Subscribe and enjoy more than 800,000 books
Add this book to bookshelf
Grey 902feb64d8b6d481ab8ddda06fbebbba4c95dfa9b7936a7beeb197266cd8b846
Write a new comment Default profile 50px
Grey 902feb64d8b6d481ab8ddda06fbebbba4c95dfa9b7936a7beeb197266cd8b846
Spinner ae25b23ec1304e55286f349b58b08b50e88aad5748913a7eb729246ffefa31c9
Hokusai - cover

Hokusai

C.J. Holmes

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 9
  • 0

Summary

Katsushika Hokusai est sans doute l’artiste japonais le plus connu en Occident, et ce, depuis le milieu du XIXe siècle. Reflet de l’expression artistique d’une civilisation isolée, les œuvres de Hokusai, qui furent parmi les premières en provenance du Japon à émerger en Europe, influencèrent particulièrement les peintres impressionnistes et post-impressionnistes, tels que Vincent van Gogh. Considéré de son vivant comme un maître de l’estampe Ukiyo-e, Hokusai fascine par la variété et l’étendue de son Œuvre. Son travail, de près de quatre-vingt-dix ans, est présenté ici dans toute son importance et 
sa diversité.

Other books that might interest you

  • Le Roi s'amuse - cover

    Le Roi s'amuse

    Victor Hugo

    • 0
    • 1
    • 0
    Une édition de référence du Roi s’amuse de Victor Hugo, spécialement conçue pour la lecture sur les supports numériques.« Elle se retourne, voit le roi à ses genoux, et s’arrête, pétrifiée.LE ROI, lui tendant les bras.Je t’aime !Achève ! achève ! – oh ! dis : je t’aime ! Ne crains rien.Dans une telle bouche un tel mot va si bien !BLANCHE, effrayée, cherche des yeux dame Bérarde qui a disparu.Bérarde ! – Plus personne, ô Dieu ! qui me réponde !Personne !LE ROI, toujours à genoux.Deux amants heureux, c’est tout un monde !BLANCHE, tremblante.Monsieur, d’où venez-vous ?LE ROI.De l’enfer ou du ciel,Qu’importe ! que je sois Satan ou Gabriel,Je t’aime ! »(Extrait de l’acte II, scène IV.)
    Show book
  • Traité élémentaire de la peinture - cover

    Traité élémentaire de la peinture

    Leonardo Da Vinci

    • 0
    • 1
    • 0
    Léonard de Vinci a toujours été regardé comme le plus savant dans toutes les parties de la Peinture; c'étoit le sentiment du célèbre Poussin, qui avoit si fort étudié les principes et les règles de son art, et il a souvent avoué à ses amis qu'il avoit tiré des ouvrages de Léonard les connoissances qu'il avoit acquises. Après cela ne doit-on pas être surpris que le Traité de Léonard de Vinci sur la Peinture n'ait paru pour la première fois qu'en 1651? Les Italiens, qui sont si jaloux de la gloire de leur nation, l'avoient entre les mains, et il seroit encore enseveli dans la poussière de quelque cabinet, si les François ne l'avoient fait imprimer; il le fut en 1651, en italien et en françois. M. Du Frêne joignit à l'édition italienne qu'il en fit, la Vie de Léonard qu'il avoit composée en italien: celle que je donne en françois n'en est, pour ainsi dire, que la traduction: j'y ai seulement ajouté ce qui se trouve sur Léonard dans Vasari, dans Félibien, et dans ceux qui ont écrit sur la Vie et les Ouvrages des Peintres. J'ai tiré beaucoup de choses d'un manuscrit qui m'a été prêté par un curieux: ce sont des Mémoires en italien pour servir à l'histoire de Léonard de Vinci. L'auteur de ces Mémoires est le père Mazzenta, barnabite Milanois, qui a eu entre les mains les papiers de Léonard, c'est-à-dire, les Traités qu'il a composés, et les dessins qu'il a faits.
    Show book
  • Camille Claudel - cover

    Camille Claudel

    Janet Souter

    • 0
    • 1
    • 0
    Camille Claudel (8 décembre 1864-19 octobre 1943), sœur de l’écrivain Paul Claudel, fut l’élève de Rodin avec qui elle eut une relation passionnelle et tumultueuse. Cet amour impossible la mena à la paranoïa et l’enfermement psychiatrique en 1913. Camille Claudel fut l’une des plus grandes sculpteuses de son temps, toujours en rivalité avec Rodin. De sa vie fut réalisé un film qui remit l’artiste dans la lumière de la postérité.
    Show book
  • Manet - cover

    Manet

    Nathalia Brodskaya

    • 0
    • 0
    • 0
    Edouard Manet 
    (Paris, 1832 – 1883)
    Manet est l'un des plus célèbres artistes de la seconde moitié du XIXe siècle, lié aux impressionnistes sans faire vraiment partie de leur groupe. Chérissant son indépendance, il eut une grande influence sur la peinture française, en partie due au choix de ses sujets tirés de la vie quotidienne, de son usage de couleurs pures et de sa technique rapide et libre. C'est son œuvre qui assura la transition entre le réalisme de Courbet et la vision novatrice des impressionnistes.
    Issu de la grande bourgeoisie, il choisit de devenir peintre après avoir raté son entrée à l'Ecole navale. Il se forma auprès de Thomas Couture, un peintre académique, mais c'est grâce à ses nombreux voyages à travers l'Europe qu'il entreprit dès 1852, qu'il commença à se faire une idée de ce qu'allait être son style propre.
    Ses premières peintures étaient essentiellement des scènes de genre, inspirées par son amour pour les maîtres espagnols comme Velazquez et Goya, et le portrait. C'est en 1863 qu'il présenta son chef-d'œuvre Le Déjeuner sur l'herbe au Salon des refusés. Son œuvre déclenchant une polémique entre les défenseurs de l'art académique et les jeunes artistes «refusés », il devint le chef de file de cette nouvelle génération d'artistes.
    A partir de 1864, le salon officiel accepta ses travaux, provoquant toujours de véhémentes protestations comme ce fut le cas avec Olympia en 1865. En 1866, l'écrivain Zola écrivit un article en faveur du travail de Manet. A cette époque, le peintre était ami avec tous les futurs grands maîtres impressionnistes : Edgar Degas, Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro et Paul Cézanne, qui s'influençaient les uns les autres ; pourtant il restait délibérément à l'extérieur du groupe. En effet, en 1874 il refusa de présenter ses peintures lors de leur première exposition. Sa dernière apparition dans un salon officiel fut en 1882 avec Un Bar aux Folies-Bergère, l'une de ses œuvres les plus connues. Atteint par la gangrène au cours de l'année 1883, il peignit des natures mortes de fleurs jusqu'au moment où il ne s'en sentit plus capable, et il mourut en laissant derrière lui un grand nombre de dessins et de peintures.
    Show book
  • La Cantatrice chauve d'Eugène Ionesco (Analyse approfondie) - Approfondissez votre lecture des romans classiques et modernes avec Profil-Litterairefr - cover

    La Cantatrice chauve d'Eugène...

    Nicolas Boldych

    • 0
    • 0
    • 0
    Bien décidé à bousculer les conventions du théâtre, Eugène Ionesco monte en 1950 ce qui deviendra l’un de ses chefs-d’œuvre, La Cantatrice chauve. Née de sa lecture de la méthode d’apprentissage Assimil, la pièce se veut sans intrigue, sans personnage défini et sans véritable message intellectuel. La langue y est entièrement déconstruite, les phrases creuses, et la syntaxe finit tout simplement par disparaître afin de dévoiler ce que Ionesco appelle le drame du langage. Car c’est bien de cela qu’il est question, la perte du langage et des repères de chacun afin de créer le désarroi. Avant d’entamer l’analyse à proprement dit de l’anti-pièce de Ionesco, Nicolas Boldych, notre spécialiste en littérature, nous raconte la vie de celui qui deviendra bientôt l’une des figures majeures du théâtre de l’absurde, Eugène Ionesco. Il se lance ensuite dans un résumé de la pièce, scène après scène, avant d’expliquer le contexte de l’époque qui a vu surgir cette œuvre ô combien originale. Les personnages sont ensuite analysés avec une grande finesse, de même que les thématiques. Enfin, avant de clore sur la réception de la pièce, Nicolas Boldych s’intéresse encore au style particulier de l’auteur et à ses méthodes de déconstruction du langage.
    Show book
  • Klimt - cover

    Klimt

    Patrick Bade

    • 1
    • 3
    • 0
    Gustav Klimt (Baumgarten, 1862 – Vienne, 1918) «Faire un autoportrait ne m'intéresse pas. Les sujets de peinture qui m'intéressent ? Les autres et en particulier les femmes… » Aucune référence au monde extérieur ne vient contrarier le charme des allégories, portraits, paysages et autres personnages que l'artiste peint. Des couleurs et des motifs d'inspiration orientale (Klimt a été très influencé par le Japon, l'ancienne Egypte et la Ravenne byzantine), un espace bidimentionnel dépourvu de profondeur et une qualité souvent stylisée de l'image, autant d'éléments utilisés par le peintre pour créer une oeuvre séduisante, où le corps de la femme s'expose dans toute sa volupté. A 14 ans, il obtient une bourse d'Etat pour entrer à la Kunstgewerbeschule (l'Ecole viennoise des Arts et Métiers). Très vite, ses talents de peintre et de dessinateur s'affirment. Ses toutes remières oeuvres lui valent un succès inhabituellement précoce. Sa première grande initiative date de 1879 : il crée cette année-là la Künstlerkompagnie (la compagnie des artistes) avec son frère Ernst, et Franz Matsch. A Vienne, la fin du XIXe siècle est une période d'effervescence architecturale. L'empereur François- Joseph décide, en 1857, de détruire les remparts entourant le coeur médiéval de la ville. Le Ring, financé par l'argent du contribuable, est alors construit : de magnifiques résidences y côtoient de superbes parcs. Ces changements profitent à Klimt et à ses associés, leur fournissant de multiples occasions de faire montre de leur talent. En 1897, Klimt, accompagné de quelques amis proches, quitte la très conservatrice Künstlerhausgenossenschaft (Société coopérative des artistes autrichiens) ; il fonde le mouvement Sécession et en prend la présidence. La reconnaissance est immédiate. Au-dessus du porche d'entrée de l'édifice, conçu par José Maria Olbrich est inscrite la devise du mouvement : «A chaque âge son art, à l'art sa liberté. » A partir de 1897, Klimt passa pratiquement tous ses étés sur l'Attersee, en compagnie de la famille Flöge. Durant ces périodes de paix et de tranquillité, il eut l'occasion de peindre de nombreux paysages qui constituent un quart de son oeuvre complète. Klimt exécute des croquis préparatoires à la plus grande partie de ses réalisations. Parfois, il exécute plus de cent études pour un seul tableau. Le caractère exceptionnel de l'oeuvre de Klimt tient peut-être à l'absence de prédécesseurs et de réels disciples. Il admirait Rodin et Whistler sans les copier servilement. En retour, il fut admiré par les peintres viennois de la jeune génération, tels Egon Schiele et Oskar Kokoschka.
    Show book