Reading without limits, the perfect plan for #stayhome
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Perles d'accueil - Quand la solidarité s'organise - cover

Perles d'accueil - Quand la solidarité s'organise

Ouvrage Collectif

Publisher: Mardaga

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Des milliers de personnes se sont relayées au quotidien pour apporter leur soutien auprès des réfugiés depuis 2015 en Belgique. 
 
En septembre 2015 s’est créée la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés en réaction aux politiques belges peu enclines à trouver des solutions durables et humaines à la crise migratoire que traverse le pays ces dernières années. Depuis sa création, des milliers de personnes se sont relayées au quotidien pour apporter leur soutien auprès des réfugiés, sous la forme d’un repas, d’un hébergement, d’un soutien psychologique ou logistique, jusqu’à être inquiétée par la justice pour certaines d’entre elles. Conscientes qu’un tel élan de solidarité raconte beaucoup sur le fonctionnement actuel de nos démocraties et témoigne d’une certaine façon du fossé qui semble se creuser entre les politiques et les citoyens sur des questions essentielles de société, les éditions Mardaga ont choisi de participer au débat en éditant ce recueil de Perles, à savoir une sélection des meilleurs témoignages partagés sur Facebook (40 000 followers) par les bénévoles du mouvement – accueillants ou chauffeurs –  sur leur expérience d’accueil. Les textes, souvent touchants, parfois drôles, toujours sincères, sont entrecoupés des billets d’humeur de Mehdi Kassou, Adriana Costa Santos, Edgar Szoc, Xavier Deutsch, Cédric Herrou, Alexis Deswaef, Guillaume de Stexhe, Irène Kaufer, Françoise Gemenne et Philippe Hensmans, et portés par l’excellent travail de l’illustratrice Élise Neirinck. L’entièreté des droits d’auteur de ce livre sera versée à la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés / BXLRefugees. 
 
Des textes, souvent touchants, parfois drôles, toujours sincères ! Ce recueil de Perles est une sélection des meilleurs témoignages partagés sur Facebook par les bénévoles du mouvement – accueillants ou chauffeurs –  sur leur expérience d’accueil. 
 
EXTRAIT 
 
Nous sommes en octobre 2017. Il est huit heures du matin. Je demande à Samy de ne pas réveiller Mustapha. « Il est extrêmement fatigué, tu sais, ça fait plusieurs nuits qu’il dort très peu ou même pas. » Samy en profite pour se blottir sous la couverture, bien au chaud, dans notre lit. Mais la curiosité l’empêche bien vite de tenir le poste et, quelques minutes plus tard… « Papa, est-ce que tu peux demander à Mustapha s’il veut jouer avec moi ? » Mustapha, à moitié endormi, n’a pas besoin de traduction et, quand je me lève, ils sont déjà en train de jouer à la PlayStation. Il n’aura fallu qu’une nuit passée sous notre toit pour que Mustapha, cet inconnu, devienne aux yeux de Samy le copain de papa, puis très vite son copain aussi, qui n’a pas de maison et vient donc dormir dans la nôtre. Normal. 
Quelques jours avant pourtant, Mustapha s’était réveillé au parc, entouré de policiers s’élançant pour saisir les dormeurs et les emmener menottés, au son des cris d’alarme, des gens à peine réveillés et ensuite debout en sursaut, des coups de pied, des colsons, des gens qui courent, crient et laissent tout derrière eux pour sauver leur peau, leur paix, leur espoir, leur liberté. Des adolescents à pieds nus, des femmes jetées à terre par d’autres femmes, des hommes âgés tétanisés par la peur, des combis de police remplis de gens, des très jeunes gens, qui n’ont commis d’autre crime que celui de fuir leur pays et d’autre infraction que celle de n’avoir pas de papiers. 
 
CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
 
C'est un chef-d'oeuvre ? oui, à bien des égards. Les contributeurs ont certes, pour la plupart, la plume facile et le style agréable. Mais, soyons de bon compte, c'est pas Victor Hugo. Mais au-delà du chef d'oeuvre de littérature, c'est simplement l'humanité qui se dégage de ces histoires simples de rencontres.- Ninule - Babelio

Other books that might interest you

  • 100 fables de La Fontaine les plus célèbres - cover

    100 fables de La Fontaine les...

    Jean de La Fontaine

    • 0
    • 0
    • 0
    Petits ou grands, nous avons tous en tête des fables de La Fontaine : « le corbeau et le renard », « la cigale et la fourmi », « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf », « le chêne et le roseau », « le lièvre et la tortue » et tant d'autres. Chacune de ces fables est une petite histoire, avec des mots simples, et contient des vérités qui servent de leçons. Il y a un peu de nous, un peu des autres, un peu de tous, dans chacune des fables. Elles nous parlent, nous nous y reconnaissons. Elles croquent avec humour et finesse nos mœurs et nos faiblesses, nos travers et nos défauts, nos petites lâchetés comme nos grandes vanités. Les puissants qui nous gouvernent ne sont pas épargnés, tout autant que tout un chacun. Comme le dit si bien l'auteur, Jean de La Fontaine, « tout parle en mon ouvrage, et même les poissons, ce qu'ils disent s'adresse à tous tant que nous sommes ; je me sers d'animaux pour instruire les hommes ». La brièveté, cette simplicité magnifique, est l'âme du conte. La structure de chaque fable est simple : le récit, une description, un discours ou un dialogue, une action, une peinture des caractères, et la moralité. Les fables existent depuis la plus haute antiquité. Aujourd'hui encore, les fables de La Fontaine nous parlent par leur justesse et leur universalité. La Fontaine a réussi à faire entrer l'univers entier dans ses fables : « la nature entière, la nature morale et la nature physique, les animaux, les hommes, les femmes et les dieux, le ciel et la Terre, l'histoire et la mythologie, la politique, la religion, la philosophie ; c'est une ample comédie à cent actes divers ; on y trouve comme dans le drame, la mise en scène, le dialogue, les passions et les caractères ; c'est un miroir du monde sous une optique réduite, et tout ce qui intéresse l'homme vient s'y refléter ». Fénelon l'a pleuré a sa mort, en 1695, et s'est consolé ainsi : «  Jean de La Fontaine vit tout entier dans ses immortels écrits, il appartient aux siècles modernes pour toujours. »
    Show book
  • Weber l'esprit du capitalisme - cover

    Weber l'esprit du capitalisme

    Max Weber

    • 0
    • 0
    • 0
    « L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme » est une des œuvres fondatrices de la sociologie moderne. Max Weber propose de comprendre l'organisation capitaliste de l'économie. Il construit l'idéal type, qui consiste en une rationalisation de la production et du travail afin d'assurer le profit maximal. Cet idéal type trouve son origine et sa cause dans l'éthique protestante, dont l'ascétisme encourage l'accumulation des richesses interdisant leur consommation. Retrouvez dans ce livre audio le chapitre 2 de la thèse de Max Weber où l'économiste définit « l'esprit du capitalisme ».
    Show book
  • Juan Clarós y Presas (1749-1827) - Monographie consacrée à Clarós et son époque - cover

    Juan Clarós y Presas (1749-1827)...

    Domingo Neuenschwander de Clarós

    • 0
    • 0
    • 0
    L’auteur de ce volume, Domingo Neuenschwander de Clarós, nous fait découvrir son ancêtre, Juan Clarós y Presas (1749-1827), un héros oublié par l’Histoire.Voici le fruit de ses passionnantes recherches, en quête de ses propres racines.Cet ouvrage, débordant de faits marquants ayant influencé le cours des deux guerres contre la France de 1793 à 1814, nous raconte des histoires extraordinaires de courage et de résistance dansl’Ampurdan, à Gérone et au château de Sant Ferran de Figueres.
    Show book
  • Petit traité de balayage - Essai littéraire - cover

    Petit traité de balayage - Essai...

    Edwige Wilson

    • 1
    • 0
    • 0
    Edwige Wilson tente de répondre à la question aussi surprenante que fondamentale : comment la pensée naît-elle du corps à corps avec un balai ?La concentration exercée pour l’accomplissement de la tâche est-elle de la même intensité si le résultat est immédiat ou change-t-elle avec la durée ? La réponse me paraît simple. Dans le premier cas, la concentration est intense et focalisée puis disparaît lorsque l’action se termine. Dans le second cas, la concentration, plus superficielle, permet aux pensées de se réorienter souvent par l’intermédiaire d’un objet. J’ai remarqué que l’esprit, dans ces moments de baisse d’intensité, se focalise sur des éléments périphériques mais associés à l’action du balayage. Par exemple, je peux me poser la question de savoir si, au moment où le balai s’en approche, tel meuble doit être réparé car il est abîmé. Si le balayage se poursuit sans heurt pendant un certain temps, il m’arrivera de penser au meuble non en tant que meuble mais en tant que représentation d’une tranche de vie. Où fut-il acheté, comment, dans quelle circonstance ? La bonne maîtrise d’un balayage ininterrompu nous permet de voyager dans le passé, proche ou distant.Une méditation en apparence anodine sur les pensées qui accompagnent les gestes simples du quotidien.EXTRAITLorsque j’entrepris d’écrire quelques lignes sur le balayage, je ne savais pas exactement comment aborder ce sujet délicat.Certains pourraient arguer qu’il suffit de prendre un balai en main et de faire les mouvements qui correspondent au balayage tel qu’on le voit couramment pour comprendre ce dont il s’agit. Le sujet semble facile et ne nécessite aucune explication particulière. Il suffit d’agir. Le résultat est immédiatement visible. Si le résultat est médiocre ou inexistant, il n’est point besoin de réfléchir mais plutôt de recommencer en faisant les mêmes gestes. Rien de bien compliqué. Le balayage se comprend grâce à sa pratique. Mais je voulais aller plus loin car il me semblait avoir remarqué quelques phénomènes étonnants et inattendus découlant peut-être de l’action de balayer.À PROPOS DE L'AUTEUREdwige Wilson vit dans un joli petit village du Gard, partageant son temps entre l'écriture et de fréquentes visites en Angleterre où vivent ses enfants et petits-enfants.
    Show book
  • Vaut-il mieux être toute petite ou abandonné à la naissance ? - cover

    Vaut-il mieux être toute petite...

    Gilles Legardinier, Mimie Mathy

    • 0
    • 0
    • 0
    Mimie est l'une des comédiennes les plus populaires de notre pays et Gilles l'un des auteurs les plus lus. Au-delà de leur notoriété, l'un et l'autre ont une particularité qui a façonné leur vie... 
    L'idée est simple : à partir d'une rencontre humaine formidable, ils ont eu envie de se poser les questions que personne n'ose jamais soulever afin d'aborder légèrement, mais en toute connaissance de cause, ce qui aurait dû les détruire et les a finalement construits. Loin d'être une thérapie, ce livre est une invitation, une volonté de dire à ceux qui ne se reconnaissent pas dans les stéréotypes du monde qu'ils y ont aussi leur place. C'est un dialogue libre, authentique, joyeux et émouvant, un regard croisé, un essai comparatif décalé et tendre pour aider ceux qui ne trouvent pas leur place à se la fabriquer. 
    Bienvenue au coeur d'un échange exceptionnel où chacun veut découvrir avec bienveillance les pires problèmes de l'autre et comment s'en sortir. Avec autant de chaleur que de pertinence, ces deux humanités prouvent qu'aucun destin n'est joué d'avance.
    Show book
  • Lettres à un jeune poète - cover

    Lettres à un jeune poète

    Rainer Maria Rilke

    • 0
    • 0
    • 0
    Fin 1902, un jeune homme de 20 ans envoie ses essais poétiques à Rainer Maria Rilke et lui demande de les juger. Une correspondance s’établit entre les deux hommes. Dix lettres constituent ce recueil, publié en 1929, après la mort de Rilke.« Vous me demandez si vos vers sont bons… Votre regard est tourné vers le dehors ; c’est cela qu’il ne faut plus faire. Personne ne peut vous apporter conseil ou aide, personne. Il n’est qu’un seul chemin. Entrez en vous-même, cherchez le besoin qui vous fait écrire : examinez s’il pousse ses racines au plus profond de votre cœur. Confessez-vous à vous-même : mourriez-vous s’il vous était défendu d’écrire ? Ceci surtout : demandez-vous à l’heure la plus silencieuse de la nuit : “Suis-je vraiment contraint d’écrire ?” Creusez en vous-même vers la plus profonde réponse. Si cette réponse est affirmative, si vous pouvez faire front à une aussi grave question par un fort et simple “je dois”, alors construisez votre vie sur cette nécessité. » R.M.R.
    Show book