Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Les arts de l'ameublement La serrurerie - Exploration des techniques et styles de la serrurerie dans les arts de l'ameublement - cover

Les arts de l'ameublement La serrurerie - Exploration des techniques et styles de la serrurerie dans les arts de l'ameublement

Henry Havard

Publisher: Good Press

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Dans son livre intitulé 'Les arts de l'ameublement. La serrurerie', Henry Havard explore de manière détaillée l'histoire et les techniques de la serrurerie dans le contexte des arts décoratifs. L'ouvrage se caractérise par son analyse approfondie des styles de serrurerie à travers les époques, offrant ainsi au lecteur une compréhension plus profonde de cet aspect souvent négligé de l'ameublement. Havard fait preuve d'une prose précise et érudite, s'appuyant sur des sources historiques pour étayer ses arguments. Son attention aux détails et sa passion pour le sujet transparaissent à chaque page, rendant la lecture à la fois instructive et captivante. Henry Havard, en tant que collectionneur et historien d'art renommé, apporte une expertise inégalée à cet ouvrage, ayant consacré sa carrière à l'étude des arts décoratifs. Sa connaissance approfondie du sujet se reflète dans chaque chapitre, offrant ainsi aux lecteurs une source fiable et précieuse d'informations sur la serrurerie. Recommandé aux amateurs d'histoire de l'art et aux passionnés de design, 'Les arts de l'ameublement. La serrurerie' est un ouvrage incontournable pour quiconque s'intéresse à l'évolution des techniques et des styles de serrurerie au fil des siècles.
Available since: 09/06/2021.
Print length: 146 pages.

Other books that might interest you

  • Mucha - cover

    Mucha

    Patrick Bade

    • 0
    • 3
    • 0
    Entre courbes et contre-courbes, Mucha créa, à la fin du XIXe siècle, une égérie nouvelle qui devait hanter les rues de Paris. Au fil des représentations de Sarah Bernhard, cette muse voluptueuse devint un véritable emblème de l'Art nouveau et offrit à l'affichiste succès et renommée.
    
    Néanmoins, le talent de l'artiste ne se limita jamais à la lithographie. Nourri par cette passion d'exalter, au mieux, la sensualité du monde qui l'entourait, l'art de Mucha, s'exprima indifféremment tant sur les monumentaux panneaux décoratifs des salles à manger que sur les petites pièces délicates de porcelaine. C'est toute la richesse et la variété de cet artiste fin-de-siècle que nous fait redécouvrir ici l'auteur.
    Show book
  • 13e Avenue - cover

    13e Avenue

    Alexandre Stanké, Jean-Marie...

    • 0
    • 0
    • 0
    Premier album d'Alexandre Stanké en français. Les chansons " Passager clandestin " et " Sortie de secours " se retrouvent dans le " top " des palmarès francophones du pays.Un des premiers artistes québécois ayant traversé du français à l'anglais dans la domaine de la chanson au Canada.
    Show book
  • Félix Vallotton et œuvres d’art - cover

    Félix Vallotton et œuvres d’art

    Nathalia Brodskaïa

    • 0
    • 0
    • 0
    Félix Vallotton, né à Lausanne le 28 décembre 1865 et mort à Paris le 29 décembre 1925, est un artiste peintre, sculpteur et graveur sur bois Suisse, naturalisé Français en 1900. 
    En une dizaine d’années, Vallotton parvient à se faire un nom auprès de l'avant-garde parisienne. Sa renommée devient internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations en noir et blanc qui font sensation.
     Il expose régulièrement à Paris,  et dans le reste de l’Europe.
     Il épouse en secondes noces Gabrielle Rodrigues-Henrique, filles et sœur des Bernheim-Jeune, marchands d'art parisiens réputés. Il parvient à s'imposer en bénéficiant de l'aide efficace de son frère Paul, qui dirige à Lausanne la succursale de la galerie Bernheim-Jeune.
     Vallotton est un formidable peintre, de la femme et en particulier ; ses nus sont aussi sensuels que ceux d’Amedeo Modigliani. 
     Il a été inhumé au cimetière du Montparnasse en 1925.
    Show book
  • Léon Bakst et œuvres d'art - cover

    Léon Bakst et œuvres d'art

    Elisabeth Ingles

    • 0
    • 1
    • 0
    Léon Bakst est né en 1866 et mort en 1924 en Russie. Peintre, illustrateur, designer de costumes et de décors, Bakst attacha son nom à la grande aventure des Ballets Russes. Il rejoint au début du XXe siècle, Diaghilev et Bernois dans la présentation d’une nouvelle scénographie faite de couleurs, d’imaginaire, qui révolutionna le monde du ballet par sa modernité et son exotisme. Il participa au journal World of art. Jean Cocteau écrivit un très joli livre sur Bakst dans les années 1910, Un Certain Bakst.
    Show book
  • Tamara de Lempicka et œuvres d'art - cover

    Tamara de Lempicka et œuvres d'art

    Patrick Bade

    • 0
    • 1
    • 0
    Les portraits, les nus et les natures mortes de Tamara de Lempicka (1898-1980) résument l’esprit Art déco et Jazz Age. Ils reflètent le style de vie élégant et hédoniste d’une élite fortunée et glamour dans le Paris de l’entre-deux-guerres. Combinant une formidable technique classique et des éléments empruntés au cubisme, Tamara de Lempicka représente à l’époque le summum de la modernité, tout en s’inspirant de grands maîtres portraitistes comme Bronzino et Ingres. Ce livre célèbre la beauté rationnelle de ses meilleurs travaux réalisés entre 1920 et 1930. Il retrace l’histoire de la vie extraordinaire de cette femme séductrice et talentueuse du début du siècle en Pologne et dans la Russie des tsars, ainsi que celle de ses années glorieuses à Paris et de ses longues années de déclin aux Etats-Unis jusqu’à sa redécouverte triomphante dans les années 70, lorsque ses portraits devenaient des icônes emblématiques mondialement connues.
    Show book
  • Egon Schiele - cover

    Egon Schiele

    Jeanette Zwingenberger, Esther...

    • 0
    • 1
    • 0
    Egon Schiele
    (Tulln, 1890 – Vienne,1918)
    L’oeuvre d’Egon Schiele est tellement singulière qu’elle résiste à toute catégorisation. Admis à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne dès l’âge de seize ans, ce fut un artiste extraordinairement précoce, dont le talent consommé pour le maniement de la ligne, plus que tout autre chose, conférait une tension expressive à toute son oeuvre. Profondément
    convaincu de sa propre importance en tant qu’artiste, Schiele réalisa plus de choses dans sa jeunesse, brutalement abrégée, que beaucoup d’artistes dans toute leur existence. Ses racines puisaient dans le Jugendstil du mouvement de la Sécession Viennoise. Comme toute sa génération, il tomba sous l’influence écrasante de l’artiste le plus illustre et charismatique de Vienne, Gustav Klimt. A son tour, Klimt reconnut le remarquable talent de Schiele et encouragea le jeune artiste, qui au bout de deux ans, rompait déjà avec la sensualité décorative de son mentor. Amorçant une intense
    période de créativité vers 1910, Schiele entama un intrépide exposé de la forme humaine – sans oublier la sienne – si pénétrant, qu’il est clair que l’examen auquel il se livrait était plus psychologique, spirituel et émotionnel, que physique. Il peignit plusieurs vues urbaines, paysages, portraits formels et sujets allégoriques, mais ce sont ses oeuvres sur papier, extrêmement candides, parfois ouvertement érotiques, et son penchant pour les modèles trop jeunes, qui rendirent Schiele vulnérable à la critique morale. En 1912, il fut soupçonné et emprisonné pour une série d’atteintes
    aux moeurs incluant le kidnapping, le viol et la débauche publique. Les accusations les plus graves (toutes sauf celle de débauche publique) furent abandonnées, mais Schiele passa environ trois semaines désespérées en prison. En Allemagne, les cercles expressionnistes offrirent un accueil tiède au travail de Schiele. Son compatriote, Kokoschka, réussissait beaucoup mieux dans ce domaine. Tandis qu’il admirait les artistes munichois du Blaue Reiter, par exemple, ceux-ci le repoussaient. Plus tard, pendant la Première Guerre mondiale, son oeuvre se fit mieux connaître et, en 1916,
    Schiele fut présenté dans un numéro de magazine expressionniste de gauche, basé à Berlin, Die Aktion, et on finit par l’apprécier. Il fut considéré très tôt comme un génie. Cela lui valut le soutien d’un petit groupe de collectionneurs et d’admirateurs très patients. Néanmoins, pendant plusieurs années, ses finances furent précaires. Il avait souvent des
    dettes et était parfois forcé d’utiliser du matériel bon marché, de peindre sur du papier d’emballage marron ou du carton, au lieu du papier et des toiles réservés aux artistes. Ce n’est qu’en 1918, qu’il connut son premier succès public notable à Vienne. Tragiquement, quelque temps plus tard, il fut emporté avec sa femme, Edith, par l’épidémie massive de grippe de 1918, qui venait de tuer Klimt et des millions d’autres victimes, et ils moururent à quelques jours d’intervalle. Schiele n’avait que vingt-huit ans.
    Show book