You wouldn't limit the air you breathe. Why limit your readings?
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Read online the first chapters of this book!
All characters reduced
Le chat - Histoire d'une rencontre - cover

Le chat - Histoire d'une rencontre

Hélène Gestern

Publisher: Emoticourt

  • 0
  • 2
  • 0

Summary

Avec poésie et justesse, l'auteur décrit ce lien unique qui se tisse parfois avec nos animaux de compagnie. 
 
Un soir, l'homme rentra du travail plus tôt que d'ordinaire. Comme tous les jours, il déposa son manteau, son sac, et accrocha sa veste à une patère de l'entrée. Le silence était plus dense qu'à l'habitude dans son appartement de célibataire. Il alluma tranquillement une cigarette, se prépara une tasse de café bien crémeux qu'il savoura au salon. Cependant, plus les minutes passaient, plus la certitude diffuse d'une anomalie le gagnait : quelque chose, ce soir-là, ne tournait pas rond. Il vérifia du regard l'emplacement des objets, inspecta machinalement les embrasures des portes et des fenêtres, l'ordonnance de la bibliothèque et le fonctionnement des appareils électroniques. Tout était à sa place. Tout, sauf le chat. 
 
Une délicate liaison entre un humain et son félin tissée de charme, déchirée par la trahison, raccommodée avec tendresse. 
 
EXTRAIT 
 
Un jour, un homme trouva un chat. Il n’aurait jamais pensé s’attacher à un animal, mais celui-ci était irrésistible : joueur, câlin, complice, comme s’il avait reconnu en l’autre le maître qu’il attendait depuis toujours. L’homme n’hésita guère : il emmena le chat chez lui. Il lui ouvrit sa maison, lui offrit les 
meilleures croquettes, la place la plus douillette sur son canapé. Il l’abreuva de caresses et de gestes tendres ; rien n’était trop beau pour son nouveau compagnon. Le chat était heureux, et l’homme presque. Lui qui était si réservé se laissait aller à l’amour que lui donnait le chat. Il adorait sentir la douceur du 
pelage de son petit compagnon et enfouissait parfois son visage entre ses pattes tièdes, près de la mousseline de son ventre. 
 
À PROPOS DE L'AUTEUR 
 
Hélène Gestern vit et travaille à Nancy. Elle est membre du comité de rédaction de la revue La Faute à Rousseau, consacrée aux questions d'autobiographie. Eux sur la photo, son premier roman, paru en 2011, a reçu une quinzaine de prix littéraires décernés par des jurys de lecteurs.

Other books that might interest you

  • Azure - Fragments littéraires - cover

    Azure - Fragments littéraires

    Alain Defossé

    • 0
    • 0
    • 0
    Neuf textes courts comme autant de petites perles noires, en lettres blanches.  
     
    Je m’appelle Marguerite S. Je m’appelais. Je ne sais pas. Je sais que je m’appelle Marguerite S., je sais mon nom. Si quelqu’un disait, appelait « Marguerite S. », là, maintenant, je saurais que c’est moi, que c’était moi. Je ne peux pas l’oublier, mon nom. Je sais que c’est mon nom. C’est comme un éclair, très beau. J’ai 
    existé, moi, Marguerite S. Personne ne le dit, personne ne m’appelle. On n’effacera pas ça, on ne me l’ôtera pas. Même si c’est fini, même si ça a été très, très bref. Un clignotement, même pas un éclair. Ou bien on me l’a déjà ôté. Ils m’ont donné ça, au hasard, la vie, un nom. Ils ne savent pas ce qu’ils font. Qui je 
    suis. Donner, reprendre. C’est tellement facile. De me faire morte avant que d’être née, mort-née, ou née juste pour mourir. 
     
    Azure est un recueil de chevet à lire et à relire au long cours d'une nuit sans sommeil, en silence. 
     
    Un ouvrage à la frontière du poème en prose qui aborde les thèmes de l’amour, de la solitude et de l’abandon. 
     
    EXTRAIT DE EMPORTE-MOI 
     
    Emporte-moi. 
    Ne me demande rien, emporte-moi. Si tu veux. Toi ou un autre. 
    Qui voudra. 
    Loin, je ne veux pas savoir où, mais loin, ailleurs. Peu importe le décor, je ne verrai pas le décor, je garderai les yeux fermés. 
    Emporte-moi là où je me reposerai, les yeux fermés. 
    Je ne verrai même pas ton visage, peu m’importe ton visage ; ce qui m’importe, c’est que tu veuilles, ou veuilles bien, m’emporter. T’occuper de tout. Pas de moi, mais de tout. De moi uniquement pour m’emporter, comme on le ferait d’un colis, d’un bébé, d’un être gravement handicapé. 
     
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
     
    Dans ces cadres resserrés se déploient soliloques et litanies — des phrases courtes égrenées par associations sonores autant que d’idées, et qui produisent vite un effet légèrement hypnotique. Il y a du Beckett dans cet art de l’infiniment petit où le réel semble se réduire au fil de la conscience ou de la voix. En plus doux, plus chantant. Mais le passage du temps et la mort sont toujours au cœur du calme et de  l’élégance — comme une fêlure dans l’azure. - Le nouveau blog littéraire de Pierre Ahnne 
     
    À PROPOS DE L'AUTEUR 
     
    Alain Defossé est un écrivain et traducteur français né à Nantes le 11 février 1957. Il est l'auteur d'une dizaine d'œuvres littéraires et le traducteur, entre autres, de Lawrence Block, Joseph Connolly, Sarah Waters, Chuck Palahniuk, Anaïs Nin, Henry Miller et Bret Easton Ellis.
    Show book
  • 52 ou la seconde vie - cover

    52 ou la seconde vie

    Geneviève Brisac

    • 0
    • 0
    • 0
    « Observez perpétuellement, observez l’inquiétude, la déconvenue, la venue de l’âge, la bêtise, vos propres abattements, mettez sur le papier cette seconde vie qui inlassablement se déroule derrière la vie officielle, mélangez ce qui fait rire et ce qui fait pleurer », conseille Virginia Woolf.C’est ce que fait admirablement Geneviève Brisac dans ce roman-mosaïque dédié aux femmes. À deux voix, l’auteure et Alice Butaud lisent neuf de ces cinquante-deux histoires. Des fragments de vie, des conversations, des souvenirs, des rencontres, racontés par des personnages féminins, où les anecdotes les plus anodines laissent percer l’intime, où la réalité la plus triviale devient support de rêverie et d’humour…
    Show book
  • Tachycardie - Recueil de nouvelles - cover

    Tachycardie - Recueil de nouvelles

    Frédéric Villar

    • 0
    • 0
    • 0
    Dans ce recueil qui fleure bon le Sud-Ouest, Frédéric Villar compose trois petites variations autour de la mort.La mort: celle qui frappe pendant que se déroule une corrida à 100 pas et cinquante années de là ; celle que l'on attend, interminablement, le cœur battant; celle enfin, aussi absurde que cruelle, qui nous sidère.Une exploration juste et profonde du thème de la mort, celle que l'on donne ou que l'on attend.EXTRAIT DE LES ESQUISSESLes bonnes raisons abondent pour qui veut se rendre aux ferias. On s’y rassemble pour célébrer l’amitié ; on y accourt pour le vin, le lâcher-prise, l’oubli quelquefois ; on s’y retrouve pour le taureau, à l’affût du beau...sinon de la grâce. Nous, on y allait pour le fric.Certes, nos intentions n’étaient pas nobles – nous en étions conscients – mais nous estimions que le niveau de risque y était moins élevé qu’ailleurs. Quand tu choisis de gagner ta vie en volant tes semblables, tu as tout intérêt à travailler là où se concentre la foule. La proportion de naïfs y est forcément plusgrande. Un autre avantage est qu’en période de ferias tout le monde est vêtu de la même manière. Ainsi la victime d’un vol, au moment de fournir un signalement, ne peut que se couvrir de ridicule : « Ils sont partis par là. Ils étaient bruns, habillés de blanc. Ils avaient une ceinture et un bandana rouges... Desespadrilles aussi, je crois... »À PROPOS DE L'AUTEURD’origine espagnole, Frédéric Villar vit et travaille à Bordeaux où il est né en 1960. Son poids était alors de 4,8 kg. Depuis, il a multiplié son volume par dix-huit et quelques... tout en prenant des notes. De ces notes, il tire de temps à autre "quelque chose".
    Show book
  • Comme un vertige - Par le Prix Goncourt de la Nouvelle 1978 - cover

    Comme un vertige - Par le Prix...

    Christiane Baroche

    • 0
    • 1
    • 0
    Dans sa première nouvelle publiée en numérique, Christiane Baroche livre le portrait de Claudia, femme fatale.Dans le sillage de Claudia, femme libre et fatale, le portrait en creux des hommes qui la suivent et des femmes qui l’envient.L'auteur évoque l'effet du désir et de la jalousie dans un style parfaitement maîtrisé.EXTRAITClaudia laissait courir, laissait mûrir les venins derrière elle. Or, elle ne patientait pas après les hommes ni ne les sollicitait, seule son indifférence invitait, semble-t-il, sans quémander. Difficile d'expliquer l'effet qu'elle avait sur ces messieurs, elle se tenait devant eux... comme un gouffre, voilà, susceptible d'avaler les désirs, ceux des jeunes. Ceux des plus vieux étaient... éteints, ou édifiés depuis longtemps.À PROPOS DE L'AUTEURChristiane Baroche est née le 20 janvier 1935 à Paris. Biologiste et chercheur de 1958 à 1999 (principalement à l’Institut Curie), écrivain depuis 1975, elle affectionne tout particulièrement les nouvelles depuis la lecture, à l’âge de 8 ans, des Sabines de Marcel Aymé. Un genre pour lequel elle a été trois fois primée : prix Drakkar en 1975, Goncourt de la nouvelle en 1978 et Grand Prix de la nouvelle de la Société des Gens de Lettres (SGDL) en 1994.
    Show book
  • Nouvelles aventures de Pluche - Une nouvelle burlesque - cover

    Nouvelles aventures de Pluche -...

    Stéphane Millet

    • 0
    • 0
    • 0
    Monsieur Pluche s'essaye au sport...Ceux qui connaissent déjà Monsieur Pluche seront heureux de le retrouver dans de nouvelles aventures loufoques et burlesques. Les autres ont de la chance : ils ignorent encore ce qui les attend...Découvrez les aventures rocambolesques de Monsieur Pluche !EXTRAITEn général, il préfère démarrer petit. Pluche n’est pas un aventurier. Il sait par expérience que tout exercice physique nécessite une préparation. Il lui faut une petite mise en jambe : quelque chose de progressif correspondant à son tempérament réservé. D’abord un allongement du pas puis quelques petitsbonds préliminaires. Oh ! Pas trop ambitieux pour commencer ; un à deux mètres pas plus, il faut savoir rester modeste...Puis il est loisible de passer à un enchaînement de sauts plus espacés pour roder la machine, bien sentir la réaction des muscles, l’étirement des fibres, la souplesse des articulations. Préliminaires essentiels pour profiter à plein de l’exercice. La vraie jouissance vient de l’aisance dans le mouvement, de la parfaite maîtrise corporelle.Il en est intimement persuadé.À PROPOS DE L'AUTEURStéphane Millet est né en 1949, à Paris. Il est architecte (Grand Prix de Rome) et designer (sous le pseudonyme de "Essaime").
    Show book
  • Les corps fermés - Un roman d'apprentissage sensible et profond - cover

    Les corps fermés - Un roman...

    Mathieu Simonet

    • 0
    • 0
    • 0
    La découverte de son homosexualité, au seuil de l'âge adulte, par un jeune homme tendre et lucide.Ma relation avec Thibaud était puérile. J'expérimentais la gamme des sentiments amoureux. Je le faisais sans logique, à l'aveuglette, en cachant à tous que je l'aimais. Même dans mon journal, je faisais attention à ne pas révéler que j'aimais les garçons. J'écrivais que j'aimais une personne qui s'appelait Oméga. Je l'appelais "la personne". J'avais honte d'aimer  un garçon. Aujourd'hui, c'est une honte dont j'ai du mal à me souvenir, mais à l'époque je me trouvais malsain, monstrueux d'aimer les hommes ; je ne pensais pas que mon amour pour Thibaud était beau, au contraire, je pensais que je trahissais son amitié. Et je ne voulais surtout pas que quelqu'un sache que j'étais gay. Le dire ou même ne serait-ce que l'écrire dans un journal aurait rendu la chose réelle. Tant qu'elle restait enfouie dans ma tête, pas assumée, pas couchée sur un papier, elle n'existait pas.Un nanoroman d'une crudité décomplexée.EXTRAITJ’avais quatorze ans et je n’aimais pas être seul. Malheureusement, je n’étais ni beau ni drôle ni particulièrement intelligent.Je ne pouvais donc pas prétendre rejoindre l’une des « castes » prestigieuses du collège : celle des canons, des déconneurs ou des intellos. Aussi, pour ne pas faire partie du dernier groupe (celui de ceux qui n’osent même pas se regrouper entre eux), j’allais toujours parler à quelques élèves qui paraissaient intéressants, mais mal dans leur peau.Les autres nous appelaient « les coincés moyens ».CE QU'EN PENSE LA CRITIQUECe beau roman, Les Corps fermés, écrit dans une langue simple et profonde, fait de Mathieu Simonet un grand écrivain. - autofiction.orgÀ PROPOS DE L'AUTEURMathieu Simonet est né en 1972 à Paris, où il vit. Animateur d'une émission culturelle pendant trois ans (Le 6e sens, sur Vivre FM), il exerce actuellement la profession d'avocat.
    Show book