Instant satisfaction for your thirst for knowledge!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
L’amour qui enraya la haine - Comment ma famille survécut au génocide du Rwanda - cover

L’amour qui enraya la haine - Comment ma famille survécut au génocide du Rwanda

Tharcisse Seminega

Publisher: Editions Schortgen

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

800 000 morts en 100 jours ! Il y a 25 ans, du 7 avril au 17 juillet 1994, le Pays des Mille Collines a été le sordide théâtre du génocide rwandais, quand les Hutu entreprirent de supprimer tous les Tutsi du pays. Ce fut le génocide le plus fulgurant de l’Histoire moderne, où les assassins et les victimes étaient des voisins, des collègues de travail, des fidèles d’une même paroisse, voire des conjoints.
L’amour qui enraya la haine est d’abord une autobiographie palpitante et dramatique. C’est le récit poignant et haletant d’une chasse à l’homme implacable engagée par des Hutu génocidaires contre l’auteur tutsi, sa femme et leurs cinq enfants, et un hommage à ceux qui firent leur possible pour se porter à leur secours – d’autres Hutu !
Mais le livre du professeur Seminega est aussi l’ouvrage passionnant d’un universitaire qui expose et explique, en documentant précisément son propos, les origines historiques des errements politiques – poursuivis sur des décennies – qui menèrent à l’incroyable folie meurtrière de 1994.
Enfin, l’ancien séminariste Tharcisse Seminega, qui adopta par la suite un parcours spirituel plus atypique, se livre à une analyse rigoureuse et pertinente du rôle de la religion dans la genèse de telles tempêtes mortifères, et des comportements tant collectifs qu’individuels qu’elle engendre. La religion, affolante force de Mal ou surprenante actrice de Bien?

Other books that might interest you

  • Dernier automne Last Autumn - cover

    Dernier automne Last Autumn

    Pierre Monette

    • 0
    • 0
    • 0
    En septembre, Diane apprend qu’elle est atteinte d’un cancer incurable : elle a de deux à trois mois devant elle. Elle décide d’affronter la réalité et de préparer sa mort. Son courage, sa lucidité, son refus du drame étonneront ses proches et ses médecins. Et quand il s’agira de faire ses adieux à la mer — à Martha’s Vineyard —, rien ne pourra arrêter Diane. Touchant aux larmes, et pourtant magnifique, frémissant (...). Dernier automne est aussi une réflexion sur la mort et sur l’humilité à laquelle elle nous contraint. Marie-Claude Fortin, La Presse Avec ce texte sur la mort, Pierre Monette signe probablement les plus belles pages qu’il m’ait été donné de lire sur l’amour. Michel Vézina, Ici
    Show book
  • Fritna - cover

    Fritna

    Gisèle Halimi

    • 0
    • 0
    • 0
    « Ma mère ne m’aimait pas. Ne m’avait jamais aimée, me disais-je certains jours. Elle, dont je guettais le sourire – rare – et toujours adressé aux autres, la lumière noire de ses yeux de Juive espagnole, elle dont j’admirais le maintien altier, la beauté immortalisée dans une photo accrochée au mur où dans des habits de bédouine, ses cheveux sombres glissant jusqu’aux reins, d’immenses anneaux aux oreilles, une jarre de terre accrochée au dos tenue par une cordelette sur la tête, elle, ma mère dont je frôlais les mains, le visage pour qu’elle me touche, m’embrasse enfin, elle, ma mère, ne m’aimait pas. » G.H.
    Show book
  • Te rejoindre - cover

    Te rejoindre

    Charles Juliet

    • 0
    • 0
    • 0
    «  De tout ce que j’ai écrit, les textes qui figurent dans ce livre audio me sont les plus chers. Ils ont trait à ma mère inconnue. Je les ai écrits pour lui parler, pour lui dire ma tendresse, tenter de la faire revivre quelque peu, elle qui n’a pas eu la vie qu’elle méritait. Je sais maintenant que je lui dois mon besoin d’écrire. J’aimerais que, portés par ma voix, ces pages et ces poèmes la tirent de la tombe, la fassent apparaître, lui procurent des amis qui prolongeront sa mémoire ». C.J. « Tu n’aurais osé le reconnaître, mais à maintes reprises, il est certain que l’immense et l’amour ont déferlé sur tes terres. Puis comme un coup qui t’aurait brisé la nuque, ce brutal retour au quotidien, à la solitude, à la nuit qui n’en finissait pas. Effondrée, hagarde. Incapable de reprendre pied. Te ressusciter. Te recréer. Te dire au fil des ans et des hivers avec cette lumière qui te portait, mais qui un jour, pour ton malheur et le mien, s’est déchirée. » C.J., Lambeaux (P.O.L., 1995)Charles Juliet a choisi des poèmes et des textes extraits de Lambeaux (P.O.L., 1995), Moisson (P.O.L. 2012) et Te rejoindre (Atelier des Grames, 2014).
    Show book
  • Winston Churchill - cover

    Winston Churchill

    John Mac

    • 0
    • 0
    • 0
    D’origine aristocratique, Winston Churchill entame une carrière politique en 1900. D’abord député conservateur puis libéral, plusieurs fois ministre de 1906 à 1929, il est élu aux communes en 1924. Dans les années 1930, il multiplie les avertissements contre l’Allemagne hitlérienne. Premier ministre de l’Angleterre en 1940, il incarne la résistance face au nazisme. Véritable chef de guerre fermement décidé à mener son pays à la victoire, il se rapproche des Etats-Unis et signe avec Roosevelt la Charte de l’Atlantique en août 1941. Il conclut également un accord avec Staline tout en restant vigilant à l’égard des communistes. Leader du parti conservateur, il est l’un des protagonistes de la victoire alliée sur l’Axe. Battu aux élections de 1945, il reste un personnage politique influent en dénonçant "le rideau de fer" et l’expansionnisme soviétique. Réélu en 1951, il restera au pouvoir jusqu’en 1954 avant de se retirer de la vie politique. Prix Nobel de littérature en 1953, il meurt à Londres en 1965.
    Show book
  • Perles d'accueil - Quand la solidarité s'organise - cover

    Perles d'accueil - Quand la...

    Ouvrage Collectif

    • 0
    • 0
    • 0
    Des milliers de personnes se sont relayées au quotidien pour apporter leur soutien auprès des réfugiés depuis 2015 en Belgique. 
     
    En septembre 2015 s’est créée la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés en réaction aux politiques belges peu enclines à trouver des solutions durables et humaines à la crise migratoire que traverse le pays ces dernières années. Depuis sa création, des milliers de personnes se sont relayées au quotidien pour apporter leur soutien auprès des réfugiés, sous la forme d’un repas, d’un hébergement, d’un soutien psychologique ou logistique, jusqu’à être inquiétée par la justice pour certaines d’entre elles. Conscientes qu’un tel élan de solidarité raconte beaucoup sur le fonctionnement actuel de nos démocraties et témoigne d’une certaine façon du fossé qui semble se creuser entre les politiques et les citoyens sur des questions essentielles de société, les éditions Mardaga ont choisi de participer au débat en éditant ce recueil de Perles, à savoir une sélection des meilleurs témoignages partagés sur Facebook (40 000 followers) par les bénévoles du mouvement – accueillants ou chauffeurs –  sur leur expérience d’accueil. Les textes, souvent touchants, parfois drôles, toujours sincères, sont entrecoupés des billets d’humeur de Mehdi Kassou, Adriana Costa Santos, Edgar Szoc, Xavier Deutsch, Cédric Herrou, Alexis Deswaef, Guillaume de Stexhe, Irène Kaufer, Françoise Gemenne et Philippe Hensmans, et portés par l’excellent travail de l’illustratrice Élise Neirinck. L’entièreté des droits d’auteur de ce livre sera versée à la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés / BXLRefugees. 
     
    Des textes, souvent touchants, parfois drôles, toujours sincères ! Ce recueil de Perles est une sélection des meilleurs témoignages partagés sur Facebook par les bénévoles du mouvement – accueillants ou chauffeurs –  sur leur expérience d’accueil. 
     
    EXTRAIT 
     
    Nous sommes en octobre 2017. Il est huit heures du matin. Je demande à Samy de ne pas réveiller Mustapha. « Il est extrêmement fatigué, tu sais, ça fait plusieurs nuits qu’il dort très peu ou même pas. » Samy en profite pour se blottir sous la couverture, bien au chaud, dans notre lit. Mais la curiosité l’empêche bien vite de tenir le poste et, quelques minutes plus tard… « Papa, est-ce que tu peux demander à Mustapha s’il veut jouer avec moi ? » Mustapha, à moitié endormi, n’a pas besoin de traduction et, quand je me lève, ils sont déjà en train de jouer à la PlayStation. Il n’aura fallu qu’une nuit passée sous notre toit pour que Mustapha, cet inconnu, devienne aux yeux de Samy le copain de papa, puis très vite son copain aussi, qui n’a pas de maison et vient donc dormir dans la nôtre. Normal. 
    Quelques jours avant pourtant, Mustapha s’était réveillé au parc, entouré de policiers s’élançant pour saisir les dormeurs et les emmener menottés, au son des cris d’alarme, des gens à peine réveillés et ensuite debout en sursaut, des coups de pied, des colsons, des gens qui courent, crient et laissent tout derrière eux pour sauver leur peau, leur paix, leur espoir, leur liberté. Des adolescents à pieds nus, des femmes jetées à terre par d’autres femmes, des hommes âgés tétanisés par la peur, des combis de police remplis de gens, des très jeunes gens, qui n’ont commis d’autre crime que celui de fuir leur pays et d’autre infraction que celle de n’avoir pas de papiers. 
     
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
     
    C'est un chef-d'oeuvre ? oui, à bien des égards. Les contributeurs ont certes, pour la plupart, la plume facile et le style agréable. Mais, soyons de bon compte, c'est pas Victor Hugo. Mais au-delà du chef d'oeuvre de littérature, c'est simplement l'humanité qui se dégage de ces histoires simples de rencontres.- Ninule - Babelio
    Show book
  • Des traversées et des mots - Recueil - cover

    Des traversées et des mots -...

    Collectif Collectif

    • 0
    • 0
    • 0
    Par les pays, les mers et les frontières, écoutez les récits des traversées infernales des exilés grâce aux voix des écrivains.Ce recueil veut vous donner des voix à entendre. Ces voix racontent les traversées, - de pays, de mers, de frontières ou d’enfers - qui, presque toujours, aboutissent à l’exil. Ces voix sont celles d’hommes et de femmes qui ont vécu, subi ou accompagné les fuites, les cheminements, les tortures et les rêves, brisés parfois. Et qui les écrivent. Ces voix sont celles d’écrivains (d’Irak, de Syrie, du Nigeria, du Congo, d’Espagne, de Belgique ou d’ailleurs) qui disent, de toute la force de leurs mots écorchés, la puissance de l’espoir. Et l’irréductible besoin de fraternité. Les droits d'auteurs issus de la vente de cet ouvrage seront reversés à Médecins du Monde pour ses programmes destinés aux personnes migrantes en Belgique.Un recueil de récits et de témoignages interpellant qui rassemble différents regards et les sensibilités pour décrire les cheminements et les rêves parfois brisés de ceux qui ont fui ! Les droits d'auteur de cet ouvrage seront versés à Médecins du Monde.EXTRAITDe la jetée de la Punta del Santo à Tarifa, on voit arriver, jour après jour, des hommes, des femmes, des enfants, enveloppés dans des couvertures rouges, et dont les gilets de sauvetage orange font ressortir les grands yeux, blancs, aux regards perdus. Quand ils sont nombreux, des journalistes accrédités, des autorités locales et des groupes de curieux sont là. Dans le meilleur des cas, ils descendent la passerelle des bateaux de sauvetage, le pas titubant, encore nauséeux du mal de mer, incrédules après la dure traversée du Détroit. Épuisés. Ils sont escortés par des Guardias civiles et des membres du personnel sanitaire. Certains parlent un peu d’anglais mais la plupart se taisent, baissent la tête. Attendent.Plus tard, quand les curieux et les journalistes seront partis, quand les projecteurs des bateaux de sauvetage seront éteints et que les autorités locales s’en seront allées, des silhouettes portant des masques et des gants bleus en latex, descendront les autres. Ceux qui n’ont plus rien à partager, à dire, à craindre. Ceux que la mer a pris. Ceux qui n’y sont pas arrivé.Si la mer était un cimetière, elle serait pleine de croix, de souvenirs de familles, d’individus rudement trainés pendant des milliers de kilomètres, là en bas, sur le fond. Si la mer avait une voix, son cri de douleur serait insupportable.Qui sont tous ces gens ?Pourquoi risquent-ils leur vie et la perdent souvent ?Qui étaient-ils avant que nous leur volions leur identité pour les appeler migrants ?Comment était leur vie, leur village, leur ville ?Quelle musique aimaient-ils ? Quels paysages voyaient-ils dont leurs pupilles ont désormais la nostalgie ?Un chœur de voix, de sensibilités, de regards surgit comme une grappe de vie dans ce recueil. Des traversées et des mots. Des voyages sans fin, qui révèlent un nouvel horizon.
    Show book