Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Les Primitifs Italien - cover

Les Primitifs Italien

Joseph Archer Crowe, Giovanni Battista Cavalcaselle, Anna Jameson

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Oscillant entre la majesté artificielle des icônes byzantines et la profondeur naturaliste initiée par Giotto, l’art des primitifs italiens incarne les premiers pas vers l’art de la Renaissance.
S’essayant à d’autres supports, ces premiers artistes délaissèrent peu à peu la fresque pour les panneaux de bois amovibles. Si le hiératisme des visages peut choquer nos yeux néophytes, à l’époque, cette distanciation soulignait la divinité des personnages représentés. Cette sacralité était renforcée par les fonds illuminés à la feuille d’or. L’élégance de la ligne et le choix des couleurs les plus denses concouraient également à rendre perceptible l'invisible.
Ce livre s’attache à souligner l’importance capitale que joua l’humanisation du sacré, ouvrant une porte discrète mais définitive vers l’humanisme cher à la Renaissance.
Available since: 05/10/2014.
Print length: 311 pages.

Other books that might interest you

  • Athènes - cover

    Athènes

    Klaus H. Carl

    • 0
    • 0
    • 0
    Parmi les plus célèbres cités antiques, la capitale grecque continue de fasciner grâce aux multiples trésors archéologiques qu'elle a à offrir. Selon la légende, le roi Cécrops cherchait un nom pour baptiser sa ville. Poséidon et Athéna se disputèrent ce droit. C'est finalement la déesse qui l'emporta en plantant un olivier, symbole de paix et de prospérité, et qui donna son nom à la cité. Athènes est avant tout connue pour ses célèbres monuments : l'Acropole et ses temples, dont le plus fameux est le Parthénon, aujourd'hui fort mal en point. Mais Athènes est aussi une ville pittoresque et dynamique, où habite un tiers de la population du pays, puisque son port, le Pirée, concentre plus de la moitié de l'industrie grecque. Alors, après avoir arpenté les temples, pourquoi ne pas faire un tour aux marchés aux puces ou au cœur du vieux quartier populaire, qui abrite vendeurs d'épices et de fruits secs?
    Show book
  • La vie et les chefs-d'œuvre de JMW Turner - cover

    La vie et les chefs-d'œuvre de...

    Eric Shanes

    • 0
    • 1
    • 0
    Joseph Mallord William Turner (Londres, 1775 – 1851)
    A 15 ans, Turner exposait déjà une Vue de Lambeth. Il acquit très tôt la réputation d'un aquarelliste extrêmement habile. Disciple de Girtin et de Cozens, il montra par son choix et la façon de présenter ses thèmes une imagination pittoresque qui semblait le destiner à une brillante carrière d'illustrateur. Il voyagea, d'abord dans son pays natal et puis, à plusieurs occasions, en France, dans la vallée du Rhin, en Suisse et en Italie. Son intérêt commença toutefois à dépasser le cadre de l'illustration : l'idéal du paysage lyrique, dominant et inspirateur, se faisait jour, même dans des oeuvres où nous sommes tentés de ne voir rien d'autre qu'une imagination pittoresque. Son choix d'un unique maître du passé est éloquent, étudiant en profondeur toutes les toiles du Lorrain qu'il put trouver en Angleterre, les copiant et les imitant avec une extraordinaire perfection. Il ne se départit jamais de son culte pour le grand peintre. Il voulut que son Lever du soleil à travers la vapeur soit placé à la National Gallery aux côtés de deux chefs-d'oeuvre du Lorrain ; et c'est là que nous pouvons les y voir et juger du bien-fondé de ce fier et splendide hommage. Ce n'est qu'en 1819 que Turner se rendit en Italie, pour y retourner en 1829 et 1840. Sans aucun doute, Turner y ressentit des émotions et y trouva des sujets de rêverie qu'il transcrivit plus tard, dans les termes de son propre génie, en symphonies de lumière et de couleurs. La logique de la raison ne compte pas aux yeux de cette imagination nordique. Mais aucun Latin n'aurait possédé cette autre logique, monstrueuse à son goût, propre à l'Anglais consumé par un rêve solitaire et royal, indéfinissable et plein de merveilles, qui lui permettait d'abolir les frontières entre la vie (même la sienne) et les images qu'il créait.
    Le rêve du Latin, qu'il soit vénitien ou français, est un rêve de bonheur, à la fois héroïque et humain. L'ardeur y est tempérée par la mélancolie, et l'ombre y lutte avec la lumière. La mélancolie, même sous la forme où elle apparaît dans la création énigmatique et profonde d'Albrecht Dürer, n'a pas sa place dans le monde féerique et changeant de Turner : quelle place aurait-elle dans un rêve cosmique ? L'humanité est absente, sauf peut-être sous la forme de personnages de théâtre que nous regardons à peine. Une peinture de Turner nous fascine, et pourtant nous ne pensons à rien de précis, rien d'humain ; seulement à des couleurs inoubliables et aux spectres qui hantent nos imaginations. En réalité, l'humanité ne l'inspire que lorsqu'elle est liée à l'idée de mort, mais d'une mort étrange, une dissolution lyrique – comme le finale d'un opéra.
    Show book
  • Tàpies - cover

    Tàpies

    Jp. A. Calosse

    • 0
    • 3
    • 0
    Antoni Tàpies est un artiste espagnol né en 1923 et mort en 2012. En 1948, à Barcelone, il fonde le mouvement Dau al Set, proche des mouvements dadaïste et surréaliste, ainsi que la revue éponyme. Sa rencontre avec Joan Miró sera déterminante dans son œuvre. À partir de 1950, il participera à de nombreuses expositions. Son travail le conduit vers l'abstraction et l’utilisation de nouveaux matériaux organiques, végétaux, débris de terre et de pierre. Dans les années 70, il découvre le Pop art et ses réalisations monumentales. Il incorporera dans sa technique et au sein de ces compositions, les lacérations, les entailles et les déchirures. Il est fait 1er marquis de Tàpies par le roi d’Espagne.
    Show book
  • Picasso de Malaga 1881 a Mougins 1973 - cover

    Picasso de Malaga 1881 a Mougins...

    Victoria Charles, Anatoli Podoksik

    • 0
    • 0
    • 0
    Peu de personnes contestent le fait que Pablo Picasso (1881-1973) ait été l’artiste le plus  important du XXe siècle. Né à Malaga, en Espagne, Picasso a révélé son génie dès son plus jeune âge et s’est rapidement trouvé une place au sein des cercles artistiques les plus populaires de son temps, d’abord à malaga puis à Paris. En recherche d’inspiration et dans un contexte de renouveau artistique, Picasso se tourne vers l’histoire médiévale et les arts primitifs. On lui doit, ainsi qu’à George Braque, l’invention du Cubisme, non seulement l’un des nombreux mouvements avant-gardistes mais aussi l’expression d’une esthétique qui allait changer l’art de la peinture pour toujours. Une fois libéré des principes traditionnels, Picasso a produit des œuvres remarquables aussi bien en qualité qu’en quantité.
    Show book
  • Diaghilev & le Monde de l'Art - cover

    Diaghilev & le Monde de l'Art

    Vsevolod Petrov

    • 0
    • 0
    • 0
    Lorsque, il y a près de vingt ans, nous avons fondé le Monde de l'art, nous avions le désir ardent de libérer l'activité artistique russe de la tutelle de la littérature, d'inculquer à la société qui nous entoure l'amour de l'essence même de l'art, et c'est le but que nous poursuivions lorsque nous nous sommes lancés sur le terrain. Nous considérions comme des ennemis tous ceux “qui ne respectent pas l'art en tant que tel”, ceux qui soit attachent des ailes à un vieux canasson, soit attellent Pégase à la charrette des “idéaux sociaux”, soit rejettent carrément l'idée de Pégase. C'est pourquoi nous nous sommes adressés au monde artistique avec le slogan “Talents de toutes directions, unissez-vous !”. C'est ainsi que, dans nos rangs, Vrubel apparaît immédiatement aux côtés de Levitan, Bakst aux côtés de Serov et Somov aux côtés de Maliavin.
    Show book
  • Pierre Bonnard et œuvres d'art - cover

    Pierre Bonnard et œuvres d'art

    Nathalia Brodskaya

    • 0
    • 0
    • 0
    Pierre Bonnard était le chef d’un groupe de peintres post-impressionnistes. Ils se nommèrent eux-mêmes les Nabis, du mot hébreux signifiant ‘prophète’. Bonnard, Vuillard, Roussel, Denis, les plus illustres des Nabis, ont révolutionné l’esprit des techniques décoratives durant l’une des époques les plus riches de la peinture française. Influencés par Odilon Redon, Puvis de Chavannes, l’imagerie populaire ou les estampes japonaises, ces post-impressionnistes furent avant tout un groupe d’amis fréquentat les mêmes milieux culturels. L’individualisme croissant de leurs créations ébranla souvent l’unité du groupe. Bien que liés par une même philosophie, leurs oeuvres divergeaient nettement. Cet ouvrage permet de les comparer et de les mettre en perspective les unes avec les autres.
    Les oeuvres présentées dans cet ouvrage offrent une palette d’expressions merveilleusement poétiques : candide chez Bonnard, ornementale et mystérieuse chez Vuillard, doucement rêveuse chez Denis, âpre jusqu’à l’amertume chez Valloton, l’auteur nous fait partager la vie intime des artistes jusqu’à la source profonde de leurs dons créatifs.
    Show book