Join us on a literary world trip!
Add this book to bookshelf
Grey
Write a new comment Default profile 50px
Grey
Subscribe to read the full book or read the first pages for free!
All characters reduced
Maurice Denis et œuvres d'art - cover

Maurice Denis et œuvres d'art

Albert Kostenevitch

Publisher: Parkstone International

  • 0
  • 0
  • 0

Summary

Artiste peintre, décorateur et graveur français, Maurice Denis (1870-1943) fut le chef de file du mouvement Nabi qui ébranla le milieu artistique. Alliant avec finesse religion et modernité, il fut le pionnier et le théoricien de l’école néo-traditionniste qui aspirait à un art moderne empreint d’inspirations symboliste et mystique.  « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées », par cette définition de son mouvement, il révolutionna l’art moderne et déposa les premiers jalons de l’art abstrait.
Available since: 05/13/2015.
Print length: 64 pages.

Other books that might interest you

  • Aubrey Beardsley - cover

    Aubrey Beardsley

    Patrick Bade

    • 0
    • 0
    • 0
    Né en 1872, Aubrey Beardsley fut, avec Oscar Wilde, une figure emblématique de la décadence qui marqua la fin du règne de la reine Victoria. Largement autodidacte, Beardsley témoigne d’abord dans ses dessins de l’influence des Préraphaélites, comme Burne-Jones et Rossetti. Par la suite, il adopte un style plus radical et novateur, en illustrant Le Morte d'Arthur de Sir Thomas Malory et participe à la création de la revue The Yellow Book.
    Mais c’est à travers ses dessins sombres et érotiques, notamment pour Salomé d’Oscar Wilde, qu’il évoqua au mieux l’atmosphère trouble de l’époque. Atteint de tuberculose, Beardsley connut une mort prématurée à l’âge de 25 ans. Il laissa derrière lui de nombreuses illustrations, qui eurent une grande influence sur les artistes de l’Art Nouveau.
    Servi par une mise en page originale, Patrick Bade explore ici l’univers équivoque de Beardsley, artiste "fin de siècle" par excellence. A travers des illustrations qui choquèrent ses contemporains, le dessinateur défia hardiment la morale victorienne, pour devenir un témoin privilégié de son époque.
    Show book
  • L'art de l'Asie Centrale - cover

    L'art de l'Asie Centrale

    Vladimir Lukonin, Anatoly Ivanov

    • 0
    • 0
    • 0
    Dans les pays d’Asie centrale, la stricte interdiction de
    représenter la figure humaine a permis de développer
    la création architecturale et son ornementation. Ce livre
    invite à un voyage magique dans cette région réunissant
    des civilisations anciennes (Kirghizistan, Tadjikistan,
    Turkménistan et Ouzbékistan), dépositaires des arts
    islamiques et bouddhistes. Les cités abandonnées de
    Merv, Urgench et Khiva sont présentées grâce à des
    photographies en couleur de qualité, qui emmènent le
    lecteur sur la « Route dorée de Samarcande », la mythique
    cité bleue.
    Show book
  • Edgar Degas - cover

    Edgar Degas

    Nathalia Brodskaya, Edgar Degas

    • 0
    • 0
    • 0
    Germain Hilaire Edgar Degas (Paris, 1834 – 1917)
    Dans le cercle des impressionnistes, c'est de Renoir que Degas fut le plus proche : tous deux préférèrent comme motif de leur peinture le Paris vivant de leur époque. Degas ne passa pas par l'atelier de Gleyre et fit probablement connaissance avec les futurs impressionnistes au café Guerbois. En 1853, il commença à faire son apprentissage à l'atelier de Louis-Ernest Barrias et, à partir de 1854, il devint l'élève de Louis Lamothe, qui ne jurait que par Ingres, et transmit son adoration pour ce maître à Edgar Degas. À partir de 1854, Degas se rendit régulièrement en Italie, d'abord à Naples, où il fit connaissance avec ses nombreux cousins, puis à Rome et Florence, où il copia inlassablement les maîtres anciens. Les dessins et esquisses qu'il y fit, révèlent des préférences déjà marquées : Raphaël, Léonard de Vinci, Michel-Ange, Mantegna, mais aussi Benozzo Gozzoli, Ghirlandaio, Titien, Fra Angelico, Uccello, Botticelli. Dans les années 1860 et 1870 il devint le peintre des courses, des chevaux et des jockeys. Sa fabuleuse mémoire de peintre retenait les particularités des mouvements des chevaux partout où il en voyait. Après ses premières compositions, assez complexes, représentant des courses, Degas assimila l'art de traduire l'élégance et la noblesse du cheval, ses
    mouvements nerveux et la plastique de sa musculature. Vers le milieu des années 1860, Degas fit encore une autre découverte ; en 1866, il peignit sa première composition ayant pour sujet le ballet : Mademoiselle Fiocre dans le ballet de la Source (New York, Brooklyn Museum). En 1872, apparaît son premier tableau consacré uniquement au ballet : Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier (Paris, musée d'Orsay). Dans une composition soigneusement construite, où s'équilibrent des groupes de personnages à droite et à gauche, chaque ballerine se livre à ses propres occupations, chacune bouge de son côté. Pour accomplir une tâche pareille, une longue observation et une énorme quantité de croquis étaient indispensables. C'est pourquoi Degas passa du théâtre dans les salles de répétitions, où les danseuses s'exerçaient et prenaient leurs leçons. C'est ainsi que se décida le deuxième domaine de la vie environnante qui allait intéresser Degas. Le ballet resta sa passion jusqu'à la fin de ses jours.
    Show book
  • Les Nabis - cover

    Les Nabis

    Albert Kostenevitch

    • 0
    • 0
    • 0
    Pierre Bonnard fut le chef de file d’un groupe de peintres post-impressionnistes, lesquels se nommèrent eux-mêmes les Nabis, du mot hébreux signifiant « prophète ». Influencés par Odilon Redon ou encore Pierre Puvis de Chavannes, l’imagerie populaire ou les estampes japonaises, Bonnard, Vuillard, Vallotton, Denis, pour les plus illustres, révolutionnèrent l’esprit des techniques décoratives durant l’une des époques les plus riches de la peinture française. Et, si l’individualisme croissant de leurs créations ébranla souvent leur unité, les Nabis furent avant tout un groupe d’amis.
    Les œuvres présentées dans cet ouvrage, candides chez Bonnard, ornementales et mystérieuses chez Vuillard, doucement rêveuses chez Denis, âpres jusqu’à l’amertume chez Vallotton, nous plongent à la source profonde de leurs dons créatifs.
    Show book
  • James McNeill Whistler - cover

    James McNeill Whistler

    Patrick Chaleyssin

    • 0
    • 0
    • 0
    Whistler (Lowell, 1834 – Londres 1903)
    Whistler surgit à un moment crucial de l'histoire de l'art et il joue un rôle de précurseur. Il a, comme les Impressionnistes, la volonté d'imposer ses idées. Son oeuvre se déroule en quatre périodes. Dans une première période de recherche, l'artiste est influencé par le réalisme de Courbet et par le japonisme. Puis Whistler trouve son originalité
    avec les Nocturnes et la série des Cremorne Gardens en s'opposant à l'académisme qui veut qu'une oeuvre d'art raconte une histoire. Lorsqu'il peint le portrait de sa mère, Whistler l'intitule Arrangement en gris et noir (p.31), ce qui est significatif de ses théories esthétiques. S'il dépeint les jardins de plaisir de Cremorne, ce n'est pas pour y figurer, comme Renoir, des personnages identifiables, mais pour saisir une atmosphère. Il aime les brumes des bords de la Tamise, les lumières blafardes, les cheminées d'usine. C'est la période au cours de laquelle il fera figure de précurseur et d'aventurier de l'art ; au bord de l'abstraction, il choque ses contemporains. La troisième période est surtout dominée par ses portraits en pied : c'est elle qui lui apportera la gloire. Mais il saura insuffler à un genre pourtant classique sa profonde originalité. Il restitue les personnes dans leur environnement : cela donne une étrange présence aux modèles. Il crée des portraits qualifiés de médiums par ses contemporains et dont Oscar Wilde s'inspirera pour écrire son Portrait de Dorian Gray. Enfin, vers la fin de sa vie, l'artiste réalise des paysages et des portraits dans la grande tradition, très influencé par Velazquez. Whistler fera preuve d'une impressionnante rigueur en faisant sans cesse coïncider son oeuvre avec ses théories. Il n'hésitera pas à croiser le fer avec les théoriciens de l'art les plus célèbres.
    Sa personnalité, ses foucades, son élégance, en font un sujet idéal de curiosité et d'admiration. Ami proche de Mallarmé, admiré par Marcel Proust, dandy provocateur, mondain ombrageux, artiste exigeant, il fut un novateur audacieux.
    Show book
  • Le Gréco (1541 1614) - cover

    Le Gréco (1541 1614)

    Jp Calosse

    • 0
    • 0
    • 0
    El Greco (DomenikosTheotokopoulos) (Crète, 1541 – Tolède, 1614) « Le Grec » était un peintre d'icônes qui émigra à Venise en 1567. Là, il commença à mêler ses influences byzantines avec celles des maîtres de la Haute Renaissance italienne. Il étudia auprès de Titien et fut influencé par le Tintoret. Trois ans plus tard, il s'installa à Rome pour environ deux ans, puis se rendit à Madrid et, par la suite, établit sa résidence définitive à Tolède, où il mourut. Ce fut en Espagne qu'il manifesta un intérêt pour les sujets spécifiquement catholiques. Les corps étirés et les agencements de couleurs inhabituels devinrent ses traits distinctifs.
    Show book