Reading without limits, the perfect plan for #stayhome
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Valserine - cover

Valserine

Marguerite Audoux

Publisher: Marguerite Audoux

  • 0
  • 1
  • 0

Summary

Marguerite Audoux est une romancière française née le 7 juillet 1863 à Sancoins (Cher) et morte le 31 janvier 1937 à Saint-Raphaël (Var), connue pour le succès et l'influence de son roman Marie-Claire.

Other books that might interest you

  • Les Fleurs du mal - cover

    Les Fleurs du mal

    Charles Baudelaire

    • 0
    • 2
    • 0
    Les Fleurs du mal est le titre d'un recueil de poèmes en vers de Charles Baudelaire, englobant la quasi-totalité de sa production poétique, de 1840 jusqu'à sa mort survenue fin août 1867.
     
    Publié le 25 juin 1857, le livre fait scandale et suscite un procès retentissant qui entraîne la censure de 6 pièces. Il est réédité, dans des versions différentes, en 1861, 1866 puis 1868. La réhabilitation n'intervient qu'en 1949. C'est l’une des œuvres majeures de la poésie moderne. Ses 163 pièces rompent avec le style convenu, en usage jusqu'alors. Elles rajeunissent la structure du vers par l'usage régulier d'enjambements, de rejets et de contre-rejets. Elles rénovent la forme rigide du sonnet. Elles utilisent d'inédites associations d'images, tel l'« Ange cruel qui fouette des soleils » (Le Voyage). Elles mêlent langage savant et parler quotidien.
     
    Les Fleurs du mal diffèrent d'un recueil classique, où les poèmes ne sont souvent réunis que par l'effet du hasard. Elles sont assemblées selon un dessein précis pour chanter, avec une sincérité absolue : la souffrance d'ici-bas (conçue comme une conséquence de la finitude humaine et une nécessaire expiation, selon une conception toute chrétienne) ; le dégoût du mal (et souvent de soi-même) ; l'obsession de la mort ; l'aspiration à un monde idéal, accessible par de mystérieuses correspondances. Nourries de sensations physiques que la mémoire restitue avec acuité, elles sont empreintes d’une nouvelle esthétique où l'art poétique juxtapose la palette mouvante des sentiments humains et la vision lucide d'une réalité souvent crue – voire triviale – à la plus ineffable beauté. Elles exerceront une influence considérable sur des poètes ultérieurs aussi éminents que Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé.
    Show book
  • Mallarmé – Poésies - cover

    Mallarmé – Poésies

    Stéphane Mallarmé

    • 0
    • 0
    • 0
    La lecture à haute voix des poésies de Mallarmé apporte à leur compréhension le soutien du rythme et de la musicalité. "… et je crois que, les lignes si parfaitement délimitées, ce à quoi nous devons viser surtout est que, dans le poème, les mots – qui déjà sont assez eux mêmes pour ne plus recevoir d’impressions du dehors – se reflètent les uns les autres jusqu’à paraître ne plus avoir de couleur propre, mais n’être que les transitions d’une gamme. "Stéphane Mallarmé – Lettre à François Coppée, 5 décembre 1866
    Show book
  • Fables - La Fontaine - cover

    Fables - La Fontaine

    Jean de La Fontaine

    • 0
    • 0
    • 0
    La cigale et la fourni - Le corbeau et le renard - La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf - Le loup et le chien - Le rat de ville et le rat des champs - Le loup et l'agneau - La mort et le bûcheron - Le renard et la cigogne - Le chêne et le roseau - Conseil tenu par les rats - Le lion et le moucheron - L'âne chargé d'éponges et l'âne chargé de sel - ...La laitière et le pot de lait - Le chat, la belette et le petit lapin. 35 fables parmi les plus représentatives lues par Dominique Daguier
    Show book
  • Poésie_Verlaine par François Périer - cover

    Poésie_Verlaine par François Périer

    Paul Verlaine

    • 0
    • 0
    • 0
    Paul Verlaine est né à Metz, le 30 mars 1844. Il mourut à Paris le 8 janvier 1895 après avoir, dans les dernières années de sa vie, erré d’un hôpital à l’autre, en proie aux misères de l’alcool. L’Académie, de son vivant, lui avait refusé une immortalité que ce poète maudit eut bientôt conquise, une fois disparu. Paul verlaine nous a laissé quelques-uns des poèmes les plus fameux de la littérature française : Le Colloque sentimental, Il pleure dans mon cœur, Chanson d’automne, Le ciel est par-dessus le toit. Ils témoignent d’une sensibilité impondérable que, jusqu’à lui, on ne pensait pas que le langage eut pouvoir d’exprimer. Tout n’est ici que doux froissement de voyelles, rythmes à peine perceptibles, chagrin qu’un seul soupir résume. Toute éloquence et toute littérature ont bien disparu de ces vers, comme leur auteur le voulait. Mais Verlaine n’est pas qu’un musicien du verbe. Il sait nous raconter de petits événements intimes, surgis du souvenir (Never more), ou bien nous décrire, eaprès ce qui fut, ce qui n’est pas encore et ne sera sans doute jamais : un amour impossible en son exigence (Mon rêve familier) ; ou bien encore des paysages couleur d’âme, infiniment solitaires (Promenade sentimentale, Clair de lune, Dans l’interminable ennui). Verlaine sait aussi élever le ton, atteindre à une triste imprécation contre lui-même (Les Faux beaux jours). C’est aussi un tendre moraliste, un saint François sentimental (Ecoutez la chanson bien douce, Les chères mains). Et au comble du chagrin, un rien fait que le poète ne désespère (L’espoir luit). Mais faut-il s’en tenir, en ce qui le concerne, à l’image du Pauvre Lélian, ou à celle du faune grognon et pathétique qu’il devient en vieillissant ? Verlaine, le poète maudit, fut aussi un grand écrivain. Il occupe dans la littérature universelle une place qu’on n’a peut-être pas su encore lui reconnaître. « Je n’aurai pas fait de théorie », a-t-il dit. Il a fait mieux que cela : il a extrait du pauvre langage quotidien des lumières, des harmonies, des constructions inattendues et subtiles, dont notre langue, à jamais, lui est redevable – autant que notre cœur est gros des peines qu’il chante. PS. Enregistrement original. Liste des poèmes : Never more ; Mon rêve familier ; Promenade sentimentale ; Chanson d’automne ; Clair de lune ; Colloque sentimental ; Il pleure dans mon cœur ; Dans l’interminable ennui ; Les faux beaux jours ; Ecoutez la chanson bien douce ; Les chères mains ; L’espoir luit ; Je suis venu, calme orphelin ; Le ciel est, par-dessus le toit.
    Show book
  • On ne saurait penser à tout - cover

    On ne saurait penser à tout

    Alfred de Musset

    • 0
    • 0
    • 0
    L'action se passe à la campagne, à 2 lieues de Paris. Le baron vient chez la comtesse pour y trouver son neveu qu'il sait amoureux d'elle. Le roi l'a chargé d'aller avec ce neveu, qui est marquis, à Gotha en Allemagne pour y complimenter la grande duchesse qui vient d'accoucher. Le marquis est la distraction même. Il perd la mémoire, confond toutes choses, oublie son ambassade, ne songe qu'à épouser la comtesse, et nous apprenons que celle ci est tout aussi brouillone que son fiancé. Tous deux s'adressent des reproches au sujet de leur quiproquos perpétuels, mais ils s'adorent comme cela. De péripéties en péripéties, le marquis distrait finira par nous confier que «  On ne saurait penser à tout  »... Interprètes : La troupe de la Comédie française
    Show book
  • Le temps haletant et autres poèmes - cover

    Le temps haletant et autres poèmes

    Jacques Prévert

    • 0
    • 0
    • 0
    Sélection de vingt poèmes extraits des recueils Paroles, Histoires, La Pluie et le Beau Temps, Soleil de nuit et La Cinquième Saison. Chacun de ces poèmes laisse entrevoir la diversité des tons et des styles du poète. Amour, politique, fantaisie, tragédie, tout est sujet à poèmes pour ce jongleur de mots qu'était Jacques Prévert. Plutôt que de les faire publier, il préférait, dit-on, les faire chanter... Ceci explique peut-être le bonheur que ressent tout auditeur à l'écoute de ces textes savoureux.
    Show book