Don't put off till tomorrow the book you can read today!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Elsa Z tant à raconter - cover

Elsa Z tant à raconter

Marie-Chantal Guilmin

Publisher: Éditions Dédicaces

  • 4
  • 34
  • 0

Summary

Marie-Chantal Guilmin, écrivain et journaliste, raconte ici la vie romancée d'Elsa Zilberbogen, juive polonaise cachée pendant la guerre en France. Elle fut réfugiée à Mazamet, avec sa soeur et sa mère à l'école Notre-Dame. Cette rencontre fut un véritable coup de foudre amical.

Other books that might interest you

  • Claquent bottes et sabots - cover

    Claquent bottes et sabots

    Georges Kindel

    • 0
    • 0
    • 0
    Autobiographie, souvenirs de famille, la mémoire et les recherches de Georges Kindel nous font retrouver la vie profonde de notre pays.
    Show book
  • Edgar Degas l'homme pressé - cover

    Edgar Degas l'homme pressé

    Françoise Barbe Gall

    • 0
    • 0
    • 0
    Observateur précis et minutieux de la réalité, Degas est aussi le peintre du geste furtif et de la pose à peine retenue, celui qui saisit au vol ce que personne n’était censé voir….D’une grande clarté dans son propos, enregistré sur le vif de la parole, Françoise Barbe-Gall nous propose une promenade dans l’œuvre d’ Edgar Degas.
    Show book
  • La vie domino - Une nouvelle dans les bidonvilles lyonnais - cover

    La vie domino - Une nouvelle...

    Azouz Begag

    • 0
    • 0
    • 0
    Dans sa première nouvelle, Azouz Begag nous fait entrevoir un monde chamarré et insoupçonnéLe lecteur est invité à pousser la porte du Café du Soleil avec les « chibanis », qui viennent y jouer aux dominos avant de regagner leurs garnis. Une nouvelle où l’on retrouve avec bonheur l’atmosphère de l’inoubliable Gone du Chaâba.EXTRAITÀ chaque fois que les petits rectangles blancs heurtent le tapis vert, les commentaires fusent : « Tu le voulais, le 4, tiens prends-le ! Il est là ! », « Vas-y, mange ça ! », exprimant la farouche volonté du joueur de prendre le dessus sur l’autre dans ce jeu, de lui prouver qu’il a un adversaire de poids face à lui, un homme digne qui a des arguments pour se défendre. Plus je regarde ces chibanis s’escrimer aux dominos autour de la table du Café du Soleil, plus je vois clair. Ils prennent leur revanche. Contre la vie, contre l’exil qui les a poussés si loin de leur contrée natale et de leurs attaches familiales, vers les usines de France et les garnis de la Blace Debout. Si nombreux. Si seuls. Ces hommes se battent contre des fantômes. Il y en a pléthore au Café du Soleil. D’ailleurs, j’en vois un au-dessus de l’escabeau assis jambes croisées, et un autre devant le miroir rouillé, d’autres accoudés au bar, en attente. Il y a un rigolo en pyjama blanc qui se cure les ongles en attendant que sonne le glas. Je me demande pourquoi je suis le seul à les voir .Et ils savent que je les vois. Ils font comme si je n’existais pas.À PROPOS DE L'AUTEURAzouz Begag (né le 5 février 1957, à Lyon) est un écrivain et chercheur français. Il a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des Chances de 2005 à 2007 dans le gouvernement de Dominique de Villepin. Auteur d’une trentaine d’ouvrages – romans, essais –, son Gone du Chaâba, best-seller publié par les éditions du Seuil, en 1986, a été adapté au cinéma par Christophe Ruggia en 1997.
    Show book
  • Perles d'accueil - Quand la solidarité s'organise - cover

    Perles d'accueil - Quand la...

    Ouvrage Collectif

    • 0
    • 0
    • 0
    Des milliers de personnes se sont relayées au quotidien pour apporter leur soutien auprès des réfugiés depuis 2015 en Belgique. 
     
    En septembre 2015 s’est créée la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés en réaction aux politiques belges peu enclines à trouver des solutions durables et humaines à la crise migratoire que traverse le pays ces dernières années. Depuis sa création, des milliers de personnes se sont relayées au quotidien pour apporter leur soutien auprès des réfugiés, sous la forme d’un repas, d’un hébergement, d’un soutien psychologique ou logistique, jusqu’à être inquiétée par la justice pour certaines d’entre elles. Conscientes qu’un tel élan de solidarité raconte beaucoup sur le fonctionnement actuel de nos démocraties et témoigne d’une certaine façon du fossé qui semble se creuser entre les politiques et les citoyens sur des questions essentielles de société, les éditions Mardaga ont choisi de participer au débat en éditant ce recueil de Perles, à savoir une sélection des meilleurs témoignages partagés sur Facebook (40 000 followers) par les bénévoles du mouvement – accueillants ou chauffeurs –  sur leur expérience d’accueil. Les textes, souvent touchants, parfois drôles, toujours sincères, sont entrecoupés des billets d’humeur de Mehdi Kassou, Adriana Costa Santos, Edgar Szoc, Xavier Deutsch, Cédric Herrou, Alexis Deswaef, Guillaume de Stexhe, Irène Kaufer, Françoise Gemenne et Philippe Hensmans, et portés par l’excellent travail de l’illustratrice Élise Neirinck. L’entièreté des droits d’auteur de ce livre sera versée à la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés / BXLRefugees. 
     
    Des textes, souvent touchants, parfois drôles, toujours sincères ! Ce recueil de Perles est une sélection des meilleurs témoignages partagés sur Facebook par les bénévoles du mouvement – accueillants ou chauffeurs –  sur leur expérience d’accueil. 
     
    EXTRAIT 
     
    Nous sommes en octobre 2017. Il est huit heures du matin. Je demande à Samy de ne pas réveiller Mustapha. « Il est extrêmement fatigué, tu sais, ça fait plusieurs nuits qu’il dort très peu ou même pas. » Samy en profite pour se blottir sous la couverture, bien au chaud, dans notre lit. Mais la curiosité l’empêche bien vite de tenir le poste et, quelques minutes plus tard… « Papa, est-ce que tu peux demander à Mustapha s’il veut jouer avec moi ? » Mustapha, à moitié endormi, n’a pas besoin de traduction et, quand je me lève, ils sont déjà en train de jouer à la PlayStation. Il n’aura fallu qu’une nuit passée sous notre toit pour que Mustapha, cet inconnu, devienne aux yeux de Samy le copain de papa, puis très vite son copain aussi, qui n’a pas de maison et vient donc dormir dans la nôtre. Normal. 
    Quelques jours avant pourtant, Mustapha s’était réveillé au parc, entouré de policiers s’élançant pour saisir les dormeurs et les emmener menottés, au son des cris d’alarme, des gens à peine réveillés et ensuite debout en sursaut, des coups de pied, des colsons, des gens qui courent, crient et laissent tout derrière eux pour sauver leur peau, leur paix, leur espoir, leur liberté. Des adolescents à pieds nus, des femmes jetées à terre par d’autres femmes, des hommes âgés tétanisés par la peur, des combis de police remplis de gens, des très jeunes gens, qui n’ont commis d’autre crime que celui de fuir leur pays et d’autre infraction que celle de n’avoir pas de papiers. 
     
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
     
    C'est un chef-d'oeuvre ? oui, à bien des égards. Les contributeurs ont certes, pour la plupart, la plume facile et le style agréable. Mais, soyons de bon compte, c'est pas Victor Hugo. Mais au-delà du chef d'oeuvre de littérature, c'est simplement l'humanité qui se dégage de ces histoires simples de rencontres.- Ninule - Babelio
    Show book
  • La Chambre claire - Note Sur La Photographie - cover

    La Chambre claire - Note Sur La...

    Roland Barthes

    • 0
    • 0
    • 0
    «Marpa fut très remué lorsque son fils fut tué, et l'un de ses disciples dit: "Vousnous disiez toujours que tout est illusion. Qu'en est-il de la mort de votre fils,n'est-ce pas une illusion?". Et Marpa répondit: "Certes, mais la mort de mon filsest une super-illusion." » Pratique de la voie tibétaine 
     La Chambre claire se présente au départ comme un essai sur la photographie. À ce titre, il est devenu une référence majeure. Mais il s’agit aussi et surtout d’un superbe récit. Au moment où Roland Barthes découvre le lien essentiel entre la photographie et l’épreuve intime qui l’obsède – la mort de sa mère –, il parvient à nous emporter dans un cheminement à la recherche du temps perdu et de l’être aimé. Comme l’explique Benoît Peeters dans l’entretien qui accompagne ici la bouleversante lecture de Daniel Mesguich, l’expérience la plus noire devient alors lumineuse; c’est pourquoi ce livre, peut-être le plus beau de Roland Barthes, ne s’appelle pas la chambre obscure, mais bien La Chambre claire.
    Show book
  • Pour que la roue tourne au nom du père - L'histoire d'une hypersensibilité - cover

    Pour que la roue tourne au nom...

    Gwénola Le Dref

    • 0
    • 0
    • 0
    Un récit autobiographique fort et courageux. 
    Celui d’une femme qui relate un parcours de vie atypique. 
    Celui d’une femme qui malgré un départ plus que chaotique dans la vie a su relever la tête. 
    Adoptée à l’âge de deux ans, elle partage avec nous sa quête d’identité en partie à travers des écrits produits pendant sa psychanalyse. 
    L’histoire d’une femme qui a cherché envers et contre tout à corriger les erreurs dangereuses d’un système de santé incohérent et dominant, pour qui ses problèmes de santé n’étaient qu’une conséquence de l’adoption. 
    Dans ce livre, l’auteur a réfléchi, cherché, interrogé, expérimenté…. pour se sortir de la souffrance tant psychique que physique. 
    Ce qui pouvait commencer par un doute s’est peu à peu et à force de recherches, recoupements, interrogations, expériences diverses….transformé en quasi certitudes…certitudes toujours balayées par une caste médicale qui pense qu’elle détient le savoir absolu. 
    La citation de Gandhi « Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde » prend toute sa dimension dans ce livre. 
    Comme elle le dit elle-même, il est possible que vous qui souffrez de différents troubles, vous trouviez dans ces pages l’impulsion vers une prise en main différente de votre santé et donc de votre destin. 
    Émouvant et porteur d'espoir pour tous les malades chroniques de toutes sortes que nous sommes. 
    Et ce livre va même au-delà !
    Show book