Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Oskar Schlemmer (1888-1943) - cover

Oskar Schlemmer (1888-1943)

Klaus H. Carl

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Oskar Schlemmer (1888 - 1943) est un peintre, décorateur de théâtre et scénographe de ballet allemand. Il intègre le Bauhaus de Weimar de 1921 à 1929 en qualité de professeur de peinture puis décorateur et scénographe, avant d'achever son parcours académique par une année d'enseignement à l'École de Beaux-Arts de Breslau. Ses œuvres peintes ou sculptées sont marquées par la rigueur géométrique et de la pureté des contours à la vivacité des formes et la mobilité de l'espace. Il en résulte Sa peinture rappelle le futurisme ou le constructivisme dans son aspect analytique et le surréalisme Son œuvre est exposée à New York, à Francfort , à Stuttgart, où se trouvent les archives Schlemmer, qui contiennent notamment toutes ses esquisses en deux ou trois dimensions pour son Ballet triadique (1922).En 1937, Schlemmer est déclaré « artiste dégénéré » par les Nazis.
Available since: 04/11/2018.
Print length: 50 pages.

Other books that might interest you

  • Marc Chagall - cover

    Marc Chagall

    Mikhail Guerman

    • 0
    • 0
    • 0
    La vie et l'œuvre de Chagall bénéficient d'une renommée internationale, faisant de lui un peintre reconnu. Tout au long de sa vie, cet artiste juif a imprégné ses toiles de passion et de poésie. Il a laissé des témoignages de sa touche personnelle à travers le monde, de la Metropolitan Opera House de New York, à l'Opéra Garnier de Paris.
    Show book
  • Les Trésors perdus de l'art persan - cover

    Les Trésors perdus de l'art persan

    Vladimir Lukonin, Anatoly Ivanov

    • 0
    • 0
    • 0
    Certains des trésors de l’art perse ont été conservés au
    musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, et dans d’autres
    institutions culturelles de Moscou ou des anciennes
    républiques de l’Union soviétique. Pour la plupart, ils sont
    aujourd’hui disparus mais reproduits ici pour la première
    fois sous la forme de planches de couleurs.
    Depuis trois millénaires, cet art a conservé une unité
    certaine. Malgré les bouleversements politiques et religieux,
    il se caractérise par son raffinement, qu’il ait été produit
    par de simples artisans ou par des artistes de cour, en
    matière d’architecture, sculptures, fresques, miniatures,
    porcelaines, tissus ou même tapis.
    Show book
  • La collégiale de Berne - cover

    La collégiale de Berne

    Jürg Schweizer, Bernd Nicolai,...

    • 0
    • 0
    • 0
    La collégiale de Berne, dont la première pierre a été posée en 1421, est le plus important édifice religieux du gothique tardif en Suisse. À l’instar du nouvel hôtel de ville, achevé quelques années avant le début du chantier, elle témoigne de l’essor remarquable de la ville libre de Berne au XVe siècle. Elle doit son édification à des circonstances politiques et économiques favorables et à l’engagement financier d’une classe de commerçants ambitieux devenus membres du patriciat de la Ville. Souhaitant réaliser un projet digne de ses ambitions, la Ville engagea Matthäus Ensinger, le fils du célèbre maître d’oeuvre des cathédrales d’Ulm et de Strasbourg. Même si le chantier a duré plus d’un siècle et demi, l’édifice bâti selon les plans d’Ensinger présente une grande unité architecturale et un décor d’une richesse exceptionnelle, avec ses voûtes complexes, son mobilier gothique tardif et Renaissance, son portail du Jugement dernier et ses vitraux du XVe siècle.
    Show book
  • L'Ancien hôpital de Soleure et sa pharmacie - cover

    L'Ancien hôpital de Soleure et...

    Christine Zürcher, Claudia...

    • 0
    • 0
    • 0
    L'ancien hôpital avec l'église du Saint-Esprit à Soleure est un exemple impressionnant d'un bâtiment hospitalier du 18e siècle. En 1788, les sœurs grises, formées en France et dans le Jura, viennent à Soleure. Grâce au dévouement des sœurs, l'unique pharmacie de l'hôpital datant de 1789 est exceptionnellement bien conservée et témoigne du fonctionnement de l'ancien hôpital. Après trois changements d'emplacement, il est maintenant ouvert au public dans l'actuel Centre de la culture et des congrès, une fois de plus dans l'ancien bâtiment de l'hôpital sur Oberen Winkel.
    Show book
  • L'Impressionnisme - cover

    L'Impressionnisme

    Nathalia Brodskaïa

    • 0
    • 0
    • 0
    Quel nom conviendrait mieux à cet art dont Émile Zola écrivait que «jamais auparavant des peintures ne lui avaient paru posséder une telle dignité. On peut presque entendre les voix intérieures de la terre et sentir les arbres bourgeonner». Plus qu'un art émotionnel, il s'agissait d'un art révolutionnaire qui rompait catégoriquement avec les règles rigides de l'art académique. Ainsi, les peintres purent se laisser enchanter par la lumière dansant sur les arbres, ou ses reflets dans l'eau. Expérimentée par Théodore Rousseau, la méthode allait être intensément développée par Monet, Renoir, Pissaro, Manet ou encore Berthe Morisot, chacun à sa propre manière.
    Show book
  • Van Gogh - cover

    Van Gogh

    Vincent van Gogh

    • 1
    • 1
    • 0
    Vincent van Gogh (Groot-Zundert, Brabant, 1853 – Auvers-sur-Oise, 1890)
    La vie et l'oeuvre de Vincent van Gogh sont si étroitement liées qu'il est quasiment impossible de voir ses toiles sans y lire le récit de sa vie : van Gogh est en effet devenu l'incarnation du martyr souffrant et incompris de l'art moderne, l'emblème de l'artiste marginal. Le premier article, publié en 1890, donnait des détails sur la maladie de van Gogh. L'auteur de l'article voyait le peintre comme un «génie terrible et dément, souvent sublime, parfois grotesque, toujours à la limite du cas pathologique ». On sait très peu de choses sur l'enfance de Vincent. Á l'âge de 11 ans, il dut quitter le «nid humain », comme il le nommait lui-même, pour poursuivre sa scolarité dans divers internats. Le premier portrait nous montre van Gogh comme un jeune homme sérieux de dix-neuf ans. A cette époque, il avait déjà travaillé trois ans à La Haye et ensuite à Londres, dans la galerie Goupil & Co. En 1874, son amour pour Ursula Loyer s'acheva dans un désastre et un an plus tard, il fut transféré à Paris, contre son gré. A l'issue d'une discussion particulièrement violente au moment des fêtes de Noël 1881, son père, pasteur, ordonna à Vincent de partir. Avec cette ultime rupture, il abandonna son nom de famille, signant ses toiles d'un simple «Vincent ». Il se rendit à Paris et ne retourna jamais en Hollande. Á Paris il fit la connaissance de Paul Gauguin, dont il admirait énormément les peintures. L'autoportrait fut le principal sujet de Vincent de 1886 à 1888. En février 1888, Vincent quitta Paris pour Arles, et essaya de persuader Gauguin de le rejoindre. Les mois passés à attendre Gauguin furent les plus productifs de la vie de van Gogh. Il voulait montrer à son ami autant de toiles que possible et décorer la Maison jaune. Mais Gauguin ne partageait pas sa vision de l'art et rentra finalement à Paris.
    Le 7 janvier 1889, quatorze jours après son automutilation, Vincent quitta l'hôpital. Ignorant sa propre folie, il espérait se rétablir et oublier, mais en réalité, il y retourna deux fois cette année là. Au cours de son ultime séjour à l'hôpital, Vincent peignit des paysages dans lesquels il recréait le monde de son enfance. On dit que Vincent van Gogh se tira une balle dans la tempe dans un champ, mais décida de rentrer à l'hôtel et de se coucher. Le propriétaire informa le Dr Gachet et son frère, Theo ; ce dernier décrivit les derniers instants de sa vie qui prit fin le 29 juillet 1890 : «Je voulais mourir. Mais j'étais assis à son chevet, lui promettant que nous allions le guérir. [...] », il répondit : «La tristesse durera toujours. »
    Show book