Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Icônes 120 illustrations - cover

Icônes 120 illustrations

Lioudmila Millaeva

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

« L’iconographie chrétienne, et surtout la représentation du Christ, se base sur la doctrine de l’Incarnation. Tout comme le théologien s’exprime par la pensée, l’iconographe, à travers son art, exprime la vérité vivante, la révélation appartenant à l’Église sous la forme des traditions. Bien plus qu’aucune autre image sacrée, l’icône du Christ « non élaborée par la main de l’homme » exprime le principe dogmatique de l’iconographie. » (Père Daniel Rousseau).
Cet ouvrage analyse l’évolution des thématiques abordées par les peintres du début de la période byzantine, à travers la Principauté de Kiev, jusqu’à sa conclusion sous l’Empire russe. Au fil du texte, l’auteur nous démontre comment, indépendamment des anciens canons de l’iconographie, des techniques et des matériaux utilisés, comme le bois, l’or ou la tempera, la représentation de la sainteté révèle toujours, dans chaque ère de l’Histoire, une nouvelle expression de l’humanité.
Available since: 07/01/2011.
Print length: 62 pages.

Other books that might interest you

  • Monet - cover

    Monet

    Nathalia Brodskaya

    • 1
    • 2
    • 0
    Claude Monet (Paris, 1840 – Giverny, 1926)
    Pour Claude Monet, le qualificatif d'impressionniste est toujours resté un sujet de fierté. Malgré tout ce que les critiques ont pu écrire sur son oeuvre, Monet n'a cessé d'être véritablement impressionniste jusqu'à la fin de sa très longue vie. Il l'a été par conviction profonde, et peut-être a-t-il sacrifié à son impressionnisme beaucoup d'autres possibilités que lui offrait son immense talent. Monet n'a pas peint de compositions classiques avec des personnages, il n'est pas devenu portraitiste, bien que tout cela fût compris dans sa formation professionnelle. Il s'est choisi, en fait, un seul genre, celui du paysage, et il y a atteint un degré de perfection auquel aucun de ses contemporains n'a pu parvenir. Pourtant, le garçonnet avait commencé par dessiner des caricatures. Puis Boudin lui conseilla d'abandonner la caricature et d'opter pour le paysage : c'est que la mer et le ciel, les animaux, les gens et les arbres sont beaux justement dans l'état où les a créés la nature, c'est-à-dire entourés d'air et de lumière. C'est en effet de Boudin que Monet hérita la conviction de l'importance du travail en plein air, conviction qu'il transmit plus tard à ses amis impressionnistes. Monet ne voulut pas entrer à l'École des Beaux-Arts. Il préféra fréquenter une école privée, l'Académie Suisse, fondée par un ancien modèle, quai des Orfèvres, près du pont Saint-Michel. On pouvait y dessiner et peindre un modèle vivant pour une somme modique. C'est là que Monet rencontra le futur impressionniste Camille Pissarro. C'est ensuite dans l'atelier de Gleyre, que Monet rencontra Auguste Renoir, Alfred Sisley et Frédéric Bazille. Il parlait aussi à ses amis d'un autre peintre qu'il avait également trouvé en Normandie. Il s'agissait de l'étonnant Hollandais Jongkind. «Il fut à partir de ce moment mon vrai maître », disait Monet. «C'est à lui que je dois l'éducation définitive de mon oeil ». Ces paysagistes normands, Boudin et Jongkind, se rangent au nombre des maîtres directs des impressionnistes...
    Show book
  • Histoires Analogues - cover

    Histoires Analogues

    Michel-Olivier Gasse

    • 0
    • 0
    • 0
    C’est les histoires d’un gars qui écoute beaucoup de musique et qui achète des disques depuis toujours. Des histoires qui font état de la place qu’un album, une chanson ou une pochette peut occuper dans une vie. Des histoires de musique adorée ou de musique subie. Ce n’est pas un palmarès ni un ramassis de suggestions ; ce sont quarante textes qui prennent chacun leur point de départ dans un album comme autant de sillons qui traversent le parcours de l’auteur. Les albums dont il est question ici viennent avec un récit personnel, un récit qui cherche à trouver résonnance chez le lecteur, qu’il connaisse ou non la musique à l’honneur.
    Show book
  • Marc Chagall - Vitebsk -París -New York - cover

    Marc Chagall - Vitebsk -París...

    Donald Wigal, Sylvie Forestier,...

    • 0
    • 0
    • 0
    Chagall aimait le bleu.
    «Le bleu du ciel qui combat sans cesse les nuages qui passent, qui passent…» (Baudelaire). La trajectoire de Marc Chagall commence dans sa Russie natale et s’achève
    dans la consécration parisienne, avec cet extraordinaire plafond de l’Opéra de Paris commandé par Malraux.
    Chemin faisant, son inspiration embrasse le XXe siècle de ses couleurs, sans jamais renier ses origines de Juif russe.
    Cet ouvrage suit le parcours de l’artiste avec ses œuvres fondatrices, sa découverte des Etats-Unis, sa passion pour la France.
    Marc Chagall, sans adhérer à un mouvement, mais influencé par ses rencontres avec Bakst, Matisse et Picasso, reste sans conteste le peintre de la poésie.
    Show book
  • Carl Larsson - cover

    Carl Larsson

    Klaus H. Carl

    • 0
    • 0
    • 0
    Carl Larsson (1853-1919), artiste suédois bien-aimé, émergea d’un milieu pauvre et gagna une place estimée dans le coeur et l’esprit de ses compatriotes. Aujourd’hui célèbre dans le monde entier pour ses images lumineuses et délicates de sa famille et de sa vie idyllique dans la campagne suédoise, il lutta pendant de nombreuses années en tant que peintre avant de trouver la reconnaissance internationale grâce à ses illustrations de livre. Ses charmants portraits et ses projets décoratifs majeurs pour l’opéra de Stockholm et le Nationalmuseum méritent l’admiration qu’ils suscitent, malgré la critique des institutions artistiques conservatrices. Toutefois, ce sont ses séries d’aquarelles et de dessins à l’encre et au crayon représentant l’intérieur innovant de la maison qu’il imagina avec sa femme Karin qui sont appréciées par-dessus tout, pour la vision heureuse, élégante et moderne du foyer qu’elles offrent à ses millions de lecteurs.
    Show book
  • Constable - cover

    Constable

    Barry Venning

    • 0
    • 0
    • 0
    John Constable (East Bergholt, 1776 – Hampstead, 1837)
    John Constable fut le premier peintre de paysage anglais qui ne tira pas son enseignement des peintres hollandais. Assez proche de la vision de Rubens, c'est à Gainsborough qu'il doit tout : ses paysages, avec leurs grands massifs d'arbres bien répartis à travers le décor vallonné, possèdent un rythme souvent présent chez Rubens. Son originalité ne repose pas sur le choix de ses sujets, qui se contentent parfois de reprendre les thèmes affectionnés par Gainsborough.
    Néanmoins, Constable semble vraiment appartenir à un autre siècle : il introduit une ère nouvelle et cette différence provient à la fois de sa technique et de sa sensibilité. A l'encontre des français, Constable fut le premier peintre de paysage qui considéra comme primordiale et essentielle la réalisation des esquisses directement d'après nature et d'un point de vue unique, une idée contenant le germe de nombreuses destinées du paysage moderne, et même peut-être, de façon plus générale, de la peinture moderne. C'est l'impression instantanée – la chose la plus irréductible et la plus individuelle entre toutes, celle qu'on ne peut reproduire à son gré – qui forme le coeur de la future peinture. Travaillant à loisir sur ses grandes toiles, le but de l'artiste est d'enrichir et de compléter l'ébauche, tout en conservant sa fraîcheur virginale. Ce sont là les deux techniques qu'employa Constable, découvrant l'exubérante abondance de vie dans le plus humble coin de campagne. Il possède la palette d'un coloriste créatif et une technique faite de hachures énergiques préfigurant celle des impressionnistes français. Avec audace et franchise, il introduisit le vert dans la peinture, le vert des gras pâturages, le vert des feuillages d'été, tous les verts que, jusque là, les peintres avaient délibérément omis, sauf peut-être à travers des verres de lunettes bleus, jaunes et plus souvent encore marrons.
    Parmi les grands paysagistes qui occupèrent une place aussi importante dans l'art du XIXe siècle, Corot fut probablement le seul à échapper à l'influence de Constable. Tous les autres sont les descendants plus ou moins directs du maître d'East Bergholt.
    Show book
  • Ivan Aïvazovski et les peintres russes de l'eau - cover

    Ivan Aïvazovski et les peintres...

    Victoria Charles

    • 0
    • 0
    • 0
    Les marines d’Ivan Aivazovsky (1817-1900) ont fait sa renommée en Russie, son pays natal où il était peintre de cour pour Nicolas Ier, mais n’ont que peu dépassé ces frontières. Maître du Sublime, il a fait de l’océan le sujet principal de son OEuvre. Tantôt déchaîné et cataclysmique, tantôt calme et apaisant, l’élément marin constitue autant d’allégories de la condition humaine. Comme Turner, dont il connaissait et admirait le travail, il n’a jamais peint sur le motif, ni même réalisé d’esquisse préliminaire : ses tableaux sont le fruit de sa mémoire exceptionnelle. Avec plus de 6000 toiles, Aivazovsky fut l’un des peintres les plus prolifiques de son époque.
    Show book