victoria Charles, Patrick Bade

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Entre courbes et contre-courbes, Mucha créa, à la fin du XIXe siècle, une égérie nouvelle qui devait hanter les rues de Paris. Au fil des représentations de Sarah Bernhard, cette muse voluptueuse devint un véritable emblème de l'Art nouveau et offrit à l'affichiste succès et renommée.

Néanmoins, le talent de l'artiste ne se limita jamais à la lithographie. Nourri par cette passion d'exalter, au mieux, la sensualité du monde qui l'entourait, l'art de Mucha, s'exprima indifféremment tant sur les monumentaux panneaux décoratifs des salles à manger que sur les petites pièces délicates de porcelaine. C'est toute la richesse et la variété de cet artiste fin-de-siècle que nous fait redécouvrir ici l'auteur.

Other books that might interest you

  • Chagall - cover

    Chagall

    Victoria Charles

    • 0
    • 2
    • 0
    Marc Chagall (Vitebsk, 1887 – Saint-Paul-de-Vence, 1985) Chagall est né dans une famille juive de stricte obédience pour laquelle l’interdit de représentation de la figure humaine avait valeur de dogme. Après un échec à l’examen d’entrée à l’école des Arts et Métiers du baron Stieglitz, Chagall intègre plus tard celle fondée par la Société impériale d’encouragement des Beaux-Arts dirigée par Nicolas Roerich. En 1910, il s’installe à Paris qui sera son «second Vitebsk ». Chagall retrouve à la Ruche de nombreux compatriotes attirés, eux aussi, par le prestige de Paris. Lipchitz, Zadkine, Archipenko, Soutine qui maintiendront, autour du jeune peintre, le parfum de sa terre natale. Les auteurs des premières études sur Chagall relevaient déjà que Paris avait influencé sa manière picturale, avait apporté une nervosité frêle et une netteté aux lignes qui répondent avec assurance et justesse à la couleur et pour beaucoup, la commandent. L’observateur le plus attentif, le plus passionné, se révèle parfois incapable de distinguer le Chagall «de Paris » du Chagall «de Vitebsk ». L’artiste n’est pas contradictoire ni «dédoublé », mais il demeurait constamment ouverts, regardant en lui et autour de lui, considérant le monde environnant, les idées de son époque, les souvenirs du passé. Chagall est doué d’une sorte «d’immunité stylistique », il s’enrichit sans rien détruire de sa propre structure. Il s’enthousiasme, apprend en toute ingénuité, se défait de la maladresse juvénile, mais sans perdre son «authenticité ». Parfois, c’est comme s’il regardait le monde à travers le prisme magique de l’école de Paris. Alors il engage un jeu tout en finesse et en sérieux avec les découvertes du tournant du siècle, alors l’adolescent se considère, ironique et songeur, dans un miroir où s’unissent tout naturellement les acquis picturaux de Cézanne, la spiritualisation fragile de Modigliani, les rythmes complexes des plans qui rappellent les expériences des premiers cubistes (Autoportrait devant le chevalet, 1914). Cependant, au-delà des analyses qui, aujourd’hui, éclairent les sources judéo-russes du peintre, les filiations formelles héritées ou empruntées, mais toujours sublimées, une part de mystère demeure dans l’art de Chagall. Ce mystère tient peut-être à la nature même de cet art qui puise dans le souvenir.
    Show book
  • L'impressionnisme - cover

    L'impressionnisme

    Pascal Bonafoux

    • 0
    • 0
    • 0
    Le mouvement impressionniste né de la critiqueL’impressonnisme (Manet, Pissaro, Monet, Renoir etc.) a d’abord été synonyme de scandale même s’il est aujourd’hui universellement admiré. Ses instigateurs sont d’emblée tenus à l’écart du salon officiel, le jury rejetant à la fois une facture non académique et une trop grande modernité des sujets.Capter l’instant, restituer les sensationsIndépendants, les impressionnistes révolutionnent les règles traditionnelles de la peinture. Il s’intéressent aux phénomènes éphémères et aux transformations du paysage. À cet égard, leur désir de capter l’instant en cultivant le flou n’est certainement pas étranger à l’essor contemporain de la photographie. L’influence de l’estampe japonaise est également sensible, tant dans le goût pour des cadrages inédits que pour la luminosité franche des couleurs. Pour restituer leurs sensations, ces artistes inventent une nouvelle manière de peindre : ils juxtaposent des touches de couleurs, que l’œil recompose à distance. Ils font de la lumière l’élément essentiel de leur peinture et se concentrent sur le mouvement de personnages saisis sur le vif. Les métamorphoses de la nature, les mouvements de l’air et de la lumière, le spectacle permanent des villes avec ses foules, ses rues et ses lieux de divertissement constituent leur principale source d’inspiration.L’art du paysageLa plupart des impressionnistes s’attachent plus particulièrement au paysage, genre à nouveau en vogue depuis 1817, année de création d’un prix de Rome pour le paysage historique. Cette peinture évolue avec une pratique de plus en plus répandue : le travail en plein air. Les impressionnistes en sont les principaux adeptes. Désireux de transcrire de façon aussi réaliste que possible leurs impressions sur la toile, ils quittent l’atelier pour peindre directement leur sujet, écartant ainsi toute procédure de recomposition. À côté des vues de campagne, les thèmes marins et aquatiques sont d’autres sujets de prédilection prisés par les peintres du mouvement. Dans la seconde moitié des années 1870, ils affectionnent plus particulièrement les bords de Seine et les plages de Normandie. Intéressé par la perception changeante des choses induite par le cheminement de la lumière, Claude Monet développe une peinture sérielle (les meules, la cathédrale de Rouen…), dans laquelle il représente inlassablement le même motif aux différentes heures du jour. Le spectacle de la vie moderne.Contrairement aux idées reçues, les thèmes impressionnistes ne se réduisent pas aux paysages champêtres et aux visions bucoliques de la nature. Les impressionnistes investissent aussi, parallèlement, le terrain de la ville. Plus que dans d’autres mouvements sans doute, leur œuvre s’inscrit dans le cadre des métamorphoses urbaines du Paris d’Haussmann. C’est ainsi que Monet présente en 1877, lors de leur troisième exposition commune, sa fameuse série exécutée consacrée à la gare Saint-Lazare. Les impressionnistes peignent également les charmes de la vie moderne dans des scènes aussi populaires que joyeuses (Auguste Renoir, Le Bal du Moulin de la Galette, 1876). L’exposition de 1886 marque la fin officielle de l’impressionnisme en tant que mouvement constitué, ce qui n’empêche pas des œuvres postérieures d’être formellement très proches. Après cette date, chaque artiste poursuit sa voie, laissant derrière lui le souvenir d’expositions comptant parmi les évènements les plus importants de l’histoire de l’art du XIXe siècle.
    Show book
  • Michel-Angel - cover

    Michel-Angel

    Eugène Müntz

    • 0
    • 5
    • 0
    Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti) (Caprese, 1475 – Rome, 1564) Michel-Ange, comme Léonard de Vinci, avait plusieurs cordes à son arc et était à la fois sculpteur, architecte, peintre et poète. Il porta à leur apothéose le mouvement musculaire et l'effort, équivalents plastiques de la passion, à ses yeux. Il façonna son dessin, le poussant jusqu'aux limites extrêmes des possibilités de son âme tourmentée. Il n'y a aucun paysage dans la peinture de Michel-Ange. Toutes les émotions, toutes les passions, toutes les pensées de l'humanité furent personnifiées dans les corps nus des hommes et des femmes. Il ne les conçut presque jamais dans l'immobilité ou le repos. Michel-Ange devint peintre pour exprimer à travers un matériau plus malléable ce qui animait sa nature titanesque, ce que son imagination de sculpteur voyait, mais que la sculpture lui refusait. Ainsi cet admirable sculpteur devint le réateur des décorations les plus lyriques et les plus épiques jamais vues dans l'histoire de la peinture : les fresques de la chapelle Sixtine au Vatican. La profusion des inventions disséminées sur cette vaste surface est merveilleuse. Ce sont en tout 343 personnages principaux qui sont représentés avec une variété d'expressions prodigieuse, plusieurs de taille colossale, à côté de figures plus secondaires introduites pour leur effet décoratif. Le créateur de ce vaste plan n'avait que trente-quatre ans lorsqu'il s'attela au projet. Michel-Ange nous oblige à élargir notre conception du beau. Pour les Grecs, le critère était la beauté physique, mais Michel-Ange, sauf dans quelques exceptions, comme sa peinture d'Adam sur le plafond de la chapelle Sixtine, et ses sculptures de la Pietà, ne prêtait que peu d'attention à la beauté. Bien que maîtrisant parfaitement l'anatomie et les lois de la composition, il osait les ignorer toutes deux, si nécessaire, afin de suivre son idée : exagérer les muscles de ses personnages, et même les placer dans des positions inappropriées au corps humain. Dans son ultime fresque, celle du Jugement dernier sur le mur de l'autel de la chapelle, il laissa se déverser le torrent de son âme. Qu'étaient les règles en comparaison d'une souffrance intérieure qui devait s'épancher ? C'est à juste titre que les Italiens de son temps parlaient de la terribilità de son style. Michel-Ange fut le premier à donner à la forme humaine la possibilité d'exprimer toute une variété d'émotions psychiques. Dans ses mains, elle devint un instrument duquel il jouait, comme un musicien sur son orgue, en tirant des thèmes et des harmonies d'une diversité infinie. Ses personnages transportent notre imagination bien au-delà de la signification personnelle des noms qui leur sont attachés.
    Show book
  • Divisions urbaines - Représentations mémoires réalités - cover

    Divisions urbaines -...

    Irène Cagneau, Pierre-Jacques...

    • 0
    • 0
    • 0
    Si vivre en ville est désormais une réalité pour plus de la moitié de la population mondiale, la ville n’est pas un territoire unique et homogène : qu’elle soit petite, moyenne ou grande, elle est subdivisée, sinon fragmentée en secteurs, en districts, en quartiers. Les pratiques sociales, les paysages, les logiques administratives, politiques et économiques font des villes un assemblage plus ou moins hétéroclite de quartiers aux identités parfois très affirmées qui peuvent s’inscrire dans les différents temps urbains, ceux des individus et de leurs mémoires, celui de l’histoire de la ville.
    
    Que ces divisions soient observables dans les paysages urbains, qu’elles soient toujours actuelles et visibles, qu’elles soient matérielles ou immatérielles, qu’elles soient parfois imaginaires, elles font partie des éléments structurants des espaces urbains. Malgré leurs différences, les villes divisées révèlent un certain nombre de caractéristiques communes que cet ouvrage se propose d’explorer à partir d’une approche pluridisciplinaire, allant de la littérature aux sciences humaines et sociales en passant par la linguistique et les études cinématographiques.
    Show book
  • Antoni Gaudí - cover

    Antoni Gaudí

    Klaus Carl

    • 0
    • 4
    • 0
    Architecte et designer barcelonais, Antoni Gaudí (1852-1926) occupe une large place dans l’histoire de l’art espagnol. L’usage de la couleur, l’emploi de différents matériaux et l’introduction du mouvement dans ses constructions furent une innovation dans le domaine de l’architecture. Il laissa dans ses carnets de nombreuses réflexions à propos de son art telles que : « La couleur dans l’architecture doit être intense, logique et fertile. » Appuyée par de nombreuses photographies et de nombreux détails architecturaux, l’étude que mène l’auteur, Jeremy Roe, permet une approche du contexte de l’art barcelonais et introduit une minutieuse étude critique des constructions, objets et écrits du plus célèbre architecte barcelonais.
    Show book
  • Diego Rivera - cover

    Diego Rivera

    Gerry Souter

    • 0
    • 2
    • 0
    « Je connaissais Diego Rivera, le muraliste mexicain, bien avant de découvrir les nombreux autres « Diego Rivera » qui hantèrent le monde du début du XXe siècle à la fin des années 1950. […] Si ses peintures de chevalet et ses dessins forment une grande part de ses œuvres de jeunesse comme de la maturité, ses peintures murales uniques font exploser les murs par la virtuosité de leur composition époustouflante. Sur ces murs s’exposent tout à la fois l’homme, sa légende et ses mythes, son talent technique, son intensité narrative et les convictions idéologiques qu’il aimait afficher. » (Gerry Souter) Dépassant son admiration, Gerry Souter, auteur du remarquable Frida Kahlo, n’hésite pas à ramener Diego Rivera à une dimension humaine, en constatant ses choix politiques, ses amours, et « qu’au fond de lui bouillonnait le Mexique, langue de ses pensées, sang de ses veines, azur du ciel au-dessus de sa tombe. »
    Show book