Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Pierre Paul Rubens - cover

Pierre Paul Rubens

Maria Varshavskaya, Xenia Egorova

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Mondialement célèbre pour ses nus sensuels, aux formes généreuses, Pierre Paul Rubens (1577-1640), était un artiste dont la préoccupation première était la sensualité. Ce maître baroque, célébrera toute sa vie les plaisirs et l’émerveillement que procure le corps. Il estimait que le corps humain était tout aussi naturel que les nombreux paysages qu’il peignait lorsqu’il était jeune. Dans ce texte brillamment illustré, María Varshavskaya et Xenia Yegorova observent le maître au travail, mettant l’accent de manière unique sur la vie et l’œuvre de Rubens.

Other books that might interest you

  • Nature Morte - cover

    Nature Morte

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Cézanne vécut grâce à une tasse de thé, ou plutôt c’est dans une tasse de thé qu’il réalisa qu’il y avait quelque chose de vivant. Il sut élever la représentation d’une nature morte à un tel niveau qu’elle n’en était plus inanimée. Vassily Kandinsky disait à propos de l’artiste français : « Il peignait ces choses comme des êtres humains parce qu’il était doté de la capacité à deviner la vie intérieure de celles-ci ». En plus de Cézanne, ce livre se consacre aux natures mortes peintes par d’autres grands artistes tels que Van Gogh, Matisse, Chardin, et Picasso.
    Show book
  • Diego Rivera - cover

    Diego Rivera

    Gerry Souter

    • 0
    • 0
    • 0
    « Je connaissais Diego Rivera, le muraliste mexicain, bien avant de découvrir les nombreux autres « Diego Rivera » qui hantèrent le monde du début du XXe siècle à la fin des années 1950. […] Si ses peintures de chevalet et ses dessins forment une grande part de ses œuvres de jeunesse comme de la maturité, ses peintures murales uniques font exploser les murs par la virtuosité de leur composition époustouflante. Sur ces murs s’exposent tout à la fois l’homme, sa légende et ses mythes, son talent technique, son intensité narrative et les convictions idéologiques qu’il aimait afficher. » (Gerry Souter) Dépassant son admiration, Gerry Souter, auteur du remarquable Frida Kahlo, n’hésite pas à ramener Diego Rivera à une dimension humaine, en constatant ses choix politiques, ses amours, et « qu’au fond de lui bouillonnait le Mexique, langue de ses pensées, sang de ses veines, azur du ciel au-dessus de sa tombe. »
    Show book
  • Kandinsky - cover

    Kandinsky

    Victoria Charles

    • 3
    • 8
    • 0
    Vassily Kandinsky (Moscou, 1966 – Neuilly-sur-Seine, 1944) L’art de Kandinsky ne révèle pas les stigmates qui marquèrent la création des autres représentants de l’avant-garde russe. Il quitta la Russie bien avant que l’esthétique officielle soviétique n’ait banni l’art contemporain. Il visita Paris et l’Italie et, dans ses premiers travaux, il rendit même un certain hommage à l’impressionnisme. Mais c’est à l’Allemagne qu’il donna sa préférence pour y étudier. Choisissant Munich et non Paris, il optait pour l’école au détriment du milieu artistique. Ses premiers tableaux révèlent des traits de l’impressionnisme de salon, des allusions aux rythmes du Jugendstil, de lourdes touches «démiurgiques » qui font penser à Cézanne, ainsi que d’éloquentes évocations du symbolisme. N’étant pas encore peintre professionnel, il se mit à la tête d’un groupe d’avant-garde munichois, «la Phalange » (Phalanx) et, bientôt, enseigna dans l’école ouverte par ce groupe. Kandinsky commença à travailler à Murnau en août 1908. L’intensité de l’activité qu’il déploya durant cette période est extraordinaire. Dans les premiers paysages peints à Murnau, il est aisé de reconnaître la virulence chromatique et l’intensité des plages de couleurs propres au fauvisme, la tension chromatique de l’expressionnisme qui alors s’affermissait, la facture volontaire de Cézanne. À ce moment, Kandinsky sort du champ de la gravitation terrestre des objets et entre dans l’apesanteur du monde non-objectif où se dissipent les principales coordonnées de l’être : le bas, le haut, l’espace, le poids. En délaissant la réalité, conformément aux mythes ou aux révélations du XXe siècle, Kandinsky renonce aux illusions et se rapproche à nouveau d’une réalité supérieure. En 1911, Kandinsky participe à la fondation du groupe du Blaue Reiter (Cavalier bleu) En Russie, il jouissait d’une large notoriété. Son texte Du Spirituel dans l’art fut publié en décembre 1912. Dans les Improvisations et Compositions, qui virent le jour dans la seconde moitié des années 1910, Kandinsky délaisse définitivement le monde objectif. Jusqu’au début des années 1930, il conserve dans ses tableaux la sensation d’une vie dynamique et même organique. Pendant ces années, la gloire de Kandinsky grandissait en même temps que celle du Bauhaus, où l’artiste enseigna à partir de 1922. La présence d’harmoniques surréalistes dans son art est indéniable : dans les travaux des années 1910, ces brillantes liesses du subconscient, ses «paysages de l’âme » représentés sur ses toiles sévères et allègres, étaient déjà une approche de la poétique du surréalisme. En outre, au cours de sa carrière des images analogues à celles des surréalistes font de brèves apparitions, mais ces images ne sont pas «à l’aise » dans le froid milieu de ses abstractions intellectuelles. Finalement, c’est en Russie, que Kandinsky découvrit l’artiste qu’il était, et les motifs et sentiments russes inspirèrent longtemps son pinceau. En Allemagne, il devint un artiste professionnel et s’imposa comme un grand maître transnational. En France, où il fut accueilli comme une célébrité mondiale, il acheva brillamment, mais d’une manière un peu froide, ce qu’il avait entamé en Russie et en Allemagne.
    Show book
  • Arts d’Islam - cover

    Arts d’Islam

    Gaston Migeon, Henri Saladin

    • 0
    • 1
    • 0
    Les arts de l’Islam ne sont pas les arts d’une nation ni ceux d’un peuple, mais ceux d’une religion, l’Islam. Partis d’Arabie, ses croyants prosélytes surent conquérir, en quelques siècles, un territoire allant de l’océan Atlantique à l’océan Indien.
    Multiculturel et pluriethnique, cet art polymorphe et hautement spirituel, au sein duquel toute représentation de l’homme et de la divinité était exclue, développa des canons et des motifs riches et variés, d’une grande valeur décorative.
    Minutieux et inventifs, ses artistes adaptèrent leurs croyances en créant des chefs-d’oeuvre monumentaux tels la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem, le Taj Mahal, à Agra, ou l’Alhambra à Grenade, architectures dans lesquelles se retrouve la stylisation des motifs de la céramique musulmane.
    Vivant et coloré, l’art de l’Islam est le miroir de la richesse de ces peuples, dont le dénominateur commun est la croyance en une seule et même vérité : celle de l’absolue nécessité de créer des oeuvres dont la beauté doit égaler leur respect envers Dieu.
    Show book
  • Andrea Mantegna et la Renaissance italienne - cover

    Andrea Mantegna et la...

    Joseph Manca

    • 0
    • 0
    • 0
    Andrea Mantegna (1431 Isola di Carturo – 1506 Mantoue)
    Mantegna, humaniste, géomètre, archéologue, homme d'une grande intelligence et d'une puissante imagination, domina la scène de l'Italie septentrionale grâce à sa personnalité impérieuse. Cherchant à produire des illusions d'optique, il parvint à maîtriser la perspective. Il se forma à la peinture auprès des maîtres de l'école de Padoue, que Donatello et Paolo Uccello avaient fréquentée plus tôt. Dès sa prime jeunesse, les commandes affluèrent, telles les fresques de la chapelle des Ovetari de Padoue. En un laps de temps très court, Mantegna s'imposa en tant que moderniste, grâce à l'extrême originalité de ses idées et l'utilisation de la perspective dans ses oeuvres. Son mariage avec Nicolosia Bellini, la soeur de Giovanni, lui ouvrit la voie vers Venise. Mantegna atteignit sa maturité artistique avec son Pala San Zeno. Il demeura à Mantoue et devint l'artiste de l'une des plus prestigieuses cours d'Italie – celle des Gonzague. La Chambre des époux est considérée comme la plus achevée de ses oeuvres. L'art classique était né. En dépit de ses liens avec Bellini et Léonard de Vinci, Mantegna refusa d'adopter leur usage novateur de la couleur ou de renoncer à sa propre technique de gravure.
    Show book
  • Dalí - cover

    Dalí

    Eric Shanes

    • 0
    • 10
    • 0
    Dalí, Salvador (Figueras, 1904 – Torre-Galatea, 1989)
    Peintre, artiste, créateur d’objets, écrivain et cinéaste, il est connu du public comme un des représentants majeur du surréalisme. Buñuel, Lorca, Picasso, Breton… : ces rencontres constituent autant d’étapes dans la carrière de Dalí. Réalisé avec Buñuel, le film Un chien andalou marque son entrée officielle dans le groupe des surréalistes parisiens où il rencontre Gala, la femme d’Éluard, qui deviendra sa compagne et son inspiratrice. Entre cet artiste éclectique et provocateur et les surréalistes parisiens, les relations se tendront progressivement à partir de 1934 jusqu’à la rupture avec Breton, cinq ans plus tard. Pourtant, l’art de Dalí relève bien de l’esthétique surréaliste dont il a conservé le goût pour le dépaysement, l’humour et l’imagination.
    Show book