Discover new books each day!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Goya - cover

Goya

Jp. A. Calosse

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Francisco de Goya y Lucientes (Fuentetodos, 1746 – Bordeaux, 1828)
Goya est peut-être le peintre le plus accessible entre tous. Son art, comme sa vie, est un livre ouvert. Il ne cachait rien de ses contemporains, et leur offrait son art avec la même franchise. L'entrée dans son monde n'est pas barricadée de difficultés techniques. Il prouva que si un homme a la capacité de vivre et de multiplier ses expériences, de se battre et de travailler, il peut produire un grand art sans besoin de recourir au décorum classique, ni à la décence traditionnelle. Il naquit en 1746, à Fuendetodos, un petit village de montagne d'une centaine d'habitants. Enfant, il travailla dans les  hamps avec ses deux frères et sa soeur, jusqu'au moment où son talent pour le dessin mit fin à sa misère. A 14 ans, soutenu par un riche bienfaiteur, il partit pour Saragosse, afin d'étudier auprès d'un peintre de cour, et plus tard, à l'âge de dix-neuf ans, pour Madrid. Jusqu'à son trente-septième anniversaire, si l'on omet des dessins de tapisserie d'une qualité décorative méconnue et cinq petits tableaux, Goya ne peignit rien de significatif. En revanche, une fois qu'il eut dominé ses énergies récalcitrantes, il produisit des chefs - d'oeuvre avec la vélocité d'un Rubens. Sa nomination à la cour fut suivie d'une décennie d'activité incessante – des années de peinture et de scandales – entrecoupée de périodes de maladie. Les esquisses de Goya démontrent une maîtrise du dessin de premier ordre. En peinture, il est, comme Velàzquez, plus ou moins tributaire de son modèle, mais non pas à la manière détachée de l'expert en nature morte. Si une femme est laide, il fait sienne son indigne laideur ; si elle est séduisante, il met en scène son charme. Il préfère terminer ses portraits en une seule séance de pose et être un tyran pour ses modèles. Comme Velàzquez, il se concentre sur les visages, mais il dessine ses têtes avec astuce, et les construit grâce à des tons de gris transparents. Des formes monstrueuses habitent son univers en noir et blanc : ce sont ses productions les plus profondément réfléchies. Ses figures fantastiques, comme il les appelle, nous remplissent d'un sentiment de joie ignoble, exacerbent nos instincts démoniaques, et nous transportent dans des délires de destruction peu charitables. Son génie atteint des sommets dans ses dessins des horreurs de la guerre. Placée à côtés des oeuvres de Goya, n'importe quelle autre image de guerre fait figure d'étude sentimentale de la cruauté. Il évite les actions éparpillées sur le champ de bataille et se confine dans des scènes de boucherie isolées. Nulle part il n'a obtenu une telle maîtrise de la forme et du mouvement, des gestes aussi dramatiques et des effets d'ombre et de lumière aussi ahurissants. Goya a rénové et innové dans toutes les directions.

Other books that might interest you

  • Eugène Delacroix - "17 Dessins Sur Papier Mat De Grand Luxe 31 Illustrations Teintees 1 Gravure Et 1 Planche En Quatre Couleurs" - cover

    Eugène Delacroix - "17 Dessins...

    Camille Mauclair

    • 0
    • 0
    • 0
    Pour bien comprendre la portée de l'intervention et de l'influence de l'œuvre de Delacroix dans l'école française, il est nécessaire de se rappeler la situation exacte de la peinture au moment où il parut.  La Révolution avait brutalement traité les maîtres du XVIIIème siècle finissant. Éprise d'un sévère idéal gréco-romain, dont déjà Vien avait donné des exemples et que David allait porter à son apogée, la génération jacobine avait considéré les peintres légers et délicieux du règne de Louis XVI comme les bénéficiaires de la corruption luxueuse des nobles et des fermiers généraux, et elle les avait rejetés dans le même mouvement d'injuste fureur. Fragonard mourait oublié, chassé de son logis des galeries du Louvre. Hubert Robert échappait grâce à une erreur à l'échafaud. Greuze mourait dans la misère noire. On ne parlait plus de Chardin. Un Latour se vendait quelques francs.   L'«Embarquement pour Cythère», peint par Watteau pour son entrée à l'Académie, y était criblé de boulettes de papier mâché par les élèves de David, neveu de Boucher dont ils parlaient en de tels termes, qu'il était obligé, par pudeur, d'excuser à leurs yeux son oncle. Les gravures de Cochin, de Lépicié, de Choffard, de Lavreince, des Saint-Aubin, de Debucourt, de Gravelot, d'Eisen, allaient s'ensevelir dans les soupentes de quelques brocanteurs, et on attendrait quatrevingts ans avant de les rechercher pour les couvrir d'or. Un siècle s'effondrait. Son goût exquis, sa morale profondément naturelle et humaine, son libéralisme sceptique, tout lui était imputé à vice et à crime. On rêvait d'un art moralisateur, que Greuze avait préparé aux applaudissements de Diderot par ses scènes familiales et son ingénuité bourgeoise, mêlée de libertinage hypocrite.   On voulait un art héroïque, sévère, propre à élever les consciences. David apparut l'homme d'une telle œuvre, et créa d'un seul effort la réaction d'une esthétique néo-romaine, d'une peinture conçue d'après la statuaire antique, et toute consacrée à des expressions de sentiments cornéliens. La discipline de cette école fut plus dure encore que celle imposée, centvingtcinq années auparavant, par Louis XIV, Le Brun et l'école de Rome. Plus de recherches de la nature, plus de grâce, plus de vérité, plus de coloris, mais simplement un art allégorique, pompeux, aride, éloigné de la vie et tout entier construit sur des théories, un art aussi opposé que possible au tempérament français.
    Show book
  • L'Impressionnisme - cover

    L'Impressionnisme

    Nathalia Brodskaya

    • 0
    • 0
    • 0
    Quel nom conviendrait mieux à cet art dont Émile Zola écrivait que «jamais auparavant des peintures ne lui avaient paru posséder une telle dignité. On peut presque entendre les voix intérieures de la terre et sentir les arbres bourgeonner». Plus qu'un art émotionnel, il s'agissait d'un art révolutionnaire qui rompait catégoriquement avec les règles rigides de l'art académique. Ainsi, les peintres purent se laisser enchanter par la lumière dansant sur les arbres, ou ses reflets dans l'eau. Expérimentée par Théodore Rousseau, la méthode allait être intensément développée par Monet, Renoir, Pissaro, Manet ou encore Berthe Morisot, chacun à sa propre manière.
    Show book
  • Leonardo Da Vinci - Artiste Peintre de la Renaissance - cover

    Leonardo Da Vinci - Artiste...

    Eugène Müntz

    • 0
    • 0
    • 0
    « Étudiant avec passion la nature et les modèles antiques, il était impossible que [Léonard de Vinci] ne combinât pas la précision avec la liberté, la vérité avec la beauté. Là, dans cet affranchissement définitif, dans cette pleine possession du modelé, de l’éclairage et de l’expression, dans cette ampleur et cette liberté, se trouvent la raison d’être et la gloire du maître : d’autres ont pu s’essayer dans des voies différentes ; aucun n’est allé plus loin, aucun n’est monté plus haut. » (Eugène Müntz)
    
    À propos de l’auteur :
    
    Eugène Müntz, ancien membre de l’Institut de France et conservateur des collections de l’École nationale des beaux-arts, est l’un des meilleurs spécialistes de la Renaissance italienne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur les grands maîtres de la Renaissance, tels que Michel-Ange ou Raphaël. Ses recherches inestimables sur les oeuvres de Léonard de Vinci demeurent encore aujourd’hui la plus complète et la plus universelle des références.
    Show book
  • Paris - cover

    Paris

    Véronique Laflèche

    • 0
    • 0
    • 0
    Capitale mythique entre toutes, Paris bénéficie d’une aura toute particulière. Certains la considèrent même comme la plus belle ville du monde, grâce à ces monuments qui ont fait sa renommée : la tour Eiffel, l’arc de triomphe ou encore le Sacré-Cœur.
    Après avoir retracé l’évolution historique de Paris, l’auteur nous convie à une balade dans les rues et quartiers de la capitale. S’arrêtant ça et là pour nous fournir des détails historiques sur les différents édifices, connus et moins connus, elle prend aussi le pouls de la vie pari-sienne et rend compte de ses menus délices : boire un thé à la menthe dans le patio de la mosquée ou tout simplement flâner dans les allées du jardin du Luxembourg.
    Fait d’allers-retours entre passé et présent, ce livre n’oublie pas de décrire la ville telle qu’elle est aujourd’hui, toujours en mouvement, sans cesse renouvelée.
    Show book
  • L'Art byzantin - cover

    L'Art byzantin

    Charles Bayet

    • 0
    • 0
    • 0
    Pendant plus d’un millénaire, depuis sa création en 330 jusqu’à sa chute en 1453, l’Empire byzantin fut le berceau d’une effervescence artistique que l’on commence seulement à redécouvrir. Riches de l’héritage des cultures romaine, orientale ou chrétienne, les artistes byzantins élaborèrent une tradition architecturale et picturale, empreinte de symbolisme, dont l’influence dépassa largement les frontières de l’Empire. Ainsi, l’Italie, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient conservent-ils les vestiges de cet art raffiné, mystique et lumineux.
    La magnificence des palais, des églises, des peintures, des émaux, des céramiques ou encore des mosaïques garantit par ailleurs, à cet art, son rayonnement et son intemporalité.
    Show book
  • Le Symbolisme - cover

    Le Symbolisme

    Nathalia Brodskaya

    • 0
    • 1
    • 0
    Entre 1880 et les premières années du XXe siècle, le Symbolisme voit le jour en France et en Europe. Les symbolistes, fascinés par les mythologies anciennes, tentent d’échapper au règne de la pensée rationaliste imposée par la science. Souhaitant dépasser le monde du visible et du sensible pour atteindre le monde de la pensée pure, ils flirtent constamment avec les limites de l’inconscient.
    Les Français Gustave Moreau et Odilon Redon, les Belges Fernand Khnopff et Félicien Rops, les Anglais Burne-Jones et Dante Gabriel Rossetti et enfin le Hollandais Jan Toorop sont les artistes les plus représentatifs de ce courant.
    Show book