Discover a world full of books!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Manet - cover

Manet

Nathalia Brodskaya

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Edouard Manet 
(Paris, 1832 – 1883)
Manet est l'un des plus célèbres artistes de la seconde moitié du XIXe siècle, lié aux impressionnistes sans faire vraiment partie de leur groupe. Chérissant son indépendance, il eut une grande influence sur la peinture française, en partie due au choix de ses sujets tirés de la vie quotidienne, de son usage de couleurs pures et de sa technique rapide et libre. C'est son œuvre qui assura la transition entre le réalisme de Courbet et la vision novatrice des impressionnistes.
Issu de la grande bourgeoisie, il choisit de devenir peintre après avoir raté son entrée à l'Ecole navale. Il se forma auprès de Thomas Couture, un peintre académique, mais c'est grâce à ses nombreux voyages à travers l'Europe qu'il entreprit dès 1852, qu'il commença à se faire une idée de ce qu'allait être son style propre.
Ses premières peintures étaient essentiellement des scènes de genre, inspirées par son amour pour les maîtres espagnols comme Velazquez et Goya, et le portrait. C'est en 1863 qu'il présenta son chef-d'œuvre Le Déjeuner sur l'herbe au Salon des refusés. Son œuvre déclenchant une polémique entre les défenseurs de l'art académique et les jeunes artistes «refusés », il devint le chef de file de cette nouvelle génération d'artistes.
A partir de 1864, le salon officiel accepta ses travaux, provoquant toujours de véhémentes protestations comme ce fut le cas avec Olympia en 1865. En 1866, l'écrivain Zola écrivit un article en faveur du travail de Manet. A cette époque, le peintre était ami avec tous les futurs grands maîtres impressionnistes : Edgar Degas, Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro et Paul Cézanne, qui s'influençaient les uns les autres ; pourtant il restait délibérément à l'extérieur du groupe. En effet, en 1874 il refusa de présenter ses peintures lors de leur première exposition. Sa dernière apparition dans un salon officiel fut en 1882 avec Un Bar aux Folies-Bergère, l'une de ses œuvres les plus connues. Atteint par la gangrène au cours de l'année 1883, il peignit des natures mortes de fleurs jusqu'au moment où il ne s'en sentit plus capable, et il mourut en laissant derrière lui un grand nombre de dessins et de peintures.

Other books that might interest you

  • Goya - cover

    Goya

    Jp. A. Calosse

    • 0
    • 0
    • 0
    Francisco de Goya y Lucientes (Fuentetodos, 1746 – Bordeaux, 1828)
    Goya est peut-être le peintre le plus accessible entre tous. Son art, comme sa vie, est un livre ouvert. Il ne cachait rien de ses contemporains, et leur offrait son art avec la même franchise. L'entrée dans son monde n'est pas barricadée de difficultés techniques. Il prouva que si un homme a la capacité de vivre et de multiplier ses expériences, de se battre et de travailler, il peut produire un grand art sans besoin de recourir au décorum classique, ni à la décence traditionnelle. Il naquit en 1746, à Fuendetodos, un petit village de montagne d'une centaine d'habitants. Enfant, il travailla dans les  hamps avec ses deux frères et sa soeur, jusqu'au moment où son talent pour le dessin mit fin à sa misère. A 14 ans, soutenu par un riche bienfaiteur, il partit pour Saragosse, afin d'étudier auprès d'un peintre de cour, et plus tard, à l'âge de dix-neuf ans, pour Madrid. Jusqu'à son trente-septième anniversaire, si l'on omet des dessins de tapisserie d'une qualité décorative méconnue et cinq petits tableaux, Goya ne peignit rien de significatif. En revanche, une fois qu'il eut dominé ses énergies récalcitrantes, il produisit des chefs - d'oeuvre avec la vélocité d'un Rubens. Sa nomination à la cour fut suivie d'une décennie d'activité incessante – des années de peinture et de scandales – entrecoupée de périodes de maladie. Les esquisses de Goya démontrent une maîtrise du dessin de premier ordre. En peinture, il est, comme Velàzquez, plus ou moins tributaire de son modèle, mais non pas à la manière détachée de l'expert en nature morte. Si une femme est laide, il fait sienne son indigne laideur ; si elle est séduisante, il met en scène son charme. Il préfère terminer ses portraits en une seule séance de pose et être un tyran pour ses modèles. Comme Velàzquez, il se concentre sur les visages, mais il dessine ses têtes avec astuce, et les construit grâce à des tons de gris transparents. Des formes monstrueuses habitent son univers en noir et blanc : ce sont ses productions les plus profondément réfléchies. Ses figures fantastiques, comme il les appelle, nous remplissent d'un sentiment de joie ignoble, exacerbent nos instincts démoniaques, et nous transportent dans des délires de destruction peu charitables. Son génie atteint des sommets dans ses dessins des horreurs de la guerre. Placée à côtés des oeuvres de Goya, n'importe quelle autre image de guerre fait figure d'étude sentimentale de la cruauté. Il évite les actions éparpillées sur le champ de bataille et se confine dans des scènes de boucherie isolées. Nulle part il n'a obtenu une telle maîtrise de la forme et du mouvement, des gestes aussi dramatiques et des effets d'ombre et de lumière aussi ahurissants. Goya a rénové et innové dans toutes les directions.
    Show book
  • La Peinture française - cover

    La Peinture française

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Avant le XVIIe siècle, l’école française n’occupait qu’une modeste place dans la peinture européenne. C’est seulement à partir de cette date que les peintres anonymes cédèrent la place à toute une pléiade de noms devenus célèbres : Nicolas Poussin, Georges de la Tour, Claude Le Lorrain, les frères Le Nain...Aux XVIIIe et XIXe siècles, la peinture française est à son apogée. Les musées du monde entier conservent aujourd’hui les toiles de Watteau, David, Ingres, Delacroix, Rousseau, Monet, Renoir. Cet ouvrage offre à l’amateur d’art, pour chaque genre, (natures mortes, portraits, paysages...) une étude complète et illustrée sur l’évolution de la peinture française pendant cinq siècles.
    Show book
  • Puvis de Chavannes - cover

    Puvis de Chavannes

    John La Farge, Arsène Alexandre

    • 0
    • 0
    • 0
    Pierre Puvis de Chavannes, le 14 décembre 1824 et mort le 24 octobre 1898, est un peintre français, considéré comme une figure majeure de la peinture française du XIXe siècle. Puvis de Chavannes réalise de grands décors muraux : au palais Longchamp à Marseille (1867-1869), à l'hôtel de ville de Poitiers (1870- 1875), à l'hôtel de ville de Paris (1887-1894), à la Bibliothèque publique de Boston (1881-1896), le Panthéon de Paris, où il traite de la vie de Sainte Geneviève (1874-1878) et (1893-1898) ; l'escalier du musée des beaux-arts de Lyon (1884-1886) avec le Bois sacré ; et enfin le grand décor de l'amphithéâtre de la Sorbonne à Paris (1886-1889), qui développe le thème du Bois sacré. Chacun de ces décors donne lieu à des études, copies, répliques, cartons préparatoires qui popularisent cette œuvre décorative immense. Il conquiert l'admiration d'une génération entière, influençant non seulement les idéalistes tels qu’Odilon Redon, Henri Martin, mais aussi les Nabis, Paul Gauguin, Georges Seurat, Maurice Denis, et Pablo Picasso .En 1890, ilfonde avec Jean-Louis-Ernest Meissonnier, et Auguste Rodin la Société nationale des beaux-arts.
    Show book
  • Galle - cover

    Galle

    Émile Gallé

    • 0
    • 0
    • 0
    Une icône dans le mouvement Art Nouveau, Émile Gallé (1846-1904) a cherché à montrer la beauté et la simplicité de la nature dans ses oeuvres en verre. Ses créations, appelées « Poésie de verre », vont de la poterie, aux bijoux et au mobilier. Tout ce que Gallé a produit contient une trace de sa grande technicité qui reflète son innovation artistique et ses compétences créatives. Cet ouvrage révèle la beauté et l’ingéniosité dont Émile Gallé a su faire preuve dans son oeuvre.
    Show book
  • Les femmes savantes - cover

    Les femmes savantes

    Molière Molière

    • 0
    • 0
    • 0
    Les femmes soulèvent à chaque époque - croyant l’inventer- la querelle de l'égalité des sexes, qui dure en vérité depuis que le monde est monde. Dans 'Les femmes savantes', Molière s'attaque cependant moins au beau sexe qu'aux cuistres des deux bords. Si Bélise ou Philaminte revendiquent un savoir qui leur encombre la langue sans leur pénétrer l'esprit, l'art et la science de Trissotin se résument également à un ridicule jargon mondain. Trissotin et trissotines : renvoyés dos à dos, enfin à égalité ! Avec peut-être... sûrement même, l'idée derrière la tête que si les hommes et les femmes sont égaux, ma foi, il en est de plus égaux que d'autres. Les Femmes savantes est une pièce de théâtre en cinq actes et en alexandrins de Molière, comédie de mœurs notamment sur l'éducation des filles, créée au théâtre du Palais-Royal le 11 mars 1672.
    Show book
  • 1000 Aquarelles de Génie - cover

    1000 Aquarelles de Génie

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Mélange d’eau et de pigments permettant une grande liberté de facture, l’aquarelle sert souvent aux esquisses préparatoires. Albrecht Dürer est l’un des premiers à l’utiliser. Au XVIIIe siècle, les artistes anglais en font un médium autonome libéré des contraintes académiques. Cette évolution aura un impact considérable pour les générations suivantes. Parmi les artistes les plus célèbres ayant produit des aquarelles, on peut citer Turner, Whistler, Constable, Sargent, Van Gogh, Kandinsky, Klee, ou encore Schiele.
    Show book