Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
La Peinture Académique - cover

La Peinture Académique

Klaus H. Carl

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

La peinture académique désigne la peinture créée sous l'influence de l'Académie royale de peinture et de sculpture inaugurée en 1648. Philippe de Champaigne, peintre académique majeur du XVIIe siècle français, a dispensé plusieurs conférences à ce sujet. Elles sont illustrées par de nombreuses peintures, du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle. Ces discours ont permis de fixer les canons de l'Académie, dont les caractéristiques sont la pureté, l'harmonie et la simplicité. Ces mêmes lignes directrices se retrouvent dans les pays d'Europe qui voient apparaître des Académies au cours des XVIIe et XVIIIe siècles (Académie de Saint-Luc à Rome, Royal Academy of Arts à Londres par exemple). Cette peinture atteint son paroxysme à la fin du XIXe siècle, avec les peintres dits « pompiers » qui, appliquant fidèlement les règles classiques, affrontent l'approche moderne des impressionnistes.
Available since: 04/11/2018.
Print length: 91 pages.

Other books that might interest you

  • Descente aux plaisirs - Souvenirs d'une bouteille - cover

    Descente aux plaisirs -...

    Jean-Pierre Coffe

    • 0
    • 0
    • 0
    Ce monologue, ponctué de musiques, met en scène une bouteille qui raconte sa vie et son grand amour pour son vin, un rouge, et sa secrète attirance pour les blancs… L'action se déroule dans une cave bien entretenue, la cave d'un homme de qualité.Jean-Pierre Coffe est à la fois l’auteur et l’interprète de La Bouteille, ce personnage qui, de moments de tendresse en moments de colère ou de joie, va nous raconter sa vie : naissance, rencontre, amour, rupture, jalousie, bonheur, amitié, vieillesse... une bouteille profondément humaine, fragile, touchante et attachante.
    Show book
  • Utamaro - cover

    Utamaro

    Edmond de Goncourt

    • 0
    • 0
    • 0
    Si la sensualité avait un nom, elle s’appellerait sans doute Utamaro. Soulignant avec délicatesse le jardin des plaisirs que fut un temps Édo, Utamaro, par la richesse des étoffes, les longs cous de cygnes féminins, les regards énigmatiques, évoque en quelques traits la volupté de tout l’Orient. Et si certaines scènes trahissent pudiquement les jeux amoureux, nombre de ses shungas sont univoques rappelant, dès lors, que l’amour au Japon est avant tout érotique. Puis, s’éloignant un temps de ces joies citadines, il explora avec autant de simplicité la sobriété de la nature : neige crépusculaire, lune évanescente... La finesse de sa touche révèle en quelques traits tout le raffinement de l’apprentissage de l’école Kano. Edmond de Goncourt en sublimant l’art de ce maître japonais nous ouvre les portes d’un art dont les codes et les nuances échappent à notre regard. Cet ouvrage initiatique, par ses magnifiques estampes, nous invite dans ce magnifique jardin d’Aphrodite à découvrir, ou à  redécouvrir, l’art japonais.
    Show book
  • Les ouvrages d'art: les ponts - cover

    Les ouvrages d'art: les ponts

    Victoria Charles

    • 0
    • 1
    • 0
    Train d union entre deux mondes, le pont est un point de tension entre deux endroits identitaires. Libre, n appartenant ni à une terre ni à l autre, il enfreint le paysage et défie la nature. Le pont incarne à lui seul la volonté humaine de tisser des liens économiques, nécessaires et vitaux entre les hommes. Symbole de progrès et d innovation, le pont, qui fut en bois puis en pierre, démonstration anonyme de la solidité et la maîtrise des techniques assimilées, devient avec le temps de plus en plus aérien et fluide, défiant sans cesse les technologies de pointe. Véritable acte esthétique, le pont, dont la création est désormais revendiquée, pourrait aujourd hui s apparenter à une uvre d art ; c est ce que ce livre par ses magnifiques photographies propose au lecteur de découvrir.
    Show book
  • Man Ray - cover

    Man Ray

    Patrick Bade

    • 1
    • 7
    • 0
    Man Ray naît en 1890 et meurt en 1976. De son vrai nom Emmanuel Radnitzky, il voit le jour à Philadelphie. Son nom reste attaché à sa photographie et son parcours parmi les artistes du mouvement Dada et les surréalistes. Il passa une grande partie de sa vie à Paris. Sa peinture laissa moins de traces dans les mémoires que cette photographie intitulée Le Violon d’Ingres, représentant Kiki de Montparnasse. Il réalisa également quelques films.
    Show book
  • Nicolas Poussin et œuvres d'art - cover

    Nicolas Poussin et œuvres d'art

    Youri Zotolov, Natalia...

    • 0
    • 0
    • 0
    Nicolas Poussin (1594-1665) était un peintre du classicisme français qui prônait clarté et logique dans ses tableaux. Il peignait souvent de larges scènes mythologiques ou bibliques, mais il était également au premier rang de la peinture de paysage. Il fut premier peintre du roi Louis XIII, mais passa la majeure partie de sa vie à Rome. Sa manière devint le style officiel enseigné à l’Académie durant le reste du XVIIe siècle. Par la suite, il influença aussi de grands peintres comme Jacques-Louis David.
    Show book
  • Albrecht Dürer et œuvres d'art - cover

    Albrecht Dürer et œuvres d'art

    Victoria Charles

    • 0
    • 1
    • 0
    Albrecht Dürer (Nuremberg, 1471–1528)
    Dürer est le plus grand artiste allemand et le plus représentatif de l'esprit germanique. Comme Léonard, c'était un homme extrêmement attirant physiquement, doté de manières charmantes, de conversations agréables et de grandes capacités intellectuelles. Il était très versé dans les sciences et les mathématiques, et son don pour le dessin était extraordinaire. Dürer est plus réputé pour ses gravures sur bois et sur cuivre que pour ses peintures.
    Dans les deux pourtant, l'adresse de la main est au service de l'observation la plus minutieuse et de l'étude analytique du personnage et de la structure de la forme. Dürer ne possédait cependant pas la sensibilité de Léonard pour la beauté abstraite et la grâce idéale ; au lieu de cela, il était habité par une profonde gravité, un intérêt manifeste pour l'humanité et une inventivité plus dramatique. Dürer admirait beaucoup Luther et, dans son oeuvre, on retrouve les aspects les plus puissants de la doctrine du réformateur. Celle-ci est très sérieuse et sincère ; très humaine, elle s'adresse aux coeurs et à l'entendement des masses. Nuremberg, sa ville natale, était devenu le point névralgique de l'impression en Europe et le principal distributeur de livres du continent. Par conséquent, l'art de la gravure sur bois et sur cuivre, que l'on peut  ualifier de branche picturale de l'impression, était très encouragé. Dürer sut tirer tous les avantages de cette situation. La Renaissance en Allemagne était un mouvement plus moral et intellectuel qu'artistique, en partie à cause du climat et de la situation sociale. En effet, la sensibilité envers la grâce et la beauté idéales se nourrit de l'étude de la forme humaine, et celle-ci s'est bien plus souvent épanouie dans les pays méridionaux. Mais Albrecht Dürer possédait un génie trop puissant pour se laisser conquérir. Il demeura aussi rofondément germanique que l'était, avec son sens tumultueux du tragique, son contemporain Mathias Grünewald, un visionnaire fantastique, hostile à toutes les séductions italiennes. Comme Léonard, Dürer se situait aux confins entre deux mondes, celui de l'ère gothique et celui de l'âge moderne, et à la frontière entre deux formes d'art, étant graveur et dessinateur plus que peintre.
    Show book