Enjoy 2020 without limits!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Goya - cover

Goya

Jp. A. Calosse

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Francisco de Goya y Lucientes (Fuentetodos, 1746 – Bordeaux, 1828)
Goya est peut-être le peintre le plus accessible entre tous. Son art, comme sa vie, est un livre ouvert. Il ne cachait rien de ses contemporains, et leur offrait son art avec la même franchise. L'entrée dans son monde n'est pas barricadée de difficultés techniques. Il prouva que si un homme a la capacité de vivre et de multiplier ses expériences, de se battre et de travailler, il peut produire un grand art sans besoin de recourir au décorum classique, ni à la décence traditionnelle. Il naquit en 1746, à Fuendetodos, un petit village de montagne d'une centaine d'habitants. Enfant, il travailla dans les  hamps avec ses deux frères et sa soeur, jusqu'au moment où son talent pour le dessin mit fin à sa misère. A 14 ans, soutenu par un riche bienfaiteur, il partit pour Saragosse, afin d'étudier auprès d'un peintre de cour, et plus tard, à l'âge de dix-neuf ans, pour Madrid. Jusqu'à son trente-septième anniversaire, si l'on omet des dessins de tapisserie d'une qualité décorative méconnue et cinq petits tableaux, Goya ne peignit rien de significatif. En revanche, une fois qu'il eut dominé ses énergies récalcitrantes, il produisit des chefs - d'oeuvre avec la vélocité d'un Rubens. Sa nomination à la cour fut suivie d'une décennie d'activité incessante – des années de peinture et de scandales – entrecoupée de périodes de maladie. Les esquisses de Goya démontrent une maîtrise du dessin de premier ordre. En peinture, il est, comme Velàzquez, plus ou moins tributaire de son modèle, mais non pas à la manière détachée de l'expert en nature morte. Si une femme est laide, il fait sienne son indigne laideur ; si elle est séduisante, il met en scène son charme. Il préfère terminer ses portraits en une seule séance de pose et être un tyran pour ses modèles. Comme Velàzquez, il se concentre sur les visages, mais il dessine ses têtes avec astuce, et les construit grâce à des tons de gris transparents. Des formes monstrueuses habitent son univers en noir et blanc : ce sont ses productions les plus profondément réfléchies. Ses figures fantastiques, comme il les appelle, nous remplissent d'un sentiment de joie ignoble, exacerbent nos instincts démoniaques, et nous transportent dans des délires de destruction peu charitables. Son génie atteint des sommets dans ses dessins des horreurs de la guerre. Placée à côtés des oeuvres de Goya, n'importe quelle autre image de guerre fait figure d'étude sentimentale de la cruauté. Il évite les actions éparpillées sur le champ de bataille et se confine dans des scènes de boucherie isolées. Nulle part il n'a obtenu une telle maîtrise de la forme et du mouvement, des gestes aussi dramatiques et des effets d'ombre et de lumière aussi ahurissants. Goya a rénové et innové dans toutes les directions.

Other books that might interest you

  • Les meilleurs insolences d'un téléphone - Spécial temps des fêtes - cover

    Les meilleurs insolences d'un...

    Tex Lecor

    • 0
    • 0
    • 0
    Cette deuxième série des Insolences d'un téléphone vous rappelera que tous les jours d'hiver ne sont pas tristes malgré l'enneigement des rues, les stationnements réservés, les patins mal aiguisés et autres malheurs d'occasion. Tex Lecor connaît au moins 125 Pères Noël et vous les présente, histoire de partager sa bonne humeur. Version temps des fêtes
    Show book
  • William Blake - cover

    William Blake

    Osbert Burdett

    • 0
    • 0
    • 0
    Figure majeure du mouvement romantique, le britannique William Blake (1757-1827) fut à la fois peintre, dessinateur, graveur et poète. L’artiste s’attachant à illustrer lui-même son Œuvre littéraire, les textes de Blake se développent suivant les lignes de ses gravures et dessins hallucinés, et deviennent, dès lors, de véritables enluminures. Inspiré des thèmes bibliques et prophétiques (Proverbes de l’Enfer, L’Évangile éternel, Les Portes du Paradis, etc.), l’art de Blake mélange 
    subtilement la modernité de son époque et de la révolution romantique au classicisme des thèmes qu’il explore. Doté d’un imaginaire et d’une originalité sans égal, l’artiste joua de la diversité des médiums afin d’extérioriser, au mieux, les démons qui le hantaient et de plonger, ainsi, le spectateur ou le lecteur dans une profonde mélancolie. C’est toute la vie et l’art de cet artiste incontournable, qu’Osbert Burdett met en lumière au fil des pages de cette monographie.
    Show book
  • Mama Tenga - Ma vie africaine - cover

    Mama Tenga - Ma vie africaine

    Katrin Rohde

    • 0
    • 0
    • 0
    Katrin Rohde, née en 1948 à Hambourg, a fait ses études en Angleterre et a ouvert sa première librairie à l'âge de 24 ans. Pendant plusieurs années elle a formé plus de 20 apprentis et dirigé deux librairies, à Plön et à Preetz, avant de quitter l'Allemagne et de partir définitivement en Afrique. Pour son engagement humanitaire, Katrin Rohde a reçu la Croix fédérale allemande du Mérite (Deutsches Bundesverdienstkreuz) et des distinctions de l'Ordre National Burkinabé.
    Show book
  • Aimer Marseille - 200 adresses à partager - cover

    Aimer Marseille - 200 adresses à...

    Céline Bousquet

    • 0
    • 0
    • 0
    Des adresses qui vous feront tout simplement aimer Marseille !Méditerranéenne par essence, Marseille est une ville aux multiples visages. Que l’on explore son charmant littoral, ses calanques somptueuses, son port chargé d’histoire ou ses ruelles escarpées, il y flotte toujours un petit air de vacances. Rebelle et mystérieux, le cœur de Marseille ne se dévoile qu’à travers de petites adresses de quartier, souvent cachées et méconnues. Ce sont ces adresses qui rendent la ville si attachante pour ses habitants et nous les partageons avec vous ici. Que vous soyez Marseillais d’un jour ou de toujours, ce livre va tout simplement vous faire aimer Marseille ! À travers ces petites adresses que l’on ne se partage qu’entre amis, ce livre vous emmène dans le « vrai » Marseille des Marseillais. Utilisez-le comme guide avant ou pendant votre séjour, ou feuilletez-le pour le plaisir, juste pour rêver un peu... Ouvrez une page au hasard et laissez-vous emporter par le charme de Marseille ! Au final, ce sont pas moins de 200 coups de cœur qui vous sont proposés dans cet ouvrage.Profitez d'un guide insolite qui répertorie les lieux qui font de Marseille une ville si attachante et les adresses moins connues des touristes.
    Show book
  • La communication intuitive avec les animaux - Écouter leurs messages pour mieux se connaître - cover

    La communication intuitive avec...

    Andrea Contri

    • 0
    • 0
    • 0
    Peut-on communiquer avec les animaux ? 
    Andrea Contri évoque ses expériences avec des chiens et des chats, des mouettes et des canaris, des lions blancs et des baleines, en nous embarquant dans un voyage fascinant où la nature règne en maître et où prévaut le respect entre l’homme et l’animal. 
     
    Communiquer intuitivement avec les animaux est une capacité que nous possédons tous et l’outil le plus puissant dont nous disposons pour établir une relation d’amour profonde avec le monde qui nous entoure. 
     
    Un ouvrage unique en son genre qui nous explique comment communiquer avec nos amis les animaux et écouter leurs messages.
    Show book
  • Botticelli - cover

    Botticelli

    Victoria Charles, Emile Gebhart

    • 0
    • 0
    • 0
    Sandro Botticelli (Alessandro di Mariano Filipepi) (Florence, 1445 – 1510)
    Botticelli était le fils d'un citoyen jouissant d'une situation confortable, et avait été «instruit dans toutes les choses que les enfants doivent habituellement savoir avant de choisir une vocation ». Mais il refusa de consacrer son attention à la lecture, l'écriture et le calcul, poursuit Vasari, de sorte que son père, désespérant de le voir un jour à l'école, le plaça en apprentissage auprès de l'orfèvre Botticello, d'où le nom qui est passé à la postérité. Mais Sandro, jeune garçon à l'air entêté, doté de grands yeux calmes et scrutateurs et d'une tignasse blonde – il s'est représenté lui-même sur le côté gauche de L'Adoration des Mages – voulait bien devenir peintre, et il fut donc placé auprès du moine carmélite Fra Filippo Lippi.
    Comme de nombreux artistes de son temps, satisfait de la joie que lui procurait la peinture, il se tourna vers l'étude de la beauté et du caractère de l'homme, plutôt que vers les thèmes religieux. Ainsi, Sandro fit des progrès rapides, aimant son professeur et, plus tard, le fils de celui-ci, Filippino Lippi, auquel il apprit à peindre. Mais le réalisme du maître le toucha à peine, car Sandro était un rêveur et un poète.
    Botticelli n'est pas un peintre de faits, mais d'idées ; ses tableaux ne sont pas tant des représentations d'objets que des agencements de motifs et de formes. Ses couleurs ne sont pas riches et proches de la vie, mais subordonnées à la forme, et elles sont souvent des nuances plus que de vraies couleurs. En réalité, il s'intéresse aux possibilités abstraites de son art, et ses personnages n'occupent pas de place bien définie dans l'espace : ils n'attirent pas notre oeil par leur volume, mais suggèrent plutôt un motif ornemental plat. De même, les lignes qui entourent les personnages sont choisies pour leur fonction première, décorative.
    On a dit que Botticelli, «bien qu'étant un piètre anatomiste, était l'un des plus grands dessinateurs de la Renaissance ». Comme exemple d'anatomie erronée, nous pouvons citer la manière improbable dont la tête de la Madone est reliée à son cou, ou encore toutes les articulations approximatives et les membres difformes que l'on trouve dans les tableaux de Botticelli. Pourtant, son talent de dessinateur fut reconnu, car il donna à la «ligne » non seulement une beauté intrinsèque, mais également un sens. Autrement dit, en langage mathématique, il réduisit le mouvement de la figure à la somme de ses facteurs élémentaires, à ses plus simples formes d'expression. Il combina ensuite ces diverses formes
    en une figure qui, à travers ses lignes rythmiques et harmoniques, projette sur notre imagination les sentiments poétiques qui animaient l'artiste lui-même. Ce pouvoir de faire compter chaque ligne, à la fois par son sens et par sa beauté, distingue les grands maîtres du dessin de la grande majorité des artistes, utilisant la ligne avant tout comme un outil nécessaire à la représentation des objets concrets.
    Show book