Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Turner - cover

Turner

Eric Shanes

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Joseph Mallord William Turner (Londres, 1775 – 1851)
A 15 ans, Turner exposait déjà une Vue de Lambeth. Il acquit très tôt la réputation d'un aquarelliste extrêmement habile. Disciple de Girtin et de Cozens, il montra par son choix et la façon de présenter ses thèmes une imagination pittoresque qui semblait le destiner à une brillante carrière d'illustrateur. Il voyagea, d'abord dans son pays natal et puis, à plusieurs occasions, en France, dans la vallée du Rhin, en Suisse et en Italie. Son intérêt commença toutefois à dépasser le cadre de l'illustration : l'idéal du paysage lyrique, dominant et inspirateur, se faisait jour, même dans des oeuvres où nous sommes tentés de ne voir rien d'autre qu'une imagination pittoresque. Son choix d'un unique maître du passé est éloquent, étudiant en profondeur toutes les toiles du Lorrain qu'il put trouver en Angleterre, les copiant et les imitant avec une extraordinaire perfection. Il ne se départit jamais de son culte pour le grand peintre. Il voulut que son Lever du soleil à travers la vapeur soit placé à la National Gallery aux côtés de deux chefs-d'oeuvre du Lorrain ; et c'est là que nous pouvons les y voir et juger du bien-fondé de ce fier et splendide hommage. Ce n'est qu'en 1819 que Turner se rendit en Italie, pour y retourner en 1829 et 1840. Sans aucun doute, Turner y ressentit des émotions et y trouva des sujets de rêverie qu'il transcrivit plus tard, dans les termes de son propre génie, en symphonies de lumière et de couleurs. La logique de la raison ne compte pas aux yeux de cette imagination nordique. Mais aucun Latin n'aurait possédé cette autre logique, monstrueuse à son goût, propre à l'Anglais consumé par un rêve solitaire et royal, indéfinissable et plein de merveilles, qui lui permettait d'abolir les frontières entre la vie (même la sienne) et les images qu'il créait.
Le rêve du Latin, qu'il soit vénitien ou français, est un rêve de bonheur, à la fois héroïque et humain. L'ardeur y est tempérée par la mélancolie, et l'ombre y lutte avec la lumière. La mélancolie, même sous la forme où elle apparaît dans la création énigmatique et profonde d'Albrecht Dürer, n'a pas sa place dans le monde féerique et changeant de Turner : quelle place aurait-elle dans un rêve cosmique ? L'humanité est absente, sauf peut-être sous la forme de personnages de théâtre que nous regardons à peine. Une peinture de Turner nous fascine, et pourtant nous ne pensons à rien de précis, rien d'humain ; seulement à des couleurs inoubliables et aux spectres qui hantent nos imaginations. En réalité, l'humanité ne l'inspire que lorsqu'elle est liée à l'idée de mort, mais d'une mort étrange, une dissolution lyrique – comme le finale d'un opéra.
Available since: 03/15/2013.
Print length: 80 pages.

Other books that might interest you

  • Frida Kahlo - cover

    Frida Kahlo

    Gerry Souter

    • 0
    • 1
    • 0
    Frida Kahlo est devenue plus familière aux amateurs d’art après la sortie d’un film sur sa vie. Son OEuvre n’en reste pas moins compliqué dans son approche et sa compréhension. L’auteur, Gerry Souter, avec délicatesse et talent, explore les aspects les plus intimes de l’artiste et de ses oeuvres en alternant vie et création, danger et exaltation. Un livre d’art qui se lit comme un roman.
    Show book
  • Mucha - cover

    Mucha

    Patrick Bade

    • 0
    • 3
    • 0
    Entre courbes et contre-courbes, Mucha créa, à la fin du XIXe siècle, une égérie nouvelle qui devait hanter les rues de Paris. Au fil des représentations de Sarah Bernhard, cette muse voluptueuse devint un véritable emblème de l'Art nouveau et offrit à l'affichiste succès et renommée.
    
    Néanmoins, le talent de l'artiste ne se limita jamais à la lithographie. Nourri par cette passion d'exalter, au mieux, la sensualité du monde qui l'entourait, l'art de Mucha, s'exprima indifféremment tant sur les monumentaux panneaux décoratifs des salles à manger que sur les petites pièces délicates de porcelaine. C'est toute la richesse et la variété de cet artiste fin-de-siècle que nous fait redécouvrir ici l'auteur.
    Show book
  • La Peinture allemande - cover

    La Peinture allemande

    Klaus H. Carl

    • 0
    • 0
    • 0
    La culture et l’art allemand sont issus d’une tradition ancienne, bien que le pays ne se soit unifié qu’en 1871. Étudier la peinture allemande demande donc de la comprendre selon une échelle différente, plus large que les limites géographiques actuelles. Du Moyen Âge à la Nouvelle Objectivité du  XXe siècle, les artistes marquants de l’histoire de l’art allemand sont présentés : Albrecht Dürer, le romantique Caspar David Friedrich ou encore l’expressionniste Otto Dix. L’art allemand, original dans ses thématiques, est toujours à la recherche d’harmonie, tout en demeurant curieux et incisif.
    Show book
  • 1000 Chefs-d’Œuvre de l’érotisme - cover

    1000 Chefs-d’Œuvre de l’érotisme

    Victoria Charles, Hans-Jürgen...

    • 0
    • 0
    • 0
    Toutes les régions et civilisations du monde ont traité de l’érotisme, chacune à leur manière, avec leurs niveaux de tolérance et leurs propres références culturelles. Ces tendances se sont reflétées dans les travaux eux-mêmes. Des statues millénaires célébrant la fertilité aux gravures de la Renaissance élaborées pour encourager la procréation dans le mariage, l’art érotique a toujours eu une grande place dans la société.
    Pour la première fois ici, 1000 images d’art érotique ont été rassemblées, englobant tous les continents pour démontrer l’évolution du genre. Alors que l’érotisme abonde maintenant dans la publicité et les médias, ce livre offre une entrevue exceptionnelle dans les archives de l’imagerie érotique, soulignant la valeur artistique de magnifiques œuvres érotiques exécutées de main de maître.
    Show book
  • Raphaël et œuvres d'art - cover

    Raphaël et œuvres d'art

    Eugène Müntz

    • 0
    • 1
    • 0
    Raphaël (Raffaello Sanzio) (Urbino, 1483 – Rome, 1520)
    Raphaël est l'artiste moderne qui ressemble le plus à Phidias. Les Grecs eux-mêmes disaient que ce dernier n'avait rien inventé, mais qu'il avait porté toutes les formes d'art créées par ses prédécesseurs à un tel degré de perfection, qu'il atteignit l'harmonie pure et parfaite. Cette expression «harmonie pure et parfaite » exprime, en réalité, mieux que toute autre ce que Raphaël apporta à l'art italien. Au Pérugin, il emprunta les grâces plutôt fragiles et la douce limpidité de l'école ombrienne qui s'éteignit avec lui. Á Florence, il acquit force et assurance, et fonda un style basé sur la synthèse des enseignements de Léonard et de Michel-Ange, éclairée par la lumière de son propre et noble esprit.  Ses compositions sur le thème traditionnel de la Vierge et de l'Enfant semblaient extrêmement novatrices à ses contemporains, et seule leur gloire consacrée nous empêche aujourd'hui de percevoir leur originalité. Nul avant lui n'avait traité ce sujet sacré avec la poésie d'une idylle familière, avec un tel air d'éternelle jeunesse, cette douce limpidité, n'excluant ni l'amplitude ni la majesté de la conception. Il mérite, à nos yeux, plus de considération encore, pour la composition et la réalisation des fresques avec lesquelles, dès 1509, il orna les Stanze et les Loggie du Vatican. Le sublime, auquel Michel-Ange parvint par son ardeur et sa passion, Raphaël l'atteignit par un équilibre souverain entre intelligence et sensibilité. L'un de ses chefs-d'œuvre, L'Ecole d'Athènes, est un monde autonome créé par un génie ; jamais ne faiblira notre admiration pour les innombrables détails, les portraits de visages inégalés même par les plus grands peintres du genre, la souplesse du geste, l'aisance de la composition, la vie qui circule partout grâce à la lumière, tout cela magnifié par l'attrait tout-puissant de la pensée.
    Show book
  • Rio de Janeiro - cover

    Rio de Janeiro

    Klaus H. Carl, Ingo Latotzki

    • 0
    • 0
    • 0
    Ville des contrastes comme beaucoup d'autres centres urbains de l'Amérique du Sud, Rio ne vit que pour le football et la samba. Fondé par le portugais, André Gonçalves, un premier janvier en 1502, déclaré capitale du Brésil par Jean IV en 1763, Rio connaît des transformations majeures sous le Président Alvares au début du XXème siècle : percement d'avenues, cohérence urbanistique. Les plus grands architectes de leur temps viendront alors exercer leurs talents. Les habitations se mêlent à un paysage tropical, bananiers, canne à sucre, et une large baie dominée par le Pão de Açucar, le fameux Pain de Sucre. Rio, c'est aussi, des plages de rêve, telles que Copacabana et Ipanéma, où se dorent au soleil, les plus belles femmes du monde, les brésiliennes aux maillots les plus hardis. A travers une collection de photos hautes en couleurs, ce livre redécouvre les contrastes saisissants qui font Rio : des édifices du centre-ville, à l'avant-garde architecturale, en passant par les favelas, dont les habitants se défoulent pendant le Carnaval, dans des habits de rêve, ou manifestent d'une seule voix leur passion pour les matchs de football du Maracanã. Rio est composite, tout comme sa population.
    Show book